24 octobre 2020

Un pied en Ligue 1

Le DFCO avait l’occasion, en cas de victoire, d’assurer son accession en Ligue 1 dès cette avant-dernière journée de championnat. Mais l’équipe de Boulogne, pensionnaire de l’élite nationale l’an passé, a joué les trouble-fêtes.

Les supporters de la tribune Sud ont donné de la voix pour pousser leur équipe.

L’ambiance est exceptionnelle à l’occasion de ce match historique pour le club dijonnais. Le stade Gaston-Gérard est plein à craquer. Les sièges et les escaliers des tribunes sont envahis par 14400 supporters (des places debout au bord du terrain ont même été vendues !).

Une entame catastrophique

Pourtant, ce sont les Boulonnais qui dominent le jeu dès le départ. Les Dijonnais sont en difficulté et ne parviennent pas à réagir. Les Nordistes vont concrétiser leur domination sur un corner bien tiré. Agouazi, sans marquage défensif, place une tête à bout portant. Padovani tergiverse et Zarour marque contre son camp (0-1, 10ème). Le stade est calmé par ce but et le DFCO a du mal à développer son jeu. Corgnet tente de réveiller les siens. Sur un nouveau corner boulonnais, Thil, seul au deuxième poteau, reprend de la tête sans attraper le cadre (19ème). Les défenseurs bourguignons sollicitent Ribas sur des longs ballons, mais ses déviations sont sans danger.

Toute la rage dans le pressing du capitaine uruguayen du DFCO, Sebastian Ribas.

Dijon se montre plus entreprenant avec Bauthéac et Bérenguer qui essaient des frappes lointaines. A cinq minutes de la pause, le match s’emballe. Fomen sauve les siens devant Yatabaré, et Isabey part en contre dans la foulée. Le taulier du milieu de terrain dijonnais trouve la barre transversale de Bague sur sa frappe. Boulogne mène 1-0 à la mi-temps.

Mandanne l’électro-choque

Le DFCO revient sur la pelouse avec de meilleures intentions. Mandanne, qui vient d’entrer en jeu, sert parfaitement Corgnet, mais sa frappe n’est pas cadrée. Quelques minutes plus tard, Mandanne est devancé par la sortie du gardien boulonnais. Dijon pousse et provoque le danger en passant sur les côtés grâce à Bauthéac et Bamba. Boulogne est mis sur le reculoir et le public se réveille. A la 54ème minute, Isabey obtient un coup franc en bonne position qui ne donnera rien. Les Dijonnais sont très offensifs mais s’expose aux contres boulonnais, notamment Thil qui inquiète Padovani (62ème).

Courgnaud, le jeune attaquant dijonnais, fixe trois défenseurs et obtiendra un pénalty sur cette action.

Mandanne se prend pour Maradona et met la main au lieu de la tête (carton jaune pour l’attaquant). On sent que Dijon peut relancer la partie mais les joueurs de Patrice Carteron manquent de précision au moment de conclure. La délivrance arrive lorsque Courgnaud, tout juste entré, est coupé dans son élan par le gardien visiteur dans la surface. Le pénalty est synonyme du 23ème but de la saison pour Ribas (1-1, 72ème). Le but  de l’Uruguayen vaut de l’or. Pendant toutes les dernières minutes le DFCO domine sans être vraiment dangereux. Les Dijonnais donnent tout mais le score en restera à 1-1 malgré quatre minutes de temps additionnel.

Ce match nul face à Boulogne, conjugué à la défaite du Mans (4-3 à Vannes), fait exploser de joie tout le stade. Le DFCO a maintenant trois points d’avance sur les Manceaux (4ème), avec une meilleure différence de buts. La fête et le feu d’artifice peuvent démarrer. Mais prudence, le DFCO n’a qu’un pied en Ligue 1. Pour l’autre, il faudra attendre la dernière journée et éviter une déconvenue à Angers…

Les meilleurs : Bamba, Bauthéac, Isabey et Corgnet à Dijon ; Thil, Yatabaré et Agouazi à Boulogne-sur-Mer.

no images were found

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.