18 novembre 2019

Gérard Dupire, un “boulimique de sport”

Adjoint au maire de Dijon, Gérard Dupire est délégué aux Sports depuis maintenant 10 ans. C’est un vrai passionné, et DIJON-SPORTnews a souhaité rencontrer cet élu pour en savoir un peu plus. Il nous a dévoilé les projets de la ville en matière de sport…

Élu municipal depuis 1995, Gérard Dupire est Adjoint aux Sports à la mairie depuis 10 ans.

DIJON-SPORTnews : Gérard Dupire, comment se porte le sport dijonnais aujourd’hui ?

Gérard Dupire : “Plutôt bien ! Il existe plus de 300 clubs sportifs dans près de 250 disciplines (plus de 30 000 licenciés à Dijon !), et des associations voient le jour très régulièrement. Le classement du magazine l’Équipe de 2006, qui juge le sport dans son ensemble et pas seulement sur la partie visible et médiatique (DFCO, JDA…), a sorti Dijon en troisième position des villes les plus sportives de France derrière Montpellier et Toulouse.”

DSn : Quel est le budget de la ville consacré au sport ?

GD : “Aujourd’hui, la ville consacre 11% de son budget au sport, ce qui représente une enveloppe d’environ 30 millions d’euros pour cette année (12% en 2006). Les choses ont changé puisque, depuis 2006, le Grand Dijon finance une partie des constructions d’équipements et soutient quelques clubs professionnels comme la JDA, le DFCO et le DBHB.”

DSn : Justement, quels sont les projets d’équipements sportifs cette année ?

GD : “Il n’y aura pas de grand chantier, mais certains équipements seront rénovés comme plusieurs piscines (trois) de l’agglomération, notamment celle du Carrousel. Un projet de nouvelle Patinoire est aussi dans les tuyaux pour le prochain mandat. Une réorganisation du Palais des Sports est examinée afin de faciliter la cohabitation de nombreux sports.”

La démolition de la tribune Est sera la prochaine étape importante dans la construction du grand Stade.

DSn : Les travaux du Stade Gaston-Gérard avancent, quand seront-ils finis ?

GD : “Après les Tribunes Nord et Sud, la prochaine étape est la démolition (et la reconstruction) de la tribune Est. Il faut d’abord que le club prouve sa qualité et se maintienne en Ligue 1. On veut éviter de faire comme à Grenoble qui dispose d’un grand stade tout neuf, mais qui n’a pas su suivre sur le plan sportif (ndlr : le club isérois a été relégué en National, puis en CFA 2 après liquidation judiciaire). Il faut inscrire le DFCO dans la durée.”

DSn : La montée du DFCO en Ligue 1 a-t-elle un effet sur le rayonnement général de la ville ?

GD : “Oui c’est indéniable. Le foot, c’est incroyable, tout le monde en parle ! Les gens ont une vraie addiction au foot. Inévitablement les médias parlent de Dijon. On ne peut pas mesurer les retombées que cela a sur la ville, mais il y a un impact, c’est évident.”

DSn : Comment gérez-vous la réussite des clubs sportifs dijonnais ?

GD : “On a une ville sportive qui est présente dans tous les sports. C’est une bonne chose car les Dijonnais peuvent voir toutes sortes de disciplines. Lors de la « nuit du sport » (ndlr : évènement qui récompense les sportifs locaux qui se sont distingués au niveau national), certains de mes amis ont été surpris par la présence de sportifs de Dijon dans un si grand nombre de disciplines et à si bon niveau ! On a des sportifs de qualité, un encadrement de qualité. C’est aussi parce qu’on s’en donne les moyens. Mais on est un peu victime de cette réussite car de nouvelles associations naissent sans arrêt et nous sommes très sollicités.”

Les travaux du Tram, juste devant l'entrée du Stade Gaston-Gérard.

DSn : La construction du Tram avance… Dans le tracé initial, aviez-vous prévu de desservir les principaux équipements sportifs ?

GD : “Nous n’avions pas forcément prévu de passer par tel ou tel endroit à l’exception de la piscine olympique. Mais c’est vrai que le Tram desservira beaucoup d’installations sportives. Cela a été assez naturel. C’est plus un concours de circonstances.”

DSn : Gérard Dupire, question sport, vous êtes plutôt : pratiquant ou spectateur ?

GD : “Pratiquant. J’ai d’ailleurs été licencié en club jusqu’à l’âge de 46 ans !”

DSn : Plutôt amateur ou professionnel ?

GD : “Amateur.”

DSn : Plutôt sprint ou endurance ?

GD : “Endurance.”

DSn : Plutôt individuel ou collectif ?

GD : “Collectif, même si j’ai fait du cyclisme et du golf, j’ai surtout pratiqué le foot et le rugby.”

DSn : Plutôt spectateur ou supporter ?

GD : “Les deux !”

DSn : Plutôt fair-play ou mauvais perdant ?

GD : “En toute honnêteté, je suis fair-play.”

DSn : Plutôt lecteur ou téléspectateur ?

GD : “Téléspectateur. Je dors peu, alors je regarde beaucoup d’émissions sportives que j’enregistre.”

DSn : Plutôt stade ou bistrot ?

GD : “Stade… et bistrot après !”

DSn : Plutôt première, deuxième ou troisième mi-temps ?

GD : “Les trois ! la troisième est importante pour forger un collectif et renforcer la solidarité d’un groupe.”

Gérard Dupire est un vrai boulimique de sport. L’importance de la troisième mi-temps, il la connaît, lui qui est passé par le rugby et qui est propriétaire d’un établissement nocturne. En tout cas, la ville ne manque pas de projets. Une chose est sûre, en matière de sport, l’homme a de la bouteille !

2 thoughts on “Gérard Dupire, un “boulimique de sport”

  1. Bonjour

    J’apprécie énormément M Dupire, un contact facile toujours à l’écoute du sport et surtout des jeunes.
    Un grand merci de l’aide Pour les jeunes du BMX
    Sportivement
    Jacky Thibaut

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.