13 décembre 2019

Foot: l’affaire Dijon-Lorient continue

Suite à son tacle sur Julien Quercia et la blessure provoquée au Lorientais, Abdoulaye Meïté a été suspendu 8 matchs par la commission de discipline. Le DFCO avait alors 10 jours, à partir de cette décision, pour faire appel (donc jusqu’à dimanche 4 septembre). Le président de Lorient, Loïc Féry, a déclaré à ce sujet : “J’espère que Dijon et Meïté auront la décence de ne pas faire appel. Cette suspension est une bonne décision pour la L1. Ce genre d’attentat ne doit pas être toléré.” Patrice Carteron a répondu quant à lui : “On aurait aimé que du côté de Lorient on ne se permette pas de nous donner de conseil sur ce qu’on devait faire quant à la suite de l’affaire !”

Patrice Carteron a souhaité réagir suite aux propos du Président lorientais.

Un combat Entraîneur/Président

Carteron ne sait pas encore quelle sera la décision de Dijon, mais il regrette que Féry ait remis de l’huile sur le feu. L’entraîneur dijonnais rajoute que “Si ça avait été Lyon ou Paris, il serait resté en Bretagne et il n’aurait rien dit !” L’incompréhension est légitime puisque le comportement du DFCO sur cette affaire a été exemplaire. Après les explications entre Gnecchi et Gourcuff, c’est au tour de l’entraîneur dijonnais de réagir aux propos du président lorientais.

Appel ou pas appel ?

Les dirigeants du DFCO vont donc se réunir et décider s’ils veulent faire appel ou non. Ils sont conscients que la sanction prévue à la base par le règlement est de 12 matchs. Pendant ce temps-là, cette suspension va permettre à Abdoulaye Meïté de faire un gros travail sur le plan physique afin de revenir à 100%.  Si sa peine en reste là, il rejouera face au PSG le 22 octobre au Parc des Princes. Dans tous les cas, le staff n’envisage aucunement d’enrôler un défenseur supplémentaire au sein de l’effectif.

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.