23 septembre 2020

Samuel Carle : “tous des guerriers” pour le derby

A l’aube du grand derby bourguignon de D2 entre le Dijon Bourgogne Hand Ball et le HBC Semur, DIJON-SPORTnews.fr s’est entretenu avec Samuel Carle. L’arrière gauche dijonnais nous raconte ce derby, qui sera particulier pour lui…

Originaire de Semur-en-Auxois, Samuel Carle évolue au DBHB depuis 2004.

DIJON-SPORTnews.fr : Samuel, toi qui es originaire de Semur-en-Auxois, quel effet ça fait de jouer contre son ancien club ?

Samuel Carle : “Je suis né à Semur, j’ai commencé le hand à l’âge de 8 ans là-bas. J’ai joué 14 ans dans ce club et je suis arrivé à Dijon pour la saison 2004-2005. Jouer contre eux, c’est toujours particulier dans le sens où ça rappelle des souvenirs, donc il y a une petite saveur en plus. Mais dans le cadre du championnat il faut gagner quelle que soit l’équipe.”

DSn : L’équipe de Semur a bien changé, est-ce que tu connais encore des joueurs là-bas ?

SC : “A l’heure actuelle, il ne reste qu’un joueur avec qui j’ai joué, Nicolas Martin. Les autres, ce sont des joueurs de Dijon qui sont partis à Semur comme Thibaut Pickaerts et Pierrick Naudin. Et après, encore pire, il y a des jeunes que j’entraînais en moins de 15 quand j’y étais, et qui sont maintenant dans le groupe D2 !”

DSn : Est-ce que vous vous chambrez un peu entre anciens coéquipiers ?

SC : “Quand on y est allé en match amical et qu’on a perdu (30-28), ça chambrait un peu. Ils nous disaient : c’est la première d’une longue série, ou c’est la première d’une série de trois…”

DSn : Revenons sur la déconvenue à Besançon (perdu 27-25). Qu’avez-vous travaillé cette semaine ?

SC : “Déconvenue est le terme. Nous devons corriger ces pertes de balles qui nous bouffent et qui nous tuent les matchs. On a l’impression de tenir les équipes en défense, mais on n’arrive pas à profiter de ces ballons qu’on récupère. Donc au lieu de faire le trou, on reste au coude à coude.”

Pour ce derby qui arrive, le DBHB pourra compter sur la détermination de l'ancien Semurois.

DSn : Comment expliques-tu la différence entre les matchs face à Saintes (gagné 30-20) puis Besançon ?

SC : “C’est la grosse interrogation, c’est dur d’y répondre. Ça fait un petit moment que c’est comme ça : on joue bien et d’un coup la machine s’enraye.”

DSn : Dans quel état d’esprit êtes-vous avant Semur ?

SC : “Je pense qu’on est tous des guerriers. Pour un derby il faut avoir cet état d’esprit-là. Il faut rectifier au plus vite le faux pas de Besançon. Un, on est à domicile et, si on veut monter, on doit tout gagner chez nous. Deux, Semur est un candidat direct pour la montée. Et trois, c’est un derby !”

DSn : Ils arrivent en plus sans pression, vous n’avez pas le droit à l’erreur ?

SC : “C’est sûr. Une victoire les lancerait, et nous ça nous ferait vraiment très mal de perdre, surtout à domicile.”

Un peu moins utilisé l’an dernier par Denis Lathoud, le Dijonnais s’est senti impuissant lors de la descente. Il retrouve du temps de jeu cette saison et compte bien réaliser de belles choses avec le DBHB : “Cette année j’espère contribuer à quelque chose de bien. Une remontée serait vraiment géniale.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.