1 novembre 2020

Bilan après 13 matchs : le DFCO ne lâchera rien !

Créé en 1998, le Dijon Football Côte-d’Or a alterné le bon et le moins bon pendant sept saisons en Ligue 2. C’est finalement sous l’ère Carteron que le club est monté pour la première fois de son histoire en Ligue 1. Jugé comme étant le plus faible des promus au début du championnat, le DFCO a petit à petit su se faire respecter, malgré un bilan plutôt médiocre. Voici un état des lieux après un peu plus de trois mois en Ligue 1, alors qu’un tiers de la saison est déjà passé…

(Photos 2011 : Anatole Barbier)

Pour leur première dans l’élite, les Dijonnais ont offert un curieux spectacle au Stade Gaston-Gérard face au Stade Rennais. Auteurs d’un match correct, ils sont pourtant corrigés sur le score de 5 -1 à domicile. Le match suivant ne rassure guère après une seconde défaite à Toulouse.

Le magnifique retourné de Brice Jovial face à Lorient avait scellé la première victoire du DFCO en Ligue 1.

Des débuts compliqués

A ce moment-là, les spécialistes du foot français se font un malin plaisir d’enterrer ce promu qui occupe déjà la 20ème place avec sept buts encaissés… Le DFCO va alors connaître un déclic en battant Lorient lors de la troisième journée. Pourtant à 10 contre 11 durant presque une heure, Dijon s’impose 2-0 avec notamment un superbe but de Brice Jovial (notre photo).

Trois victoires de suite

Dijon enregistre un premier succès à l’extérieur chez un autre promu, Evian TG. Le style de jeu offensif proposé par Patrice Carteron commence à produire ses effets. Les Dijonnais sont alors 11ème de L1 et sortent Valenciennes en Coupe de la Ligue. Cette embellie est hélas de courte durée pour les rouges qui retrouvent la zone de relégation lors de la treizième journée, suite à quatre défaites d’affilée.

Premier tournant mal négocié

Le DFCO va en effet connaître une période délicate et laisser de nombreux points en route. Si les défaites face à Lyon, Montpellier, Paris et Marseille paraissent logiques, les contre-performances face à Valenciennes, Nice, Ajaccio et Caen sont plus regrettables. Au total, l’équipe du Président Bernard Gnecchi n’a pris que cinq points sur 27 possibles depuis septembre ! Le DFCO reste même sur quatre défaites consécutives. Au milieu de tout ça, elle se paie le luxe de sortir le PSG en huitième de finale de la Coupe de la Ligue.

Younousse Sankharé et Sanaa Altama sont les deux hommes forts du milieu de terrain.

Défense trop friable

Les Dijonnais connaissent donc une mauvaise passe mais posent des soucis aux grosses écuries, sans réussir à prendre des points. A Montpellier par exemple, après avoir mené 0-2, les Bourguignons se sont inclinés 5-3. En cause, la défense qui après treize journées a déjà encaissé 28 buts (plus faible défense du championnat). Cette équipe cherche encore son équilibre. Elle ne sait clairement pas rester derrière, ce qui l’empêche de tenir un score. Le DFCO a également pris la mauvaise habitude de devenir une équipe à réaction, attendant d’encaisser un but pour se mettre à jouer.

Jeunesse et expérience

Patrice Carteron n’a pas peur de faire confiance à des jeunes joueurs qu’il va piocher dans les divisions inférieures. Cela a encore été le cas cet été puisqu’il est allé chercher Joufreau (CFA2), Reynet (CFA) et Guerbert (National), qui lui donnent une fois de plus raison sur le terrain. Il a également misé sur des joueurs un peu plus expérimentés. En attaque, le duo Thil et Jovial a perturbé plus d’un défenseur. Si l’on attend plus du premier, qui pèse sur les défenses adverses mais a du mal à se montrer efficace, le second en est déjà à quatre unités en Ligue 1 et deux en Coupe de la Ligue.

L'attaquant Grégory Thil pèse sur les défenses mais il a du mal à trouver le chemin des filets.

Les recrues doivent apporter plus

En défense, le staff a joué la carte de l’expérience. Cela ne s’est pour le moment pas avéré très fructueux puisque Cédric Varrault peine à se défaire d’une blessure au mollet. Le cas Abdoulaye Meïté est différent. Il a connu un début de championnat catastrophique avec son expulsion qui lui a valu huit matchs de suspension. Depuis, il semble avoir retrouvé son niveau et s’impose comme le patron de l’équipe. Enfin, les supporters n’ont guère eu l’occasion de voir des joueurs comme Diallo ou Baradji, et surtout attendent plus de Matsui, qui n’a joué que trois rencontres pour le moment.

Des raisons d’espérer

Patrice Carteron peut s’appuyer sur les joueurs qui ont participé à la montée en Ligue 1. Il sait qu’il pourra toujours compter sur Éric Bauthéac, percuteur infatigable dans son couloir gauche, ou sur Younousse Sankharé, combattant du milieu de terrain. Il en est de même pour la révélation de la saison dernière : Benjamin Corgnet. Il est l’un des meilleurs éléments de notre championnat et peut faire la différence à tout moment. Son statut de meilleur buteur dijonnais avec cinq buts en est la preuve.

Si le DFCO est actuellement dans une mauvaise passe, le jeu produit laisse place à l’optimisme. Toutefois, sans une défense constante, la descente semble inévitable pour les joueurs de la Cité des Ducs. La trêve sera l’occasion d’ajuster l’effectif dans ce secteur. Avant-dernier budget de Ligue 1, le club pointe ‘logiquement’ à l’avant-dernière place du championnat. L’écart est cependant de deux petits points avec un autre promu, Evian TG (13ème). Rien n’est fait : le DFCO devra continuer à se battre et faire honneur à sa devise : « On ne lâche rien » !

Avec notre nouveau partenaire : www.sharkfoot.fr

Retrouvez les infos du DFCO sur la page du club :

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.