30 novembre 2020

Le Stade Dijonnais domine avant de céder face à Lille

Le Stade Dijonnais recevait le leader lillois dimanche avec l’intention d’asseoir ses ambitions. Les joueurs d’Éric Melville se sont malheureusement inclinés (15-20) alors qu’ils avaient le match en main. Ils récoltent ainsi leur première défaite à domicile de la saison et se consolent avec le bonus défensif.

Tikiko Koroivoutu rafute l'ouvreur lillois sous les yeux de Julien Jeuvrey.

Si le match avait mal débuté avec ce premier essai de Lille dès la 3ème minute sur leur première incursion, c’est bien le Stade qui a largement dominé pendant plus de 50 minutes. Pour preuve, la première véritable attaque lilloise n’a eu lieu qu’à la 51ème minute.

Domination mal récompensée

Cependant, cette domination dijonnaise n’a abouti à aucun essai, malgré quelques situations très chaudes. “C’est bien dommage, on fait un très bon match mais on n’est pas récompensé,” expliquait Yann Rave. On retiendra le très gros travail des avants, notamment de Genevois, Kohler, Geldenhuys et Mchedlischvili. Les stadistes ont produit d’excellentes séquences comme cet enchaînement d’actions pendant plusieurs minutes face à une grosse défense, récompensé uniquement par une pénalité (26ème).

Pour leur première titularisation ensemble au centre, Yann Rave (à gauche) et Nicolas Maillochon (au centre) n'ont pas eu grand chose à se mettre sous la dent.

Coaching “perdant”

Alors que le score est de 15-5 pour Dijon, les mouches commencent à changer d’âne… A la 52ème minute, le Stade injecte du sang frais pour continuer à bousculer les avants nordistes. Hélas, c’est l’inverse qui se produit. Dominateur jusque-là, le pack dijonnais cède peu a peu face à Lille. “On peut faire le parallèle entre le coaching et le moment où on est moins bien, mais juste avant, on campe pendant dix minutes chez eux sans marquer. On y a laissé des plumesconstatait lucidement le centre dijonnais avant d’ajouter : “Je ne pense pas que ce soit le coaching, c’est plus l’état d’esprit de ceux qui rentrent qu’il faut améliorer.”

Scarbrough a fait mal

Il aura fallu toute la malice, l’expérience et le talent de l’ancien international anglais (ex-joueur du Racing Métro), Dan Scarbrough, pour décanter le match côté lillois. “Il ne faut pas leur laisser la moindre occasion. On a vu ce qu’était le très haut niveau. On a deux ou trois occasions qu’on n’a pas su concrétiser. Eux, ils en ont deux qui vont au bout…” regrettait Yann Rave.

Le Stade a donc réalisé une très mauvaise opération en s’inclinant à domicile. “Il faudra aller rattraper les points perdus en gagnant chez un prétendant à la qualification,” terminait le Dijonnais. Le plus tôt sera la mieux. Pourquoi pas à Massy dès dimanche ?

Retrouvez les infos sur le Stade Dijonnais (articles, classement, résultats…) sur la page du club !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.