3 juin 2020

Martin Gascon, capitaine des Ducs, a “soif de succès !”

Arrivé cet été en provenance de Brest (D1), Martin Gascon est en pleine réussite. A 30 ans, l’attaquant canadien du DHC est actuellement le meilleur passeur et le meilleur pointeur de Ligue Magnus. Il s’apprête à retrouver son ancienne équipe en Coupe de France, les Albatros de Brest. DIJON-SPORTnews.fr a rencontré le capitaine de Ducs.

A 30 ans, Martin Gascon est au sommet de son art avec les Ducs de Dijon.

DIJON-SPORTnews.fr : Martin, mercredi soir, tu vas jouer face à Brest, c’est un match particulier pour toi ?

Martin Gascon : “C’est sûr que ce sera très particulier pour moi. J’ai joué là-bas l’année passée et la moitié des joueurs sont des bons amis. J’ai vécu une belle histoire avec Brest. J’ai rarement vu une entente entre joueurs aussi bonne. C’est une belle petite ville de hockey. Ça va me faire plaisir de les revoir mais par contre, ils me connaissent bien et savent que je n’ai pas d’ami sur la patinoire ! Personnellement j’aurais préféré que ça se joue là-bas mais un quart de finale chez nous, ça nous donne plus de chances de gagner.”

DSn : Jouer au milieu des fêtes, ça doit être compliqué (ndlr : double-confrontation DHC-Rouen le 26 puis le 30 décembre) ?

MG : “Le hockey, c’est mon travail. Donc pour moi Noël, c’est une soirée comme une autre. Ce n’est pas Noël qui paie mon salaire, c’est le hockey, donc c’est comme ça que je l’approche.”

Le capitaine des Ducs a soif de victoire.

DSn : En tant que capitaine, as-tu parlé à tes coéquipiers pour ne pas qu’ils fassent d’excès ?

MG : “J’en ai parlé directement à Mathias Arnaud (ndlr : qui passait à côté à ce moment) ! (rires) Non, je n’ai pas besoin. Tout le monde sait que le match contre Rouen est important. C’est le genre de choses que tu n’as pas besoin de dire. Ils vont faire le nécessaire pour être performants au maximum.”

DSn : Tu es meilleur passeur et meilleur pointeur de la Ligue Magnus, tu t’y attendais ?

MG : “Non pas du tout ! Honnêtement, un de mes objectifs était d’arriver dans le haut du classement des joueurs offensifs. Mais d’être le tout premier, je ne m’y attendais pas du tout et je suis très content évidemment.”

DSn : C’est devenu un objectif pour la fin de la saison ?

MG : “L’objectif c’est de gagner des matchs chaque soir, mais si par ma production offensive on gagne des matchs c’est très bien. Si en bonus ça me permet de finir premier au classement des marqueurs je serai très très content. Si ce n’est pas le cas mais qu’on gagne nos matchs je serai très content aussi.”

Martin Gascon (à droite) est actuellement meilleur pointeur de Ligue Magnus devant son compatriote Yanick Riendeau (au centre).

DSn : Tu retournes au Canada souvent ?

MG : “Tous les étés je retourne au Québec. On est 8 mois en activité ici et je retourne les 4 mois restants chez moi.”

DSn : Tu aimerais bien par exemple pouvoir rentrer pour les fêtes ?

MG : “Non, ça ne me dérange pas. Franchement au hockey les fêtes n’existent pas. C’est l’occasion pour nous de faire plus de matchs et qu’il y ait plus de supporters à la patinoire. C’est un sport d’hiver c’est là que ça se passe. Les gens sont en vacances et les enfants peuvent venir. Je me rappelle une année aux États-Unis où on jouait 5 matchs sur les 7 jours entre Noël et le Nouvel An. Pour nous les vacances c’est l’été !”

DSn : Est-ce que tu te sens bien à Dijon ?

MG : “Oui, ça va très bien. En ce moment on est 5ème au championnat et on pourrait même être un petit peu plus haut. On est bien placés pour attaquer la deuxième moitié de championnat. Les choses vont bien pour moi sur la glace, j’ai la chance de jouer avec d’excellents joueurs, et avec un excellent entraîneur. C’est très positif pour le moment.”

DSn : Tu as pris le temps de découvrir la ville ?

MG : “Ma femme et moi sommes très visiteurs. J’ai visité beaucoup d’endroits en France. L’architecture de Dijon est magnifique. On habite au centre ville et j’aime beaucoup les façades des bâtiments. C’est une ville qui bouge et il y a toujours quelque chose à faire. On se plaît énormément ici.”

DSn : Ces dernières années tu restais une saison par club, que vas tu faire à la fin de saison ?

MG : “Une saison, c’est très long. Il y a tellement de choses qui peuvent rentrer en compte ! Dans une carrière de hockey tu as toujours un but que tu veux atteindre avant de te poser. Moi, je n’y suis encore jamais arrivé. Le jour où je sentirai que je suis arrivé au niveau maximum, peut-être que je penserai à m’établir. Pour le moment, j’ai encore soif de succès ! J’ai envie de voir encore un peu plus loin. Si Dijon peut me permettre d’aller où je veux, on verra. Il est encore trop tôt dans la saison pour décider. Dijon n’est pas un endroit que je vais balayer du revers de la main. Mais je ne suis ici que depuis 4 mois, ça ne me permet pas encore de dire que c’est à Dijon que je veux m’établir…”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.