23 septembre 2019

Le GP Superbike d’Assen vu par Maxime Berger

Maxime Berger, le jeune pilote dijonnais engagé en Superbike, a couru son troisième Grand Prix de la saison ce week-end à Assen aux Pays-Bas. Il a connu des fortunes diverses. Voici le Grand Prix vu de l’intérieur par Maxime Berger :

En terminant 11ème, Maxime Berger est encore entré dans les points malgré des conditions difficiles lors de la course n°1 . (Photo : maxime-berger.com)

“Un week-end de course plutôt mouvementé à Assen, avec une météo capricieuse et des conditions de piste très changeantes. En première séance de qualif, je n’ai le temps de faire qu’un seul tour en slick, comme tous les pilotes du plateau d’ailleurs, la pluie faisant son apparition moins de 5 minutes après l’ouverture de la séance. Je ne ferai que 6 tours durant cette séance, et mon chrono de 1’39,286 servira finalement à la qualification en Superpole, car le temps restera humide et les chronos ne changeront plus sur la 2ème séance qualif.

Un beau vol plané

Les deux séances qui suivent me permettent de prendre mes marques avec la moto sur piste humide, car je l’avoue ce n’est pas du tout ma tasse de thé. En Superpole, je suis confiant avec la moto, et j’espère bien décrocher une bonne place, mais au 3ème tour, la BMW de A. Badovini part en higside juste devant moi, et je ne peux strictement rien faire pour l’éviter. Je fais un vol plané avec la moto et je retombe lourdement sur le dos, le choc est très violent. Résultat : 15ème place sur la grille, ça ne va pas être évident, mais bon rien de cassé c’est l’essentiel.

Maxime Berger a lourdement chuté sans conséquences lors des qualifications. (Photo : Team Effenbert Liberty)

1ère course difficile

Sur le deuxième départ de la première course, je mets trop de gaz, la moto part complètement de travers et je perds beaucoup de temps. « Zen Maxime !! » car sur le premier départ, trop tendu, je me suis mis dans un faux rythme. Je me détends, et essaie de suivre le groupe, mais on ne voit rien du tout, les motos soulèvent des gerbes d’eau. J’arrive à rester sur mes roues, et passe la ligne en 11ème position.

Nouvelle chute

En 2ème course la piste a séché, je prends un bon départ et me retrouve en 8ème place, et là je me fais plaisir. Du pilotage comme j’aime avec de gros freinages, des dépassements et des sorties de chicane en wheeling, que du plaisir. Et au 12ème tour, à la même courbe où je suis tombé en Superpole, sans faire vraiment attention, je mords un peu sur la bande de peinture, qui elle était resté trempée. Verdict sans appel, la moto part en glissade et nous terminons dans les graviers. Tellement pris dans ma course, je n’avais même pas vu que C. Davies avait commis la même erreur que moi 3 secondes avant.

Tout de même du positif

En résumé, même si ça ne saute pas aux yeux, pour moi c’est un week-end très très positif. J’arrive maintenant à me détendre, à pencher la moto et faire de bons chronos sur piste trempée. Il me reste encore un peu de boulot avant de faire des chronos d’extraterrestre sur piste mouillée, comme ont pu le faire certains pilotes durant ce week-end, mais j’étais loin d’être dans les choux. C’est le point positif du week-end, et si on veut avancer, il ne faut retenir que le positif. Rendez-vous dans 15 jours à Monza.”

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.