25 juin 2021

Olivier Dall’Oglio : “Amener un air nouveau” au DFCO

Le DFCO a connu une fin de saison compliquée en Ligue 1 entraînant la descente du club en Ligue 2. Après la démission du président Gnecchi, l’entraîneur Patrice Carteron a laissé sa place à Olivier Dall’Oglio qui fut son adjoint lors de la saison 2010-2011 et qui gérait la formation la saison dernière. DIJON-SPORTnews.fr a rencontré le nouvel homme fort du DFCO pour en savoir plus sur la saison à venir…

DIJON-SPORTnews.fr : Comment se passe votre prise de fonction ?

Olivier Dall’Oglio : “Je suis entre deux missions puisque je m’occupe encore du centre de formation. Depuis ma nomination, je gère les deux dossiers. Il y a beaucoup à faire de chaque côté mais tout se passe bien ! Ça fait pas mal de changements. C’est surtout au niveau du club que ça a été mouvementé sur la fin de saison. Maintenant, il faut amener un air nouveau et ça fait partie de mon boulot de structurer tout ça.”

Le nouvel entraîneur du DFCO Olivier Dall'Oglio.

DSn : Quel accueil avez-vous reçu jusque-là ?

ODO : “Pour le moment, je n’ai pas vu grand monde. Je pense voir le public et les supporters quand la saison va débuter. Sinon je n’ai reçu que des échos positifs au niveau du club et de son entourage.”

DSn : Il y a eu une réelle volonté du DFCO de repartir à zéro après cette fin de saison mouvementée…

ODO : “Disons que le but n’est pas tout à fait de repartir à zéro mais de continuer différemment. Comme il y a eu une petite tornade en fin de saison, sur les résultats mais aussi sur la manière de communiquer, le club va continuer à évoluer avec ses propres structures mais on veut évoluer différemment dans la mentalité.”

DSn : Après cette année à rebondissements, vous savez que vous allez être attendu au tournant ?

ODO : “Quoi qu’il en soit, les staffs sportifs sont attendus parce qu’on attend des résultats. Je vais mettre en oeuvre un maximum de choses pour qu’on arrive à satisfaire le plus de monde possible. Maintenant, les résultats, je ne les connais pas et je ne les contrôle pas. Pour ce qui est du reste, je maîtrise pas mal de choses comme la mise en place du staff, le fonctionnement de l’équipe, la façon de travailler et de communiquer dans le club… Après, si on est sérieux et qu’on bosse bien tout ça, ça devrait fonctionner. Mais les résultats c’est quelque chose que personne ne maîtrise.”

DSn : Quelles sont vos relations avec Sébastien Perez ?

ODO : “On est complémentaire. Il a un très bon réseau au niveau des agents et des joueurs, et moi j’ai le mien. On conjugue nos talents pour arriver à être dans une bonne cohésion. Jusqu’à présent, ça se passe très bien et il n’y a pas de raison que ça se passe mal.”

DSn : Quel est le projet prioritaire en ce moment ?

ODO : “Le premier projet est de mettre en place un staff technique, ce qui a été pratiquement fait avec des gens que je connais bien qui sont internes au club. La deuxième chose, c’est de mettre sur pied une équipe compétitive pour le championnat avec ce staff technique plus des gens vont venir nous aider. C’est un gros travail par rapport à l’héritage qu’on a reçu des joueurs sous contrat.”

Olivier Dall'Oglio ici entouré de Sébastien Perez (à gauche), Directeur sportif, et d'Olivier Delcourt, Président du DFCO.

DSn : Avez-vous rencontré les joueurs ?

ODO : “Je ne les ai pas rencontrés. Ils sont partis en vacances après le match face au Stade Rennais. Je pense qu’ils ont suivi les évènements par leurs agents et les journaux. Pour l’instant, personne ne les a revus. Je les ai eu par téléphone. Après, il y aura des rencontres individuelles.”

DSn : Vous souhaitez en garder une majorité ?

ODO : “On sait qu’il y a un effectif trop important. Aujourd’hui, l’idée est de diminuer le nombre de joueurs. Ce sera la première des priorités. Il faudra le faire intelligemment en gardant l’équilibre de l’équipe.”

DSn : Concernant Jean-Daniel Padovani, va-t-il rester ?

ODO : “Pado je le connais très bien puisque je l’ai eu durant 6 mois avec l’équipe réserve. Il arrive en fin de contrat. On étudie toutes les possibilités mais aujourd’hui, il n’y a rien de décidé par rapport à ça.”

DSn : Et Benjamin Corgnet ?

ODO : “Je souhaite conserver les meilleurs joueurs ! Après, on sait que c’est un garçon qui est convoité et qui est susceptible de ramener de l’argent au club. Si le DFCO trouve de bonnes raisons à ce qu’il parte, il partira. S’il reste il sera le bienvenu !”

DSn : Y a-t-il beaucoup de joueurs convoités ? Allez-vous en retenir certains ?

ODO : “Il n’y a pas tant de joueurs convoités puisque, à ce jour, on n’a officiellement aucune demande. Il y a plus de bruit qu’il n’y a d’action. Bien sûr que si quelqu’un met 15 millions d’euros sur la table, peut-être qu’on réfléchira !”

Olivier Dall'Oglio : "Si on peut remonter, on montera !"

DSn : Quelles sont vos cibles ?

ODO : “On a déjà anticipé sur le recrutement mais à ce jour on ne recrute personne tant qu’on n’a pas vendu de joueur. C’est la priorité.”

DSn : Quelle est votre philosophie de jeu ?

ODO : “Déjà, ce que j’ai proposé au président, c’est un projet de club. C’est ce que j’avais commencé à faire avec le centre de formation et qu’on va étendre jusqu’à l’équipe première. On veut tout d’abord une bonne communication en interne, qu’il n’y ait pas de dispersion d’énergie à droite et à gauche et que tout le monde au niveau du club trouve sa place. Après, sur le projet de jeu, je suis plutôt partisan de jouer au sol et de repartir de derrière. Maintenant, il est normal qu’avant de préciser le projet de jeu je connaisse le profil des joueurs. Mais j’ai quelques idées à proposer aux joueurs…”

DSn : Est-il trop tôt pour parler des objectifs du DFCO ?

ODO : “Les objectifs sont comme les résultats, ce sont des choses qu’on ne maîtrise pas donc on peut dire ce qu’on veut au départ. Par contre, ce qu’on maîtrise, c’est le travail sur le terrain, c’est un cadre de fonctionnement. Ça on peut le définir. Il y a les attitudes des joueurs que l’on va fixer. Je leur en ferai part. Le club descend de Ligue 1 après des moments compliqués donc il va falloir récupérer tout ça. Ça dépend de l’état d’esprit dans lequel vont se trouver les joueurs. Ça dépend également du profil de l’équipe. Je pense qu’on peut se la jouer tranquille et humble en disant que l’on veut rester en L2 la saison prochaine… Après, si on peut monter on montera ! Aujourd’hui, ce qui est important c’est de repositionner les bases du club et de retrouver une certaine sérénité que l’on avait perdue…”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.