30 mars 2020

F. et C. Lebrun domptent les volcans du marathon de feu

Il y a quelques mois, Christophe Lebrun et sa compagne Frédérique Laurent se sont lancés un défi, celui de courir cinq marathons sur cinq continents différents et dans des conditions extrêmes : le ‘Grand Chelem Marathon’ (voir notre article). Ainsi, au mois d’août, ils ont couru le marathon de feu sur l’île d’Ambrym, au Vanuatu, au milieu des volcans… DIJON-SPORTnews.fr revient sur ce premier défi !

Christophe et Frédérique en pleine ascension du volcan Bembow au Vanuatu (photo : GCM-2012).

Il leur a fallu pour cela 4 mois de préparation spécifique, axée sur une alimentation adaptée et pour se familiariser avec le matériel comme le masque à gaz ou les lunettes de protection contre les cendres volcaniques. Christophe Lebrun et Frédérique Laurent ont atterri le 4 août au Vanuatu et ont d’abord marché 2 jours à travers une végétation dense, faisant halte entre temps dans le village de Lalinda, avant de rejoindre leur camp de base le lundi 6 août.

L’accès au volcan après 3 jours d’attente

Christophe Lebrun attendait de fortes chaleurs mais le temps n’a pas été au rendez-vous puisqu’il a plu sans discontinuer. Cela a alors posé problème puisque l’accès aux volcans de Bembow et Marum a été très difficile, les conditions obligeant Christophe et Frédérique à repousser leur expédition… Durant trois jours, ils ont tenté plusieurs options avant d’enfin accéder au volcan Marum le vendredi 10 août.

La pluie cesse enfin

Les conditions extrêmes ont parfois obligé les 2 marathoniens à porter des masques pour se protéger des cendres volcaniques (photo : GCM-2012).

Le lendemain, grâce à une météo enfin plus clémente, ils ont débuté leur marathon après 3 jours de reconnaissance et 25 heures de marche ! Christophe Lebrun avoue que l’attente n’a pas été facile à gérer : “On était en autonomie, sans eau ni électricité et avec des vivres pour une semaine. Tout a rapidement été trempé. Mais c’est la nature qui décide et on s’adapte ! Nous étions un peu usés à la fin par l’attente et par la pluie.”

Chercher l’eau, toute une expédition

Pour l’anecdote, lorsqu’ils devaient aller chercher de l’eau depuis leur camp de base, ils devaient marcher 25 minutes à travers la végétation et revenir avec une poche d’eau de 20 litres qu’ils avaient puisé dans une mare. Toute une expédition et pas franchement de tout repos avant de courir un marathon !

Christophe Lebrun et Frédérique Laurent ont achevé ce premier marathon de feu, un défi réalisé pour l’association ‘A chacun son Everest’ (photo : GCM-2012).

Premier défi réussi

Le grand jour enfin arrivé, il faut remballer tout le campement pour partir sur les 42,195km sur la caldeira, les canyons et surtout la montée du volcan Bembow. Au bout de 35km, Christophe ressent la fatigue et laisse partir Frédérique, qui en termine après 6h23 d’effort. Il franchira la ligne après 7 heures de course et 42,480km exactement, accompagné par Frédérique qui est revenue en arrière terminer avec lui. Leur premier marathon est ainsi terminé !

“C’était difficile mais on a terminé !”

Christophe Lebrun était épuisé mais heureux d’avoir réalisé ce premier défi : “La veille, on a enfin pu accéder au volcan et on est rentré vers 22h pour repartir le lendemain à 9h. Ce n’était pas l’idéal ! On a également manqué d’eau. C’était difficile sur la fin mais on a terminé ce marathon de feu !

Christophe et Frédérique ont donc bouclé le premier de leurs cinq marathons qu’ils courent au profit de l’association ‘A chacun son Everest‘. Les jours qui ont suivi ont été consacrés à la récupération et tout est désormais rentré dans l’ordre. Ils sont désormais tous deux tournés vers le marathon qu’ils courront sur les hauts plateaux de Bolivie à 4000m d’altitude dans 6 semaines…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.