30 septembre 2022

Un DBHB trop inoffensif pour battre Chartres

Les Dijonnais, après une entame de championnat tonitruante face à Besançon, ont montré un tout autre visage à Chartres. Ils reviennent de leur premier déplacement avec une défaite qui laisse pas mal de doutes (18-16).

Le score parle de lui-même… Les deux attaques n’ont pas su faire la différence dans cette rencontre. Les performances des deux gardiens sont tout de même à souligner mais ce sont avant tout les défenseurs qui ont pris le pas sur les tireurs. Malgré une prestation peu convaincante en attaque, le DBHB a fait preuve de solidité en défense.

Goran Bogunovic n’a pas été à la fête pour sa première apparition officielle avec le DBHB.

Trop de ballons perdus

Le problème dijonnais est donc venu de l’attaque. Les hommes de Denis Lathoud ont perdu un nombre incalculable de ballons qu’ils ont rendus trop vite à leurs adversaires. Ils ont également fait preuve d’une trop grande inefficacité devant la cage avec seulement 16 buts marqués pour 36 tirs effectués (44% de réussite).

Une base arrière défaillante

Le symbole de cet échec vient de la base arrière, qui n’a que trop rarement su faire la différence. Mis à part Mohamed Kiour (5/8), tous ont connu une soirée difficile. C’est le cas de Redei (1/6), de Naudin (1/2) et de Bogunovic (1/8), qui effectuait sa première rencontre sous ses nouvelles couleurs. Ces trois joueurs ont un taux de réussite au tir de moins de 19% (3/16) ! C’est évidemment insuffisant pour remporter un match…

Les Dijonnais avaient rassuré leurs supporters lors de la première rencontre à domicile mais laissent déjà planer quelques doutes sur leur régularité. Il faudra très vite corriger le tir vendredi à Mulhouse, bourreau du DBHB la saison dernière en demi-finale des play-offs.

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.