28 septembre 2020

Le CDB doit rattraper le temps perdu face à Issy-Paris

Le CDB est actuellement dans une situation délicate après le revers subi la semaine dernière face à Nice au Palais des Sports. Les Dijonnaises ont un match délicat à négocier ce dimanche face à Issy-Paris (16h15).

Les Dijonnaises vont devoir faire preuve de solidarité face à Issy-Paris.

Les Parisiennes, avec un effectif relativement stable par rapport à la saison dernière, réalisent un début de championnat en demi teinte. Les vice-championnes de France comptent pour le moment 3 victoires et 3 défaites. A domicile, elles ont tout connu : une lourde défaite face à Metz (19-28), une large victoire face à Nîmes (26-15), et une victoire à l’arraché face à Besançon (22-21).

Issy-Paris en quête de repères

Si Arnaud Gandais possède un groupe de grande qualité, son équipe ne tourne pas encore à plein régime. Comme les Dijonnaises, les Franciliennes rencontrent des soucis en attaque (seuls le CDB et Nice ont marqué moins de buts). Elles s’appuient en revanche sur une grosse défense, la troisième du championnat, avec moins de 23 buts encaissés en moyenne par match.

Le CDB a laissé passer une belle occasion

Du côté dijonnais, la défaite face à Nice a laissé des traces. Une victoire aurait placé les filles de Christophe Maréchal à la 6ème place, qualificative pour les play-offs. Le CDB ne compte qu’un petit point de retard sur Besançon (6ème) et Nîmes (7ème) mais aura fort à faire pour rattraper les points bêtement perdus lors de cette défaite évitable.

Les Dijonnaises ont une rencontre délicate à jouer face à Issy-Paris. Les coéquipières de Céline Murigneux doivent montrer qu’elles ont du caractère et se doivent de l’emporter pour rattraper leur contre performance de la semaine dernière. 

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.