20 août 2019

Bilan à la trêve: le DFCO reste en embuscade

La première partie de saison en Ligue 2 s’est achevée sur un résultat nul à Arles-Avignon pour le Dijon Football Côte-d’Or. Le club bourguignon compte un match en retard et reste en embuscade à la 7ème place du classement, à 5 points du podium… C’est l’occasion de dresser un premier bilan à la mi-saison.

Benjamin Corgnet a porté pour la dernière fois le maillot du DFCO face au Gazélec d’Ajaccio le 31 août 2012.

Après un départ canon (3 victoires consécutives), le DFCO avait rapidement pris les commandes du championnat. La bonne forme du club du président Delcourt s’expliquait notamment par la présence de Benjamin Corgnet, véritable moteur de l’équipe et décisif à chacune de ses apparitions.

La “Corgnet dépendance”

Présent à 4 reprises lors des 6 premières journées de Ligue 2, le milieu offensif a marqué 3 fois et son équipe s’est toujours imposée ! Corgnet a régalé le public du stade Gaston-Gérard une dernière fois le 31 août 2012 face au Gazélec d’Ajaccio, quittant Dijon en gentleman sur une victoire (2-1) et un but avant de rejoindre le FC Lorient au mercato. Après avoir mis le DFCO sur les bons rails, le transfert du leader de l’équipe a marqué un tournant important dans la saison du club qui a connu une suite de championnat difficile…

Fin de l’ère Corgnet

L’entraîneur Olivier Dall’Oglio a utilisé Florin Bérenguer lors de 17 matchs sur les 18 joués en Ligue 2.

L’ère après Benjamin Corgnet a nécessité un temps de réadaptation pour ses partenaires. Pendant près de 2 mois, orphelins de leur leader de jeu, les footballeurs dijonnais n’ont plus gagné, soit 7 matchs sans victoire ! L’arrivée de Tavares a permis aux Rouges de retrouver des couleurs. Auteur de 6 buts et une passe décisive en 10 matchs, le Capverdien symbolise le nouveau visage du DFCO. Avec des joueurs comme Tavares (24 ans), Paye (22 ans), Cissé ou Mollet (21 ans), l’entraîneur Olivier Dall’Oglio compte sur la jeunesse pour prendre le relais et porter le club vers le haut du classement.

Performances contrastées

Toutefois, les Bourguignons peinent à trouver une stabilité défensive et encaissent autant de buts qu’ils en marquent… Les joueurs ont alterné de bonnes et de mauvaises performances. Certaines prestations, comme à Laval ou face à Sedan en Coupe de France, ont été très médiocres. D’autres, comme face à Caen ou contre Nîmes, ont été de bien meilleure facture. Ce contraste se caractérise par une belle réussite à domicile (2ème meilleur club après Nantes) mais une irrégularité à l’extérieur (14ème de Ligue 2).

Grâce à sa technique et sa qualité de passe, Thomas Guerbert s’impose comme un joueur essentiel du DFCO sur le terrain (photo : Julien Rivage).

Nouveaux leaders de jeu

Sur le terrain, l’entraîneur local peut désormais compter sur de nouveaux leaders. A commencer par l’inamovible gardien Baptiste Reynet qui n’a jamais quitté la cage dijonnaise en 21 matchs, soit 1950 minutes de jeu ! Il a sauvé son équipe de nombreuses fois malgré quelques moments de déconcentration heureusement très rares. En défense, le très offensif Bamba est toujours combatif et actif dans son couloir droit. Les milieux latéraux Bérenguer et Guerbert prennent une vraie dimension au fur et à mesure des rencontres, en particulier ce dernier dont la précision de passe est une arme redoutable (4 passes décisives). On regrettera l’épisode Sankharé à l’intersaison, vrai gâchis pour le club et l’intéressé. Moins capricieux, l’ex-joueur du PSG aurait pu être un des patrons de Dijon au centre du terrain.

Concurrence en attaque

En attaque, Koné et Caceres ont eu de bonnes périodes et se sont montrés efficaces par intermittence. Jovial retrouve la forme et Tavares n’a pas mis longtemps à s’imposer si bien qu’il n’y a pas de véritable hiérarchie à ce poste… Il faut dire que l’effectif d’Olivier Dall’Oglio n’a pas été épargné par les blessures. C’est surtout le secteur offensif qui a été touché (Jovial, Thil, Koné, Guerbert). La trêve va permettre aux organismes de récupérer pour mieux repartir en 2013.

Cette saison 2012-2013 est donc une vraie année de reconstruction pour le Dijon Football Côte-d’Or qui doit maintenant rebondir sans les Kumordzi, Bauthéac ou Corgnet qui ont fait les beaux jours du club. Le DFCO n’a pas encore trouvé la bonne carburation mais reste sur une belle série au mois de décembre (2 victoires, 1 nul). Il sera intéressant de voir comment le club dijonnais va négocier le mercato et la rentrée 2013 qui s’annonce compliquée avec 3 rencontres en une semaine et le départ de Tavares pour la CAN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.