27 octobre 2020

Scandale Ligue 2: Aucune charge retenue contre Dall’Oglio [MAJ]

L’entraîneur du DFCO Olivier Dall’Oglio, interpellé mardi matin dans le cadre du scandale qui éclabousse la Ligue 2, est sorti de garde à vue sans qu’aucune charge ne soit retenue contre lui. Les policiers du Service central des courses et jeux de la Direction centrale de la police judiciaire tentent toujours de faire la lumière sur plusieurs matches suspects du Nîmes Olympique ayant eu lieu la saison dernière.

Olivier Dall’Oglio empêtré dans une affaire de corruption en Ligue 2 ? (photo archive -Anatole BARBIER)

MAJ: Olivier Dall’Oglio est sorti de sa garde à vue place Suquet à Dijon, en fin d’après-midi. Aucune charge n’a été retenue contre lui d’après le DFCO et son président Olivier Delcourt, qui ont tenu à affirmer leur soutien à leur entraîneur via un communiqué que vous pouvez lire ici.

 

MAJ: Le journal Le Point avance également l’existence d’un quatrième match suspect. Les dirigeants de l’US Créteil-Lusitanos auraient confirmé avoir été approchés par Nîmes pour lever le pied lors de la dernière rencontre du championnat Créteil-Nîmes (1-1), le 16 mai dernier. Une information qui irait à contre-sens quant aux soupçons d’arrangement lors du match Caen-Nîmes (1-1). Ce résultat nul avait alors quasiment assuré aux Normands une montée en Ligue 1, et avait permis à Nîmes de se maintenir en Ligue 2.

 

MAJ: L’entraîneur du DFCO interpellé hier matin à Dijon puis entendu par les enquêteurs parisiens du Service central des courses et jeux, aurait passé la nuit en garde à vue selon nos confrères du Bien Public.

 

MAJ: Le Canard Enchaîné a dévoilé quelques extraits des écoutes de l’affaire de corruption qui secoue la Ligue 2 depuis hier matin.

Certains concernent le match entre Dijon et Nîmes le 24 avril dernier (34e journée). Serge Kasparian (actionnaire de Nîmes) est au téléphone avec son fils, 3e gardien du Nîmes Olympique: « C’est sûr, ils lâchent le match. Enfin, ils le lâchent gentiment, je veux dire. » La veille du match, Michel Moulin, très proche de l’entraîneur dijonnais Olivier Dall’Oglio, confirme les dires de l’actionnaire à Conrad (président de Nîmes): « J’ai fait passer le message, ils vont pas jouer le match de leur vie. Par contre, arranger un match, c’est toujours compliqué. (…) Maintenant, c’est une question de motivation. Toi, tu joues ta vie, Eux, ils jouent rien. (…) Ils sont faibles dans l’axe. Il m’a dit : « Tu joues là-dessus, voilà, c’est à vous de prendre le match à 3 000%« . Après la victoire finale de Dijon 5-1, Kasparian commente : « Franchement, on avait tout préparé pour qu’ils jouent tranquille. Mais bon, à un moment donné, ils étaient tout seuls face au gardien. Il fallait bien qu’ils marquent !»

 

MAJ: Autre information du journal LePoint, Michel Moulin, connu pour être très proche d’Olivier Dall’Oglio, a lui aussi été mis en garde à vue hier dans l’après-midi: il est soupçonné par la justice d’avoir joué un rôle d’intermédiaire pour le compte de Serge Kasparian, actionnaire majoritaire du Nîmes Olympique, et de Jean-Marc Conrad, président du club. Connu pour son passage au PSG en tant que conseiller sportif suite à la démission du président Cayzac, l’homme d’affaire a notammentt fondé le 10 Sport ou encore Paru Vendu. Il a également été directeur sportif du FC Istres, du Red Star, d’Alfortville et du Mans.

 

MAJ: En parallèle de ces soupçons qui pèsent sur la Ligue 2, les trois derniers présidents de l’Olympique de Marseille, à savoir Pape Diouf, Jean-Claude Dassier et Vincent Labrune, ont eux aussi été placés en garde à vue ce matin et entendus notamment dans le cadre des commissions distribuées lors des transferts à l’OM de Souleymane Diawara en 2009, puis d’André-Pierre Gignac en 2010. Des soupçons d’abus de biens sociaux dans le cadre de l’arbitrage du départ de Jean-Claude Dassier viseraient également Vinvent Labrune.

 

MAJ: Olivier Pickeu, le directeur sportif du SCO d’Angers, «s’étonne» que le nom du SCO apparaisse dans l’article du Point de ce matin. «Ni le président, ni l’entraîneur ni aucun joueur n’ont été interpellés dans le cadre de cette affaire”, a-t-il assuré à l’equipe.fr.  «Nous avons vérifié ce matin auprès de la PJ locale et nous n’avons rien à voir là-dedans.» Angers s’était incliné à domicile contre Nîmes lors de la 36e journée, le 6 mai 2014 (2-3).

 

MAJ: Les présidents de Nîmes et Caen,  Jean-Marc Conrad et Jean-François Fortin, ont eux aussi été interpellés ce matin. Le directeur sportif du SM Caen Xavier Gravelaine, et son entraîneur Patrice Garande, ont eux été entendus.

 

MAJ: Olivier Delcourt, le président du DFCO, a réagit via l’AFP: «Olivier Dall’Oglio a bien été interpellé à son domicile ce mardi matin, à 6 heures, et a été conduit au commissariat de Dijon, où il est toujours entendu par les policiers […] Je suis bien sûr plus que surpris, car l’enquête, qui concerne plusieurs clubs de Ligue 2 porte, en ce qui concerne dijon, sur un match que le DFCO avait largement remporté face à Nîmes (5-1, le 25 avril). Je suis parfaitement serein, tant pour Olivier Dall’Oglio que pour le club»

 

Selon Lepoint.fr, plusieurs matchs jugés suspects feraient l’objet de vérifications des enquêteurs : Dijon-Nîmes le 25 avril 2014 (5-1 pourtant !), Angers-Nîmes (2-3) le 6 mai dernier et l’avant-dernier match de la saison entre Caen et Nîmes (1-1). Pourtant, c’est une autre affaire qui aurait alerté les enquêteurs: les écoutes survenues dans le cadre de l’affaire du cercle de jeu Cadet (sponsor maillot de Nîmes cette saison) leur ont permis de découvrir des échanges entre le nouveau président de Nîmes Jean-Marc Conrad et Serge Kasparian, dans lesquels M. Kasparian annoncerait son intention d’arranger certaines rencontres pour assurer le maintien du club. Mis en examen en octobre dernier comme principal suspect dans le volet financier de l’affaire Cadet, Serge Kasparian a été mis en examen en octobre dernier et placé en détention provisoire pour blanchiment en bande organisée, abus de confiance et travail dissimulé.

Toujours d’après nos confrères de Lepoint.fr, l’actionnaire majoritaire de Nîmes ou des personnes de son entourage auraient tenté de passer des arrangements financiers avec des dirigeants ou des entraîneurs de Ligue 2 la saison passée. L’interpellation d’Olivier Dall’Oglio peut surprendre lorsque l’on sait que Dijon s’est imposé 5 à 1 face à Nîmes en avril dernier…

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.