27 octobre 2020

Le CDB à Nantes pour bosser

Battu de 8 buts à domicile à l’aller (21-29), le Cercle Dijon Bourgogne ne se fait aucune illusion quant à une éventuelle qualification en se rendant à Nantes pour le 1/8ème de finale retour de la Coupe de la Ligue. Comme au match aller, la rencontre servira plus de base de travail pour préparer les chocs du mois de janvier en LFH qui seront cruciaux pour l’avenir des Dijonnaises.

Joanna Lathoud doit encore progresser pour être une alternative plus régulière sur la base arrière dijonnaise (Nicolas GOISQUE/www.Focale.info)
Joanna Lathoud doit encore progresser pour être une alternative plus régulière sur la base arrière dijonnaise (Nicolas GOISQUE/www.Focale.info)

Christophe Maréchal était déçu par l’écart au match aller, notamment à cause des tirs ratés par son équipe. Il avait demandé à ses joueuses lors de la rencontre à Dijon de jouer vite et d’imprimer le rythme. Il souhaitait ainsi pouvoir travailler l’efficacité dans le jeu rapide. Il a pu mesurer le chemin qu’il reste à parcourir. Certaines jeunes joueuses qui ont eu du temps de jeu à l’aller ont aussi pris conscience qu’il leur restait du travail pour être au niveau.

Continuer à travailler

On le sait, le CDB dispose de moins de moyens que la plupart de ses adversaires et il essaie donc de les optimiser. La coupe de la Ligue qui n’est pas un objectif prioritaire du club est donc l’occasion de travailler de nouvelles options ou dispositifs de jeu, mais aussi d’intégrer des jeunes et de leur faire grappiller de l’expérience. On devrait donc retrouver ce genre de stratégie lors de ce match retour à Nantes qui ne présente plus trop d’enjeux sur le plan sportif mais bien plus sur le plan travail. Le coach dijonnais restera-t-il sur sa ligne de dimanche dernier en demandant à ses joueuses de prendre le rythme à leur compte ou voudra-t-il travailler d’autres aspects? Réponse demain soir.

Nantes un excellent “sparring partner”

Ce qui est sur c’est que Nantes présente un profil d’équipe qui devrait en faire un pensionnaire à long terme de la LFH. Emmené par plusieurs internationales dont l’impeccable trentenaire Jelena Popovic capable à elle seule de tirer toute son équipe vers le haut, le groupe nantais présente quelques garanties. Nze Minko est assurément un demi centre d’avenir tout comme Wendy Lawson à l’arrière gauche. La pivot brésilienne Diniz est extrêmement expérimentée et l’ex messine Marie Prudhomme, même relativement jeune, a évolué au haut niveau en Moselle. Une adversité bien armée qui permet donc de s’étalonner pour préparer le match de rentrée de LFH en janvier contre ces mêmes Nantaises et les réceptions importantissimes de Nîmes et du Havre. Aux Dijonnaises de profiter au maximum de cette répétition grandeur nature !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.