31 octobre 2020

Marathon des glaces : Le récit des Dijonnais !!

Depuis leur préparation  jusqu’à leur résultat nous vous avons invité à suivre les deux marathoniens de l’extrême dijonnais Frédérique Laurent et Christophe Lebrun. Retrouvez ici le récit qu’ils nous livrent de leur périple en Antarctique (publié dans leur newsletter) et de leur Marathon des Glaces. Une aventure humaine et solidaire au profit des enfants malades.

à bord de l'avion (©Mike King)
à bord de l’avion (©Mike King)

Il était dit que la météo serait un élément clé de cette aventure… 3 jours d’attente au Chili avant que la tempête australe ne se calme et permette à l’Illyushin76 de rejoindre le continent Antarctique.

A bord, les 53 concurrents du Marathon des Glaces, organisé sur le site exceptionnel de Union Glacier !

MONTAGNES ET GLACIERS

©Christophe Lebrun
©Christophe Lebrun

Un fabuleux décor qui va devoir se mériter. Plusieurs jours de patience seront nécessaires avant que le site ne découvre sa splendeur. Une immensité blanche et scintillante sous les feux du soleil de minuit, ceinturée de montagnes et glaciers aux crevasses béantes. Au milieu, un camp polaire perdu aux confins de l’Antarctique.

 

Le camp de base sera notre refuge pour cinq jours. Le vent, le froid, les nuages bas et les jours blancs vont se succéder jusqu’au moment où les météorologues et les responsables de la base américaine donneront enfin le go pour le marathon !

 

SOUS LE SOLEIL DE MINUIT

Il est 14h quand nous nous élançons pour la 10ème édition du marathon des glaces. Nous sommes le premier couple français à participer à l’épreuve et nous voulons dédier ce marathon de l’extrême aux enfants malades soutenus par Guy Dumont, fondateur de l’association Monsieur Nez Rouge.

©Christophe Lebrun
©Christophe Lebrun

 

Le ciel est bleu, le froid intense, le vent modéré au moment du départ. Nous allons enchainer 2 semi-marathons, comprenant chacun 3 check-points ravitaillement. Indispensables pour s’alimenter, s’hydrater et se réchauffer d’une boisson calorifique. A près de 1200 calories à l’heure, dans ce milieu extrême, il faut veiller à tout pour se protéger et durer. Nous protégeons nos yeux par des lunettes adaptées et le visage avec de la crème indice 100 et de la cold cream pour nous protéger de la réverbération intense et du froid.

Nous ne pouvons bien sûr emporter avec nous, ni boisson, ni gels ou barres énergétiques, qui gèleraient en quelques minutes sur le parcours.

 

 

©Christophe Lebrun
©Christophe Lebrun

Un premier tronçon de 7 km enchaîné sur une ligne droite de 8,5 km où l’horizon se perd sous la blancheur immaculée des glaciers, avant un retour de 5 km sur le camp, nous permettent de boucler le premier semi-marathon en 2h30.  La seconde semi sera beaucoup plus difficile. Le vent se renforce et nous allons en faire l’expérience glaçante. Nous rabattons les capuches, cagoule, bonnet et vérifions que les gants sont bien ajustés. La ligne de froid peut se transformer en ligne de gel aux conséquences douloureuses.

 

LE MUR DU KM 30

Malgré tout, Frédérique repart sur un rythme régulier et soutenu, tandis que Christophe est contraint de ralentir l’allure. Des crampes violentes se font sentir à l’approche des 30 km, combinaison de fatigue, de froid, de perte de sels minéraux et de vent qui ne laisse aucun répit sur cette partie. Passage délicat, compensé par la beauté des lieux. Les montagnes s’étirent à perte de vue, la glace et la neige sont immaculées, le bleu des glaciers se révèle au soleil qui remonte le temps… De son côté, Frédérique poursuit sa chevauchée fantastique, franchissant un à un les passages difficiles où la neige, la glace, les devers et les appuis inégaux se succèdent pour rendre la course encore plus difficile !

 

VICTOIRE FRANCAISE

©Christophe Lebrun
Frédérique Laurent (©Christophe Lebrun)

Frédérique franchit la ligne d’arrivée en 5h16’ et remporte le marathon des glaces pour les femmes, assorti d’une belle 10ème place au classement général. Première participation française, victoire et grosse émotion quand retentit la Marseillaise au beau milieu de l’Antarctique !

©Christophe Lebrun
Christophe Lebrun (©Christophe Lebrun)

mar4

Christophe boucle le marathon en 5h51’, à la 13ème place  et devient le premier trailer français, marathonien sur les 7 continents.

 

 

 

UN MARATHON DEDIE AUX ENFANTS

Ce marathon est dédié aux enfants malades. Vous pouvez toujours les aider par un don sur la page L’ANTARCTICA MARATHON pour les enfants atteints de maladie rares.  Merci pour votre geste !

 

From Antarctica …

Frédérique LAURENT  Christophe LEBRUN

1 thought on “Marathon des glaces : Le récit des Dijonnais !!

  1. Félicitations à tous les 2. Même si le paysage est magnifique, l’effort est bien réel et il faut le faire.Bravo pour votre gout de l’effort et votre investissement pour une cause magnifique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.