18 janvier 2021

Handball: l’aventure continue pour les Dijonnaises en EDF

Présentes en Norvège pour la golden League qui s’est déroulée de jeudi à dimanche dernier, les deux Dijonnaises retenues en équipe de France, Marie Prouvensier et Marie François, ont été conservées par le sélectionneur Alain Portes dans le groupe des 18 qui ira en Hongrie pour le prochain championnat d’Europe ( 7-21 déc). De ce groupe de 18, deux joueuses seront présentes en tant que remplaçantes. Même si trois gardiennes figurent dans les 18 et qu’une devrait rester dans les tribunes nos deux Marie ne sont donc encore sures de rien.

Marie François sera en Hongrie. Dans les 16 ? 5Nicolas GOISQUE/archives)
Marie François sera en Hongrie. Dans les 16 ? (Nicolas GOISQUE/archives)

A l’image de celui de l’équipe de France, le bilan des Dijonnaises dans cette étape Norvégienne de la Golden League est quelque peu mitigé. Après une entame intéressante contre la Serbie, la France a subi deux revers contre la Norvège et le Danemark (deux nations emblématiques du hand féminin).

Prouvensier ménagée

Du côté des deux pensionnaires du CDB, le Bilan est également mi-figue, mi-raisin. Marie Prouvensier n’a joué que contre la Serbie et marqué deux jolis buts d’ailière, mais a ensuite été préservée suite à une douleur aux adducteurs. Marie François a pour sa part joué les trois rencontres avec pas mal de temps de jeu. Auteur d’un superbe but et d’une prestation intéressante face aux Serbes, elle a ensuite eu plus de mal face aux solides défenses norvégiennes et danoises, tentant néanmoins de faire valoir ses capacités de débordement en un contre un notamment. Comme la concurrence n’a semble-t-il pas spécialement convaincue, elle garde ses chances et aura un dernier match de préparation face à la Hongrie ce jeudi (17h30) pour définitivement convaincre Alain Portes.

Belle reconnaissance pour la formation dijonnaise

Marie Prouvensier n'a joué qu'un match en Norvège (Nicolas GOISQUE/archives)
Marie Prouvensier n’a joué qu’un match en Norvège (Nicolas GOISQUE/archives)

Pour Marie Prouvensier, même si rien n’est acquis non plus, les chances semblent un peu plus importantes. Elle est la seule ailière droite de métier du groupe français, et le fait qu’elle ait été ménagée tendrait à prouver que l’on compte sur elle. Quoi qu’il en soit, l’aventure est déjà formidable pour les deux jeunes femmes et même si leur présence est aussi due à des circonstances précises (nombreux cadres blessées), il convient de ne pas la minimiser. Avec de surcroît la présence de Johann Langloys (responsable du pôle espoir féminin au CREPS de Dijon Bourgogne) c’est quand même une sacrée reconnaissance pour la formation bourguignonne et le centre de formation du CDB dirigé par Anthony Favier.

Alain Portes “une période d’affûtage”

Laissons le dernier mot au sélectionneur: « Il faut que l’on rentre dans la période d’affûtage tant au niveau physique que du jeu. On a bien dégrossi et bien avancé pendant ces quatre jours. Avec à la fois des filles qui reviennent de blessure et celles qui effectuent leur retour dans le groupe comme Estelle NZE MINKO et Marie-Paule GNABOUYOU, c’est normal que cela tâtonne. Si j’ajoute l’intégration de deux joueuses qui comptaient zéro sélection, j’estime qu’on a bien avancé. C’est normal que l’on ne soit pas prêt dans tous les secteurs, notamment au niveau tactique. La semaine qui nous reste sera consacrée à cela. » 

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.