24 septembre 2019

La JDA continue son chemin en Leaders Cup

Dans un match très équilibré et intense, la JDA a finalement dominé l’équipe de Paris-Levallois (80-66). Les deux équipes se sont rendues coup pour coup pendant 30 minutes. Les Dijonnais l’ont finalement emporté avec un 4ème quart temps de haute volée qui leur permet d’accéder à la demi-finale du tournoi. 

 

 

Walker a accélérer en fin de match et a pesé sur le match avec 18pts personnel (Nicolas GOISQUE/archives)
Walker a accéléré en fin de match et a pesé sur le match avec 18 points personnels (Nicolas GOISQUE/archives)

Entame difficile 

Pourtant l’entrée de match de la Jeanne a été plus que poussive. En effet, les hommes de Jean-Louis Borg manquent de précision dans le dernier geste et ne parviennent pas à mettre la main sur le match. Les Parisiens ne vont pas laisser passer cette occasion et prennent 8 points d’avance en 5 minutes (2-10). Le coach Jean-Louis Borg demande immédiatement un temps mort et l’effet est immédiat, la JDA reprend du poil de la bête et revient dans la partie (17-18, 10′). Le deuxième quart temps est sensiblement du même tonneau, les Bourguignons ratent leur entrée et se font dominer par les Parisiens. Ce qui manque surtout c’est de l’adresse au shoot, beaucoup de tirs à trois points a priori “faciles” sont manqués. La JDA reste dans la course grâce à une défense très appliquée (36-39, 20′).

La Jeanne reprend la main  

En deuxième mi-temps ce sont les séquences offensives qui sont à l’honneur. Les paniers s’enchaînent et on sent que les Dijonnais ont repris confiance, mais ils n’arrivent pas à recoller au score et restent à 5 points d’écart (43-48, 23′). Finalement la JDA va petit à petit monter son niveau de jeu dans tous les secteurs et deux hommes vont permettre cette montée en puissance : Erving Walker et Steven Gray. Le premier va bousculer la défense de Paris-Levallois avec des accélérations soudaines et le second va enchaîner les paniers à trois points, dont un en fin de possession qui ramène les équipes à égalité (51-51). Le troisième quart temps se termine et la JDA est clairement l’équipe la plus en confiance même si le score ne reflète pas cette avance psychologique (58-58, 30′).

avec 24 points Gray est le meilleur marqueur Dijonnais)
Avec 24 points, Gray est le meilleur marqueur dijonnais (Nicolas GOISQUE/archives)

Un final de haut vol 

Cet avantage mental se voit dès le début du 4ème quart temps, en quelques minutes la JDA mène de 9 points. Les minutes passent et la réaction Parisienne n’arrive pas, les hommes de Gregor Beugnot n’y sont plus du tout et les Dijonnais ne se font pas prier pour creuser l’écart . Walker et Gray continuent leur festival, passes décisives, shoots à trois points tout y passe. L’adresse qui a tant manqué en première période est retrouvée et défensivement c’est toujours aussi solide. Preuve en est, l’équipe de Paris-Levallois va mettre plus de 8 minutes pour marquer son premier panier dans ce dernier quart temps. Le sursaut des Parisiens arrivera bien trop tard, l’écart étant de 15 points (76-61, 38′). La JDa va finalement l’emporter 80-66 en montrant

 

une défense et un mental tout simplement impressionnants. Si l’équipe reste à ce niveau demain contre le Strasbourg de Vincent Collet, un autre exploit est tout à fait possible.

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.