22 janvier 2021

Golden League : l’élite du handball féminin mondial à Dijon

Ce jeudi le Palais des Sports de Dijon revêtira son habit de lumière pour accueillir une soirée de Gala de handball féminin. Dijon et Besançon accueillent en effet l’étape française de la Golden League féminine. Cette compétition amicale en trois étapes réunit les équipes de Norvège, du Danemark et de la France avec à chaque fois une 4ème nation invitée. En l’occurrence pour cette étape, l’équipe de Pologne. Une occasion unique pour le public dijonnais de voir ce qui se fait de mieux sur la planète handball féminin.

 

La Norvège au top

624463d8-2ecc-4702-8898-4d554d9de2e2La Norvège notamment reste la référence mondiale en terme de jeu et de résultats. Doubles championnes Olympiques en titre et championnes d’Europe, les Norvégiennes ont out gagné durant la dernière décennie. Les deux derniers Jeux Olympiques donc et 5 titres Européens, contre un seul titre mondial en 2011. Des joueuses comme la pivot Heidi Loke, l’ailière LinnKritin Rigeluth ou la demi-centre Karoline Breivang, sont de véritables stars dans leur pays. On retrouvera également sans doute les deux pensionnaires du Issy Paris Handball, Stine Oftesdal et Pernilla Wibe.

Le Danemark à la recherche de son glorieux (récent) passé

Avec trois titres olympiques, trois européens et un mondial, le palmarès Danois n’a rien à envier à celui de son voisin, mais il date un peu plus. Le Danemark a dominé la planète hand féminin à la fin des années 90 et début des années 2000 avec notamment 3 titres olympiques de rang entre 1996 et 2004. Légèrement moins performantes, les Danoises ne trustent plus les podiums internationaux (elles sont tout de même médaillées de bronze des mondiaux 2013) mais restent une des valeurs sures de la discipline.

La Pologne à découvrir

La Pologne n’est pas à proprement parler une formation majeure en handball féminin. Contrairement à son homologue masculine, l’équipe féminine polonaise ne brille pas par ses résultats sur la scène mondiale. 11ème des derniers championnats d’Europe, elle tentera lors de cette Golden League de créer un exploit . Les joueuses composant ce collectif sont beaucoup moins connues que leurs homologues Norvégiennes, Danoises ou Françaises.

Marie Prouvensier a de nouveau été sélectionnée (Nicolas GOISQUE/archives)
Marie Prouvensier a de nouveau été sélectionnée (Nicolas GOISQUE/archives)

La jeunesse française

L’équipe de France sera bien sûr très attendue par le public. 5ème des derniers championnats d’Europe, l’équipe d’Alain Porte est toujours dans une phase de construction. La succession d’Olivier Krumbolz, maître à penser de cette formation durant plus de 10 ans et qui l’a amené sur le toit du monde en 2003, se fait doucement. Le nouveau sélectionneur a considérablement rajeuni l’effectif tout en s’appuyant sur des valeurs sures (Camille Ayglon, Nina Kanto, Amandine Leynaud, Alexandra Lacrabère….) On sent beaucoup de potentiel qui a pour le moment du mal à franchir le dernier palier. Les Dijonnais auront forcément un oeil attentif sur Marie Prouvensier, Marie François et Barbara Moretto, les trois jeunes membres du Cercle Dijon Bourgogne sélectionnées pour cette étape.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.