19 septembre 2019

La présence de l’élite féminine la veille au Palais des Sports aurait-elle inspiré les joueurs du DBHB ? Toujours est-il qu’ils viennent d’offrir à leur public une deuxième prestation très convaincante après celle déjà bien encourageante délivrée face à Strasbourg. Avec une défense de nouveau très solide, un gardien (Mansuy Fevre) décisif, un Da Silva ressuscité et un Poletti au four et au moulin, sans oublier le collectif, les joueurs de Krizanovic ont enfin répondu clairement aux attentes en dominant de bout en bout le 2ème du championnat. Et on se remet à espérer…

 

Mansuy Fèvre a été présent d'entrée (©Eric Bontemps)
Mansuy Fèvre a été présent d’entrée (©Eric Bontemps)

La performance contre Strasbourg il y a 15 jours avait été soulignée. On se demandait juste si le DBHB avait la capacité de se montrer aussi convaincant face à un gros. La défaite à Nancy il y a une semaine, si frustrante fut-elle, laissait planer des doutes. La réponse d’hier soir face à Mulhouse les balaie. Ce DBHB là, s’il continue ainsi peut avancer la tête haute.

Défense et gardien au rendez-vous

On le sait bien, il n’est possible d’exister au haut niveau qu’avec une défense efficace. D’entrée on retrouve l’agressivité et l’envie que l’on avait appréciées face aux Strasbourgeois. 11065987_10204879530565811_635781405_oIl faut plus de 5 minutes à Mulhouse pour trouver le chemin des filets. La faute en partie à Emile Mansuy Fèvre qui commence un show dans ses cages. Le gardien adverse n’étant pas en reste le score est serré au quart d’heure de jeu (6-5, 15′). Mais le 3ème but personnel d’un Da Silva retrouvé et enfin efficace donne de l’air aux locaux (10-6, 21′). Dix minutes plus tard, Poletti sur penalty marque son 4ème but et envoie Dijon aux vestiaires avec un petit matelas au terme de la meilleure période récitée depuis le début de la saison par le DBHB ( 13-10, 30′).

Da Silva vole et Dijon gagne

Poletti termine encore meilleur buteur (©Eric Bontemps)
Poletti termine encore meilleur buteur (©Eric Bontemps)

Mansuy-Fèvre est à plus de 10 arrêts quand reprend la rencontre. Sa prestation remarquable participe à l’élan de ses partenaires. Mulhouse tente bien de s’accrocher mais Dijon récite son jeu en attaque et un Da Silva qu’on a que trop rarement vu à ce niveau maintient son équipe à +4 à l’entrée du dernier quart d’heure (21-17, 45′). Dès lors l’écart oscille entre +2 et + 4. On tremble légèrement quand Mulhouse recolle (27-25, 57′  puis 29-27, 59′), mais les Dijonnais ont le bon goût de finir proprement leur si bonne partie ; et à tout seigneur, tout honneur, c’est Marco Poletti (9 buts encore hier soir) qui clôt le score (30-27). Ouh qu’elle est belle celle-là !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.