17 septembre 2019

Tiens revoilà la LFH !!  La dernière levée remonte en effet au début du mois et la défaite du CDB à Metz. Le championnat touche à sa fin, du moins pour la phase régulière, avant d’aborder play-offs et play-downs. Il reste donc 2 matchs à toutes les équipes pour se placer. Les Dijonnaises reçoivent Mios ce samedi au Palais des Sports, avant de se déplacer à Toulon la semaine prochaine. Actuellement 9èmes, le premier but des filles de Christophe Maréchal est de laisser la dernière place à Mios. Autant dire que la victoire est impérative ce samedi.

 

La hargne défensive sera primordiale (Nicolas GOISQUE/archives)
La hargne défensive sera primordiale (Nicolas GOISQUE/archives)

Le CDB ne le sait que trop bien : entamer des play-downs avec 0 point au compteur est un exercice très difficile et éprouvant sur le plan psychologique. Il faut donc éviter la dernière place à tout prix. Celle-ci se joue en très grande partie sur le match de samedi.

Ne pas subir la pression

Ce match de bas de tableau revêt donc une importance particulière. Un des facteurs importants sera la capacité des deux formations à gérer la pression dû à l’importance du résultat. Côté dijonnais, il ne faut donc pas que l’enjeu prenne le pas sur le jeu. Les Dijonnaises ont les moyens de s’imposer. Mios reste sur une série de 7 défaites depuis sa victoire au Havre le 2 novembre dernier. Mais attention c’est une formation accrocheuse qui perd souvent par des petites marges tout comme Dijon. À l’aller le match avait été très accroché dans la bouillante salle de la banlieue bordelaise, et s’était terminé sur un score nul (23-23). Les locales devront faire preuve de concentration et d’abnégation 60 minutes durant.

Le CDB compte sur ses leaders pour prendre l'ascendant (Nicolas GOISQUE/archives)
Le CDB compte sur ses leaders pour prendre l’ascendant (Nicolas GOISQUE/archives)

Prendre l’ascendant 

Dijon retrouvera de toute façon Mios en play-downs. Gagner, et si possible avec la manière, permettrait outre d’éviter la dernière place, de prendre un ascendant psychologique sur l’adversaire avant ces fameux play-downs. On compte pour cela sur les vertus dijonnaises aperçues au long de la saison : une grosse défense complétée par la hargne des gardiennes, un jeu de transition efficace, et un jeu d’attaque placé parfois très intéressant. Les individualités leaders comme Ben Slama, Pidpalova ou Skolkova, auront un rôle important pour porter leur jeunes coéquipières tout comme les internationales Prouvensier, François ou Moretto. Dijon, qui dispose d’un effectif complet a les armes ; il faut maintenant bien les utiliser.

Mios joue son va-tout

Marie François et compagnie devront aussi être efficace en attaque (Nicolas GOISQUE/archives)
Marie François et compagnie devront aussi être efficaces en attaque (Nicolas GOISQUE/archives)

Pour Mios il s’agit de la toute dernière chance de ne pas finir dernier. Une défaite et s’en est fini, un nul et il faudrait attendre l’ultime journée avec l’obligation de battre Le Havre et de miser sur la défaite de Dijon à Toulon. Seule la victoire permettrait aux partenaires de la néo internationale Chloé Bulleux de repasser devant Dijon et d’être maîtresses de leur destin lors de la dernière journée. Les Girondines peuvent toujours compter sur l’expérimentée Myriam Borg (Korfanty) 36 ans, mais aussi sur Alice Lévèque, meilleure buteuse du club, et de quelques étrangères, Espagnoles ou nNorvégiennes. Mios, moins bonne défense de LFH (de loin !!) a tout à gagner sur cette rencontre. Méfiance donc !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.