15 septembre 2019

Battu à Toulon, le CDB 9ème de la phase régulière

Au court d’un match à enjeu pour les deux équipes, Toulon et Dijon ont d’abord montré de belles qualités défensives mais une fébrilité certaine en attaque. Après la pause, Toulon a pris petit à petit la mesure d’un CDB semblant renoncer trop vite pour l’emporter au final 24-18. Une victoire qui ne lui sert à rien puisque Nantes l’a emporté à Nice. Le CDB, quant à lui, était vraiment trop juste offensivement pour espérer quoique ce soit. Les regrets seront moins vifs puisque Le Havre s’est imposé à Mios.

 

Moretto et les Dijonnaises ont eu de grosses difficultés en attaque (Nicolas GOISQUE/archives)
Moretto et les Dijonnaises ont eu de grosses difficultés en attaque (Nicolas GOISQUE/archives)

Le CDB restera donc 9ème au terme de la phase régulière de LFH. Aucun des paramètres qui lui permettait d’espérer mieux ne s’est réalisé ce soir. Les Dijonnaises partiront donc dans le périlleux exercice des play-downs avec deux points, soit un léger matelas sur Mios. Il faudra se battre jusqu’au bout !!

Des défenses intransigeantes

À cinq minutes de la mi-temps de ce Toulon – Dijon le score affiche 8-6 pour les locales. C’est dire si les attaques sont peu prolifiques. La faute à deux défenses bien en place et agressives ; la faute aussi à de nombreuses maladresses et imprécisions dans les transmissions comme dans les tirs des deux côtés du terrain. La base arrière Dijonnaise a bien des difficultés, même si Moretto marque les deux premiers buts dijonnais. Stevin volontaire, n’aura pas la même réussite que face à Mios, Marie François reste muette et Pidpalova trop inoffensive. Heureusement l’adversaire n’est guère miex et à la mi temps tout est encore possible pour Dijon (10-9,30′).

Catani a fait mal à Dijon notamment en seconde période (Nicolas GOISQUE/archives)
Catani a fait mal à Dijon, notamment en seconde période (Nicolas GOISQUE/archives)

Dijon ne parvient pas à combler l’écart

Débutant la seconde période en supériorité numérique pour 2 minutes (Dijon aura d’ailleurs passé 12 minutes au total en infériorité soit 8 de plus que l’adversaire), les Varoises, sans être géniales, en profitent pour creuser un léger break (13-10,35′). Dijon ne parviendra plus à revenir à moins de 2 longueurs. C’est encore l’écart à 13 minutes du terme (17-15, 47′). Mais les dix dernières minutes marquent encore une baisse de régime côté bourguignon ; la défense n’est plus aussi rigoureuse. Catani notamment se régale, Daudé et Gnabouyou montrent également de belles choses.

 

Toulon inexorablement

Gnabouyou a marqué des buts qui faisient mal sur coup franc protégé en fin de possession( Nicolas GOISQUE /archives)
Gnabouyou a marqué des buts qui faisient mal sur coup franc protégé en fin de possession (Nicolas GOISQUE /archives)

Comme les tentatives dijonnaises sont souvent vouées à l’échec (18 buts sur 44 tirs au final, soit tout juste 40%) les locales s’envolent (20-16,53′) (23-17, 56′) et s’imposent finalement (24-18,60′). La Victoire de Nantes plonge l’enceinte varoise dans une ambiance morose pour tout le monde. Dijon n’aura en tous les cas pas fait le match qu’il fallait pour se donner une chance de grapiller encore un petit quelque chose.

 

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.