19 septembre 2019

EFC 6 : retour sur une soirée de feu (épisode 2)

L’EFC 6, gala de K1 et Boxe Thaï organisé par le Tiger’s Den samedi dernier au Palais de Sports, a été un succès populaire et sportif qui a tenu toutes ses promesses en offrant un spectacle à la hauteur de l’affiche proposée. L’affrontement entre Dijonnais et Thaïlandais fut notamment à couper le souffle. Revenons sur cet événement avec Philippe Gerbet, président du club organisateur (deuxième partie la première a été publiée hier).

Le premier Thaïlandais à faire son entrée sur le ring du Palais des Sports est le jeune Pok Surachai, opposé au Dijonnais Aziz Moustakim (-67 kg). Le niveau monte encore d’un cran.

 

Moustakim est battu au points par Pok Surachai, talentueux Thaïlandais (©SULY Photographies)
Moustakim est battu aux points par Pok Surachai, talentueux Thaïlandais (©SULY Photography)

Moustakim un peu juste

Face à la dextérité du Thaïlandais s’oppose la vitesse d’exécution de Moustakim. Le duel est endiablé. Moustakim recule mais tente de faire rompe son rival. Loin d’être gêné, Pok attaque en jambes et surtout en genoux. Le Thaïlandais prend l’ascendant dès le début de la deuxième reprise, le Dijonnais se blessant par ailleurs au tibia. Moustakim ne trouve pas la solution malgré quelques tentatives en poings en milieu de deuxième round. Le Thaïlandais construit doucement mais sûrement sa victoire, touchant durement aux flancs son valeureux adversaire Aziz Moustakim.

 

Le rémois Gazel est venu à bout du tchèque Matej (©Suly Photographies)
Le Rémois Gazel est venu à bout du Tchèque Matej (©Suly Photography)

Gazel avec les jambes !!

Le Rémois Anthony Gazel aura bien eu du mal à venir à bout du Tchèque Nuska Matej (-67 kg). Compté dans la première reprise sur un coup de poing retourné (back fist), le Français retourne néanmoins au combat. Aérien, puissant en poing mais surtout efficace en jambes, Gazel reprend du poil de la bête et marque des points. Bloqué par de lourdes frappes en jambes, le Tchèque ne parvient plus à toucher efficacement. Un manque qui se retrouvera sur les feuilles des juges. Victoire du Français sur le fil.

 

Déo-Bodoignet : affiche phare

Le clou du spectacle arrive pour conclure ce sixième opus en beauté ! Intense, violent, le final se révèle grandiose entre deux immenses champions. Premier à rentrer sur le ring, le champion Thaïlandais Deo Phetsangkhat (champion du Raja Stadium, 250 combats) acclamé par la foule. Son adversaire d’un soir, le jeune Dijonnais ambitieux et courageux Joris Bodoignet (-69 kg), soutenu lui aussi par toute une ville. Un défi de taille que l’élève de Mokhtar Rouji n’a pas eu peur de relever. Les échanges sont très violents. Bénéficiant d’une puissance de feu colossale en jambes notamment, le Thaïlandais fait claquer ses tibias, raisonnant dans tout le Palais des Sports sur les jambes et les avant-bras de Bodoignet.

 

Régis Bodoignet a clos la soirée de manière grandiose (©SULY Photographies)
Régis Bodoignet a clos la soirée de manière grandiose (©SULY Photography)

L’apothéose Bodoignet

La “bataille” fait rage sans temps mort. En milieu de première reprise, le Dijonnais trouve la faille grâce à son crochet. Le Thaïlandais s’effondre compté par l’arbitre. Il repart au combat. La seconde reprise reprend de plus belle mais le Bourguignon touche une nouvelle fois Deo sur de puissants coups en poings. Deo s’écroule une seconde fois. Ce sera la dernière pour le champion thaïlandais. Bien qu’il se soit relevé avant le compte de dix, l’arbitre préfère sagement arrêter le combat. C’est une victoire exceptionnelle de l’élève de Mokhtar Rouji qui vient de créer une énorme sensation.

 

Résultats

Pok Surachai (Thaïlande) bat Aziz Moustakim (Tiger’s Den) aux points, Anthony Gazel (Reims) bat Nuska Matej (Rep. Tchèque) aux points, Joris Bodoignet (Tiger’s Den) bat Deo Phetsangkhat (Thaïlande) par KO au 2e round.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.