31 octobre 2020

DFCO – Châteauroux : en route vers la Ligue 1 ?

Si la tâche s’annonce compliquée pour Brest, Dijon est toujours dans le coup pour la montée en Ligue 1. Malgré son match nul lundi (0-0) contre les Bretons, le DFCO reste à deux points d’Angers. Le prochain adversaire, Châteauroux, lui est mal en point. 19èmes au classement, les Bourguignons reçoivent des Castelroussins ayant un pied et demi en National.

 

Le Dijonnais devront étouffer leurs adversaires (Nicolas GOISQUE/archives)
Le Dijonnais devront étouffer leurs adversaires (Nicolas GOISQUE/archives)

Oui, le match nul contre Brest ne fait pas les affaires du DFCO. Malgré tout, les hommes d’Olivier Dall’Oglio ont le mérite d’y croire. En tête durant la première partie de la saison, avant de s’écrouler en début d’année 2015, les Dijonnais n’ont pas dit leur dernier mot. Quatre matches qu’ils ne perdent plus. La conséquence sûrement d’un recadrage de la part de l’entraîneur. Dijon reçoit Châteauroux, l’avant dernier du classement et déjà condamné. Le DFCO peut gagner gros, très gros…

Un comportement de guerrier

Certes, il faudra dominer le match. Concrétiser les occasions aussi. Lundi, les Dijonnais ont fait le jeu, mais ont manqué cruellement de réalisme. Ce qui aurait pu impacter sur le résultat final, vu que le DFCO a subi une grosse pression durant les 20 dernières minutes de la rencontre. Comment y parvenir ? Avoir une mentalité de guerrier, ne rien lâcher. Être au pressing, étouffer le jeu de Châteauroux. Même s’ils sont pratiquement condamnés, les joueurs de Cédric Daury vont tenter crânement leur chance.

On attend du réalisme de la part des attaquants Dijonnais (Nicolas GOISQUE/archives)
On attend du réalisme de la part des attaquants dijonnais (Nicolas GOISQUE/archives)

À Dijon de ne pas avoir des sauts de concentration et de propulser le jeu vers l’avant, en s’appuyant notamment sur Jérémie Bela.

Châteauroux, une saison catastrophique

14ème, le meilleur classement de Châteauroux en Ligue 2. C’était durant la saison 2004/2005. Depuis un moment, l’épée de Damoclès menace de s’effondrer sur la tête des Castelroussins. L’année dernière, grâce ou à cause (chacun voit midi à sa porte) de la rétrogradation de Luzenac, le club s’était maintenu en seconde division. Mais les équipiers de Laurent Bonnart n’ont jamais trouvé la bonne formule. À l’extérieur, les Castelroussins totalisent sept points sur 51 possibles. Tout simplement le plus mauvais ratio du championnat cette saison ! Ce n’est pas tout : 8 buts marqués et 33 encaissés. Si l’on se réfère à l’historique (il n’y a aucun mal à se rappeler les bons souvenirs), la « Berri » n’est jamais reparti de Dijon avec les trois points de la victoire, concédant sept défaites et deux nuls.

Comme dit l’adage « il y a un début à tout ». À Dijon de faire en sorte de contredire ce dicton… pour une fois !

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.