30 octobre 2020

Ça y est, c’est la dernière levée des play-downs ce samedi et le Cercle Dijon Bourgogne joue un match de tous les dangers à Mios. Il ne reste plus q’un concurrent, si l’on n’ose dire, pour éviter la descente en D2 féminine : Le Havre, qui reçoit pour sa part Toulon. Cette dernière soirée s’annonce dramatique avec des Bourguignonnes et des Normandes qui jouent tout sur cette dernière journée, face à des adversaires “déjà en vacances ” ?

 

a 36 ans Myriam Borg reste une redoutable compétitrice (Nicolas GOISQUE/archives)
À 36 ans Myriam Borg reste une redoutable compétitrice (Nicolas GOISQUE/archives)

Il faut dire les choses comme elles sont ; on sera très intéressé par les compositions d’équipes de Toulon et de Mios pour cette dernière journée, et au delà bien sûr par les prestations que délivreront ces deux formations. Sans vouloir mettre en doute leur éthique sportive, il est normal de penser qu’on ne joue pas de la même manière quand on doit sauver sa peau ou que l’on n’a plus rien ni à perdre ni à gagner.

 

Le CDB avec ses armes

Maintenant le CDB n’a pas su faire ce qu’il fallait pou éviter cette situation. La défaite à la maison face à Mios qui a réussi de superbes play-downs fait mal, tout comme la défaite initiale au Havre qui peut aussi laisser des regrets.

Dune manière ou d'une autre il faudra trouver le chemin des filets pour Joanna Lathoud et ses coéquipières (Nicolas GOISQUE/archives)
Dune manière ou d’une autre il faudra trouver le chemin des filets pour Joanna Lathoud et ses coéquipières (Nicolas GOISQUE/archives)

On a déjà tout écrit sur ce CDB, sur ses qualités et sur ses limites. Il n’y aura rien de nouveau à Mios. Côté qualités : le coeur, l’envie, la propension à bien défendre et à se battre. Côté limites : les difficultés en jeu de transition, en attaque placée, mais surtout le manque de rotation, et l’extrême jeunesse de l’effectif, qui sur la durée d’un match ou d’une saison sont un handicap certain. Maintenant on est certains que les filles de Christophe Maréchal ne lâcheront rien et qu’elles se battront, quitte à tomber avec leurs armes.

 

 

 

Le retour en forme de Carla Alberto a grandement aidé Mios durant ces play-downs (Nicolas GOISQUE/archives)
Le retour en forme de Carla Alberto a grandement aidé Mios durant ces play-downs (Nicolas GOISQUE/archives)

Un œil évidemment au Havre

Le supporteurs dijonnais auront bien sûr également le regard tourné vers Le Havre. Les Normandes se sauveront si elles obtiennent un meilleur résultat que le CDB. Sur le papier ce n’est pas fait, Toulon semblant mieux armé que son adversaire, qui fait pour le moment les play-downs les moins réussis (4 défaites pour une seule victoire). Le Havre peut bien sur battre les Varoises. Une dernière fois on espère que celles-ci, à quelques 1000 km de chez elles, joueront le jeu et le match pour le gagner. Les Normandes n’en attendent pas moins de Mios face à Dijon !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.