13 décembre 2019

Nîmes-DFCO : La fin de la mauvaise passe ?

Depuis deux matches, Dijon traverse des turbulences. Après deux défaites d’affilée (Tours et Evian à domicile), le DFCO se déplace samedi (14h) dans la capitale Gardoise pour affronter le Nîmes Olympique. L’occasion de se donner un bol d’air face au dernier du championnat.

Certes il n’y a pas de quoi s’alarmer. N’y même pestiférer que le syndrome dijonnais recommence de plus belle. C’est trop tôt pour le dire. Mais la claque reçue par les hauts-savoyards le week-end dernier à Gaston Gérard est dans la continuité du match face à Tours. Le DFCO connait une période difficile dû notamment a de nombreux blessés.

L’infirmerie au complet

Crédit: Nicolas Goisque/archives
Crédit: Nicolas Goisque/archives

Le club bourguignon est décimé par les blessures. Avec Lees-Melou, Bernard, Ngoyi, Rivière, Belmonte, Benet, Bela blessés et Gastien suspendu, le DFCO se rend dans le sud avec un effectif réduit : « Nous sommes un nombre restreint, mais nous avons tout de même enregistré la venue d’un nouveau joueur. C’est une bonne nouvelle. Il peut être vite concerné, étant donné les difficultés dans l’effectif et il y a une semaine à trois matchs. Ça va aller très vite, donc tous les garçons qui sont sur pied vont être concernés », concède Olivier Dall’Oglio. Ce nouveau joueur, inconnu au bataillon est Gaël Andonian, un jeune défenseur franco-arménien prêté par l’Olympique de Marseille. Il arrive dans la capitale des Ducs en tant que joker.

 

Des Crocos en dents de scie

Crédit: Nicolas Goisque/archives
Crédit: Nicolas Goisque/archives

Les Gardois retrouvent le positif. Leur pénalité de huit points est désormais nulle. Dernier du classement donc avec zéro point, les Nîmois n’ont pas un jeu si inintéressant que ça : « C’est une équipe très intéressante au niveau offensif. Elle en est là car elle a eu quelques problèmes défensifs. A Bourg, ils prennent 4 buts, mais à 10 contre 11, ils sont parvenus à mettre deux buts. Ils n’ont pas eu trop de chance, mais ils auraient pu retourner la situation. Cette équipe a du caractère et vraiment de bons arguments offensifs avec des joueurs intéressants. Peut-être qu’ils jouent trop et s’exposent un peu trop ? Mais méfiance. Contre Metz, ils ont gagné et il n’y avait pas photo», explique l’entraîneur Dijonnais.

Cependant, le bilan de ce début de saison des joueurs de José Pasqualetti n’est pas étincelant. Deux victoires, huit nuls et sept défaites. Pas de quoi ravir un troupeau d’hippopotames. Mais il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tuée, car Nîmes est capable d’exploit. Notamment celui d’aller gagner à Metz (2-1) alors que les Messins étaient deuxièmes au classement. Les Dijonnais devront également dompter la pelouse du stade les Costières qui ressemble à un vrai champ de patates : « Ce n’est pas le top mais on fera ce que l’on pourra avec cette pelouse. Mais je pense qu’elle doit être légèrement mieux que ce que j’ai vu cet été. Ce n’est pas un avantage pour jouer », avoue Olivier Dall’Oglio. Dijon ne devra pas se laisser endormir par le soleil…

0 Partages

1 thought on “Nîmes-DFCO : La fin de la mauvaise passe ?

  1. Pas mal de simagrées pour éviter de parler de la prochaine désillusion. De la qualité de joueurs mais aucun fond de jeu, pas de schéma tactique, …Un conseil pour l’entraîneur, s’inspirer de Puel seul entraîneur qui a tout compris au foot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.