21 avril 2021

DFCO Féminin-Aurillac (2-1) : Un Dijon aux deux visages

En match en retard de la première journée de deuxième division, le DFCO féminin s’est péniblement imposé face à Aurillac-Arpajon (2-1). Après une première période plutôt médiocre, les joueuses de Samuel Riscagli ont haussé le ton en seconde période pour renverser le score. Grâce à cette quatrième victoire de suite, les Dijonnaises montent sur la troisième marche du podium.

 

Le DFCO a souffert en première période face à la vitesse des attaquantes auvergnate. Crédit: Nicolas GOISQUE
Le DFCO a souffert en première période face à la vitesse des attaquantes auvergnate. Crédit: Nicolas GOISQUE

Une nouvelle fois, Dijon a montré qu’il avait du caractère. Une semaine après avoir laborieusement battu Nivolet (0-1), les Dijonnaises ont de nouveau vécu un match difficile contre Aurillac-Arpajon. Gêné par la vitesse des attaquantes auvergnates, Dijon a eu du mal à trouver la solution pour contrer la tactique aurillacoise. Mais le DFCO a su réagir. Cet effectif a démontré qu’il avait du caractère tout en s’appuyant sur de la qualité au niveau du jeu. Une rencontre qui va faire du bien aux Bourguignonnes et qui montre que cette équipe a progressé par rapport à la saison passée.

Une attaque stérile

Pourtant en première période, le DFCO était loin de son visage habituel. Même si la bande à Laura Bouillot tente d’imposer un pressing haut et intense, celui-ci n’est pas efficace et ne perturbe pas la formation auvergnate. Les deux équipes s’observent et au quart d’heure de jeu, les visiteuses font preuve d’une efficacité redoutable et marquent sur leur première occasion. Décalée côté gauche, Babinga repique dans l’axe et frappe des 18 mètres, Massibot est battue (0-1, 15e). Un but qui donne confiance aux Aurillacoises. Dijon ne sait pas quoi faire face au jeu direct et dans la profondeur des coéquipières de Babinga. Les filles de Samuel Riscagli n’arrivent pas à inquiéter la gardienne adverse même si elles ont la possession du ballon. Mais cette dernière est stérile. Après s’être fait remonter les bretelles à la pause, les Côte-d’Oriennes reviennent avec d’autres intentions en seconde période. Les coéquipières d’Amandine Soulard mettent plus d’intensité et leur pressing est plus efficace. Désormais, on assiste à une attaque-défense. Aurillac n’arrive plus à ressortir proprement le ballon ni à trouver Babinga dans la profondeur. Les occasions sont plus nombreuses et la gardienne auvergnate a enfin du travail.

Pacaud, la sauveuse

Pacaud a renversé le score grâce à deux coups de tête. Crédit: Nicolas GOISQUE
Pacaud a renversé le score grâce à deux coups de tête. Crédit: Nicolas GOISQUE

Elle doit s’employer sur des tentatives de Cuynet ou encore de Bouillot (47e, 57e, 58e, 70e). Efficace depuis quelques matches, Bouillot n’arrive pas à trouver le chemin des filets. La domination bourguignonne est totale mais à force de s’exposer Dijon se fait contrer. A deux reprises, Massibot empêchent les Aurillacoises de doubler la mise (73e). Dijon poursuit sa domination et insiste pour revenir au score. A force de pousser, le DFCO se voit récompenser de ses efforts. Sur un corner d’Amandine Soulard, Justine Pacaud coupe au premier poteau pour battre Pichon (1-1, 77e). Désormais, Dijon veut aller chercher la victoire et continue de jouer. A la suite d’un nouveau corner de Soulard, Chanudet, seule au second poteau, remet dans la boîte et c’est une nouvelle fois Justine Pacaud qui s’élève plus haut que tout le monde pour venir battre la gardienne auvergnate (2-1, 85e). Un renversement complètement fou mais mérité. Aurillac pousse désormais pour obtenir les points du nul mais se heurte à la défense dijonnaise. Un succès qui va faire du bien au moral et à la confiance. La confirmation que cette équipe peut réaliser de bien belles performances.

160 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.