28 septembre 2020

Le Puy-DFCO Féminin : Être appliqué et constant

Actuellement en grande forme, le DFCO Féminin se déplace, ce dimanche, sur la pelouse du Puy-en-Velay pour le compte de la 8e journée du championnat de France de deuxième division. Face à l’actuel sixième de la poule, Dijon s’attend à un match difficile et accroché. 

 

Dijon voudra enchaîner une sixième victoire de suite. Crédit: Nicolas GOISQUE
Dijon voudra enchaîner une sixième victoire de suite. Crédit: Nicolas GOISQUE

“Pas d’euphorie parce qu’il n’y a pas lieu d’en avoir” rappelle Samuel Riscagli. Dimanche dernier face à Monteux, le DFCO féminin s’imposait pour la cinquième fois de suite. Une victoire nette qui n’a pas pour autant satisfait à 100% l’entraîneur dijonnais : “On a joué que 25 minutes, après avoir marqué deux buts le soufflé est retombé. On avait fait une super entame en mettant du rythme puis après plus rien, on s’est mis à leur niveau”. Et Samuel Riscagli prévient “si on joue à cette vitesse là contre Le Puy ou Toulouse ça risque d’être compliqué”.

Dijon va se jauger

Dimanche, face au Puy, le DFCO va entamer une série de matches qui vont vraiment montrer le niveau de cette équipe. Entre Le Puy ce weekend, Toulouse le weekend suivant  et l’Olympique de Marseille le 6 décembre prochain, le calendrier des Dijonnaises n’est pas simple. Pour entamer cette série de matches, Dijon voudrait démarrer de la meilleure des manières en s’imposant au Puy. Mais l’entraîneur s’attend à un match difficile : “On y va pour gagner mais on sait que ce ne sera pas simple. C’est une équipe expérimentée devant et qui a des qualités intéressantes. Si on y va en ronronnant on va se créer des surprises”. Une nouvelle fois Dijon s’attend à affronter une équipe avec un jeu direct mais le DFCO sait ce qu’il doit faire pour ne pas être piéger : “Dans nos matches, on a très souvent la maîtrise collective. A nous de la rendre plus efficace et de trouver plus vite la passe vers l’avant”. Si les Dijonnaises sont dans une très grande forme et produisent un jeu intéressant, elles ne sont pas encore dans leur rythme de croisière au niveau du jeu comme nous le confirme Samuel Riscagli : “L’équipe n’est pas encore à plein régime. On ne fait que des bouts de match pour le moment, ce n’est pas assez constant. Le jour ou on sera à nos pleines capacités, on fera plus de mal encore”.

Laura Bouillot est l'arme offensive numéro un du DFCO. Crédit : Nicolas GOISQUE
Laura Bouillot est l’arme offensive numéro un du DFCO. Crédit : Nicolas GOISQUE

Bouillot, l’arme fatale

Il y a un point qui pourrait handicaper cette équipe dijonnaises : la charnière centrale. Avec la blessure de longue durée d’Alexia Trévisan, Samuel Riscagli doit associer à Adeline Rousseau soit la jeune Charlyne Corne soit  Léa Leboeuf qui ne joue pas à sa place. “Sur les grands matches qui vont arriver ça peut être un handicap. Dijon est meilleur avec Trévisan mais c’est le lot de toutes les équipes d’avoir des blessés et des suspendus. On ne peut pas se réfugier derrière ça”. Si Dijon est handicapé derrière, le DFCO possède un élément fort en attaque avec Laura Bouillot. Avec 8 buts inscrits en 5 matches, l’ancienne attaquante stéphanoise retrouve son véritable niveau dans ce début de saison : “On a retrouvé la Laura Bouillot de son arrivée à Dijon et c’est aussi parce qu’elle a d’autres coéquipières autour d’elle. Le niveau et l’exigence de l’équipe, au niveau technique et tactique, est monté d’un cran donc forcément Laura a remonté le sien, c’est très intéressant. L’année dernière ça n’a pas toujours été facile, elle avait des ballons qui étaient peu exploitables et sa blessure au pied l’a longtemps suivie “. 

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.