3 décembre 2020

Le DFCO perd son fauteuil de leader à Nancy

Logiquement défaits au stade Marcel Picot, en clôture de la 14eme journée de Ligue 2, les Dijonnais voient Metz et leur adversaire du soir leur passer devant.

 

Amalfitano faisait parti des nombreux absents côté dijonnais © Nicolas GOISQUE/archives
Amalfitano faisait parti des nombreux absents côté dijonnais © Nicolas GOISQUE/archives

Avec un onze remanié sous la contrainte (N’Goyi et Thiam titulaires, Amalfitano, Belmonte, Marié et Rivière étant tous blessés), les Côte-d’Oriens avançaient penauds sur le synthétique de Picot.

Dans l’intensité et la précision des enchaînements, cela s’est vite vu. La mauvaise première mi-temps contre Brest était encore visiblement dans certaines têtes, Dijon ayant éprouvé toutes les peines du monde à enchaîner des mouvements collectifs dangereux. Hormis un penalty qu’ils pouvaient à juste titre réclamer suite à cette main dans la surface de Lenglet (21e), les Rouges se sont évertués à contenir les assauts répétés de joueurs nancéiens volontaires et appliqués, qui ont finalement ouvert le score par l’intermédiaire de Cétout, monté aux avant-postes et laissé seul sur le côté gauche de la défense (24e).

 

Quelques errements qui coûtent cher

La place de leader est elle trop lourde à porter ? © Nicolas GOISQUE/archive
D’ordinaire salvateur, Christopher Jullien a commis une bourde lourde de conséquences. © Nicolas GOISQUE/archive

Une frilosité défensive qui s’est très – devrait-on dire trop – vite retrouvée une quinzaine de minutes plus tard. Pas dans son assiette, Christopher Jullien manquait sa relance et offrait un 4 contre 3 à l’adversaire. Sur le centre suivant l’action, le grand défenseur se trouait sur son dégagement et offrait malencontreusement une balle de but à Busin (39e).

Le break fait, Nancy a géré jusqu’à la pause, durant laquelle Olivier Dall’Oglio a secoué ses troupes. Plus volontaire dans les transmissions, le DFCO a attaqué de meilleure manière mais s’est fait peur avec cette transversale de Cétout (53e).

La réduction de l’écart est intervenue quelques minutes plus tard, après un tir contré de Mamadou Thiam qui a trompé le portier lorrain (55e). Un but assez précoce pour mettre le doute à une équipe nancéienne un peu plus timorée par la suite. Problème de taille : Dijon n’a jamais su profiter des quelques rares périodes de tumulte côté locaux. Animé par un Sammaritano combatif mais souvent en manque de solutions, le milieu de terrain dijonnais n’a pas eu cette étincelle pour allumer une rencontre promise à l’équipe de Pablo Correa.

 

Reynet a privé Hadji du doublé

Le technicien a d’ailleurs eu le nez creux en faisant rentrer Youssouf Hadji, qui a mis les siens à l’abri d’une tête plongeante sur coup franc (78e). L’attaquant marocain aurait mêmu pu réussir un doublé sans une superbe parade à bout portant de Reynet (86e).

 Reynet a sauvé un 4ème but tout fait devant Hadji. Crédit : Nicolas GOISQUE
Reynet a sauvé un 4ème but tout fait devant Hadji. Crédit : Nicolas GOISQUE

Nancy, qui n’a perdu que deux fois à domicile sur l’année civile 2015, se galvanise de cette victoire face à un concurrent direct et peut prétendre à de belles choses en fin de saison. Pour l’ex-leader)p, l’insuffisance était trop criante pour espérer quoi que ce soit. Lors de son prochain rendez-vous, un déplacement à Veyle-Saône (Ligue Honneur Régional) ce samedi en Coupe de France, il faudra cette fois contourner un autre écueil : la suffisance.

Le onze dijonnais : Reynet – Andonian, Varrault (cap), Jullien, Bamba – Gastien, Ngoyi, Sammaritano, Thiam (Saïd, 59e) – Diony (Bela, 65e), Tavares

Non-utilisés : Basilio, Paulle, Maury

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.