11 décembre 2019

Futsal : l’ASL Clénay veut se relancer dans son arène

Ce samedi à 16h00, les gladiateurs reçoivent Mérignac pour le compte de la 7eme journée de D2. Après trois défaites de suite, Clénay, cinquième, doit recoller au groupe de tête devant son public.

 

A domicile, Clénay tentera de rester proche du wagon de tête. © Nicolas GOISQUE/www.Focale.info
A domicile, Clénay tentera de rester proche du wagon de tête. © Nicolas GOISQUE/www.Focale.info

La mission ne sera pas aisée pour Clénay, son adversaire bordelais occupant la troisième place malgré son statut de promu. Avec trois victoires, un nul et deux défaites, son parcours est jusque-là honorable et il se verrait bien aller chercher quatre points à 700 km de là, chez le plus petit club de France.

Le club girondin aborde d’ailleurs la rencontre avec un capital confiance nettement supérieur aux Côte-d’Oriens : la semaine passée, il a tenu en échec le leader Lyon Footzik (4-4). Clénay, lui, était reparti de Rhône-Alpes les fesses rougies par une défaite 9-3 en ouverture de championnat. De plus, les gladiateurs, qui paient cash leurs sautes de concentration défensive en ce moment, en sont à trois revers consécutifs.

Relever la tête

Dans leur fief, les Clénois seraient bien inspirés de stopper le début d’hémorragie. Pour cela, le coach Alberto Arteaga a fait le ménage dans les têtes tout au long de la semaine, Clénay restant sur un déplacement à Toulouse rempli de frustration. Revenus d’un handicap de deux buts pour mener 3-2 en deuxième mi-temps, les rouges ont craqué et se sont inclinés 4-3 dans la dernière minute du match.

Samedi, la bande emmenée par le numéro 10 Jérémy Mouillon, qui a tout connu avec le club depuis 2005, devra se baser sur le même état d’esprit et fournir autant d’efforts collectifs pour l’emporter. Dans le même temps, un succès clénois passera impérativement par une rigueur défensive, Clénay faisant partie des moins bonnes défenses du circuit avec en moyenne plus de quatre buts encaissés chaque journée.

Accessoirement, Clénay a l’occasion d’envoyer valser les débats œnologiques entre Bourgogne et Bordeaux durant quarante minutes. L’ivresse d’une victoire est encore ce qu’il y a de mieux.

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.