19 septembre 2020

Rouen-DHC : Lourde défaite des Ducs à Rouen

Hier soir les Ducs se déplaçaient à Rouen pour la demi-finale aller de la Coupe de la Ligue. Dans ce choc entre David et Goliath, il n’y a pas eu de surprises. Les Dragons se sont imposés 6-2 en dominant l’ensemble de la rencontre.

 

Dijon a lutté contre l'armada des Dragons, mais chute lourdement au final © Marine Romain
Dijon a lutté contre l’armada des Dragons, mais chute lourdement au final © Marine Romain

Comme depuis de nombreuses fois déjà, les Ducs tardent à rentrer dans la partie. Si l’ouverture du score aurait pu arriver dès les premières secondes, Pintaric sort d’excellents arrêts. Le premir but ne met pourtant pas longtemps à arriver : presque 6 minutes de jeu, Sasha Treille récupère un palet en zone offensive et s’arrache pour remettre en arrière, Nicolas Arrossamena prend de court la défense et envoie le palet dans le but. 1-0 ! Le match est lancé.

 

Réaction immédiate

Ce but est comme un électrochoc. Les Ducs réagissent, et se mettent à pousser. 8’11, Olivier Labelle prend 2 minutes pour Cinglage. Le power play dijonnais se retrouve face à un bloc très regroupé, et a du mal à trouver une ouverture. Il reste 10 secondes avant que Rouen revienne au complet et … BUT ! Enorme lancé de Kolba qui touche d’abord le poteau avant de rentrer dans la cage. L’égalisation est là, le réveil des Ducs aussi.

 

Le power play dijonnais s'est fait surprendre en contre-attaque par deux fois © Marine Romain
Le power play dijonnais s’est fait surprendre en contre-attaque par deux fois © Marine Romain

Erreurs fatales

Dijon va alors se tirer une balle dans le pied. Les Ducs tuent comme il faut l’infériorité numérique concédée après le Retenir de Riendeau. Mieux. Ils se retrouvent en supériorité grâce à une nouvelle prison d’Olivier Labelle pour Retenir. L’idéal pour doubler la mise ! Le power play dijonnais s’installe, mais le bloc est trop statique, les passes mal ajustées. 30 secondes de supériorité, une passe est interceptée par Nicolas Arrossamena, ce-dernier file en direction du but, et ajuste tranquillement Pinto. (16’29 ; 2-1) Une erreur qui coûte cher côté dijonnais. Mais ce ne sera pas la seule. Une minute plus tard, nouvelle passe ratée, Whitecotton récupère le puck et lance Loic Lamperier, ce-dernier seul face à Pintaric propulse la rondelle dans la lucarne sans que le rempart dijonnais ait la moindre chance. (17’29 ; 3-1) Dijon vient de prendre une claque. Chabert sort dans la foulée pour Cinglage.

 

 

Pintaric, malgré ses 6 buts encaissés, a été de loin le meilleur dijonnais en sortant une prestation de haut niveau © Marine Romain
Pintaric, malgré ses 6 buts encaissés, a été de loin le meilleur dijonnais en sortant une prestation de haut niveau © Marine Romain

Pintaric incroyable

Le deuxième tiers commence comme le dernier s’était terminé, c’est-à-dire avec des pénalités côté bourguignon. Kolba part en prison après 21 secondes de jeu pour un Accrocher grossier. Gutierrez sort quelques temps après pour Retenir une crosse. Rouen, inoffensif en power play depuis le début du match, passe à la vitesse supérieure. Les tirs fusent en direction de Pintaric. Whitecotton, seul à la bleue, envoie un énorme slap en direction de la lucarne, mais Pinto, masqué, fait un arrêt réflexe sublime. Juste après, Sasha Treille, laissé seul devant la cage, fusille à bout portant le slovène, qui s’interpose une nouvelle fois d’un arrêt d’une autre planète. La défense souffre, et concède un tir de pénalité suite à un accrochage de Thomas Roussel. Nicolas Arrossamena s’élance, mais Pintaric s’interpose encore ! 30 secondes après être passé tout près du 4-1, le score passe à 3-2 ! Briand récupère le palet au milieu des Dragons, et décale le puck à Gutierrez laissé seul au second poteau, qui réduit la marque. (27’02 ; 3-2)

 

Les Ducs ont su revenir dans le match, mais ont payé leur indiscipline  © Marine Romain
Les Ducs ont su revenir dans le match, mais ont payé leur indiscipline © Marine Romain

Une indiscipline qui coûte cher

On se dit alors que Dijon revient dans le match. Malheureusement, les Ducs retombent dans leur travers et nous offrent un festival de pénalités. Quessandier pour Faire trébucher à 28’36, puis Groulx à 29’53 pour Cinglage, avec dans le même temps une méconduite de 10 minutes pour Alexandre Mulle. Jared Brown prend à 30’33 une méconduite de 5+20 minutes et ne reviendra par conséquent pas sur la glace. Malgré un grand Pintaric, retardant l’échéance un maximum, jouer autant de minutes en infériorité a forcément des conséquences. 36’30, Damien Raux sert Kudys qui fait le break grâce à un magnifique but (4-2). Les Ducs se retrouvent une nouvelle fois en infériorité numérique suite à un Faire trébucher de Thomas Roussel (37’17). La défense comme depuis le début de la rencontre, est plus vigilante à 4, et résiste. Thomas Roussel rentre sur la glace, mais au même moment, Guenette délivre une passe laser à Yorick Treille, permettant à ce dernier de se retrouver libre pour ajuster Pinto. (39’22 ; 5-2). Le troisième tiers est relativement calme, Dijon prendra 3 nouvelles pénalités, tandis que les Dragons aggraveront la marque lors d’une des situations de supériorité par Sasha Treille. (6-2 ; 53’48).

 

L’indiscipline et l’incapacité à rester concentré défensivement pendant 60 minutes ont eu raison des Ducs. On sent que cette équipe a le potentiel pour faire mieux, mais les hommes de Jonathan Paredes en sont à 454 minutes de pénalités en 19 matchs toutes compétitions confondues. Ce qui complique les choses. Le match retour aura lieu mardi prochain à Trimolet, où il faudra un miracle pour que les Ducs se qualifient.

Retrouvez l’actualité du hockey sur notre site partenaire hockey hebdo !

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.