27 septembre 2020

Rouen-DHC: Un exploit peut en cacher un autre ?

Hier, ce sont des Ducs au fond du trou qui se rendaient à Rouen pour le compte de la 11ème journée de Ligue Magnus. Défaits deux fois dans la semaine, dont une défaite 2-6 en Coupe de la Ligue mardi face à l’adversaire du soir, les Dijonnais ont créé la surprise du week-end en s’imposant 6-1 chez le leader ! Une très belle victoire qui fait du bien aussi bien à la tête qu’au classement !

 

Le match commence à l’avantage des Rouennais. Dès l’entame de match, Rouen trouve le chemin des filets. Le but est cependant refusé  suite à une crosse haute. Confiants, et sur une dynamique positive, les Dragons mènent la danse, et manquent  d’ouvrir le score à plusieurs reprises. Krog, Labelle, Manavian, Thinel, ils tentent tous leur chance, mais butent sur un Pintaric encore une fois extraordinaire. La défense est solide et propre, deux prisons sont à mettre à l’actif des Dijonnais contre une pour Rouen. Les équipes rentrent au vestiaire sur ce score nul et vierge, la domination est locale ! (13 tirs à 5 pour Rouen sur ce tiers)

Les Ducs ont surpris plusieurs fois les Dragons en contre-attaque © Pascal Longemare
Les Ducs ont surpris plusieurs fois les Dragons en contre-attaque © Pascal Longemare

 

Le match s’emballe !

Rouen perd le palet, les Ducs partent en contre-attaque, un 3 contre 4 est à jouer, Kolba sur le côté gauche remet en retrait pour Maslonka au deuxième poteau qui reprend instantanément et ouvre le score ! (0-1 ; 24’11). Peu de temps après, Whitecotton (25’27 pour Obstruction) puis Manavian (26’02 pour Charge avec la crosse ) partent en prison et laisse les Dragons en double infériorité numérique. Yannick Riendeau sur une situation de possession en zone offensive prend le shoot et trompe un Dany Sabourin pas dans un grand soir ! Le break est fait, les  supporteurs dijonnais ayant fait le déplacement exultent. (0-2 ; 26’51). Une minute plus tard, Maslonka sort pour un surnombre loin d’être évident. La première prison dijonnaise d’une longue liste  dans ce 2ème tiers . Les Dragons ne sont définitivement pas dans leur rencontre, et font face à une formation dijonnaise pas prête à laisser passer cette victoire. Le power play local ne donne rien, et dans la foulée, encore une fois après une action sur une attaque rapide, Jared Brown reprend un palet devant la cage et le pousse dans le but (0-3 ; 30’08). Ce-dernier, en grande forme hier se paye même le luxe de s’offrir un doublé quelques minutes après. Wallèn derrière le but rouennais remet en retrait pour Brown, seul au milieu d’une défense aux abois, qui fusille Sabourin ! La partie dérive en correction.

 

Rouen s'est fait bousculer par Dijon, et n'a jamais réussi à imposer son jeu offensif © Pascal Longemare
Rouen s’est fait bousculer par Dijon, et n’a jamais réussi à imposer son jeu offensif © Pascal Longemare

Les Ducs ne laissent aucun espoir

Thinel réduira la marque deux minutes plus tard (1-4 ; 34’16). Un but anecdotique qui ne relancera pas Rouen. Le troisième tiers est  à peine commencé que suite à un cafouillage devant la cage de Sabourin, Maslonka en force arrive et pousse le palet dans le but (41’34 ; 1-5). De quoi anéantir le peu d’espoir qu’il aurait pu rester chez quelques supporters rouennais. McMillin bouclera ce festival avec un but en infériorité numérique. Exilé sur le côté droit, il  lâche un tir qui trouve chemin entre le poteau et Sabourin. (46’07 ; 1-6).

 

 

La discipline, seul point noir de la soirée pour les Dijonnais © Pascal Longemare
La discipline, seul point noir de la soirée pour les Dijonnais © Pascal Longemare

La discipline en bémol

La soirée est parfaite. Ou presque. Le point noir de la soirée reste la discipline. Les Ducs terminent ce match avec  69 minutes de pénalités, dont deux méconduites et une méconduite de match. Beaucoup de pénalités comblées par une défense de plus en plus solide en infériorité numérique. Malgré tout, on se souviendra principalement de l’exploit, surtout que certaines sanctions sont à relativiser tant l’arbitre de la rencontre d’hier s’est montré quelque fois en difficulté. On notera aussi un Pinto extraordinaire, auteur hier de 52 arrêts, ce qui a littéralement dégoûté les Dragons. Côté rouennais, la statistique à oublier c’est ce 0/12 en power play qui fait mal et qui est significatif des difficultés qu’ont éprouvé les joueurs locaux à installer leur jeu.

 

Pintaric a encore réalisé une prestation de haut vol © Marine Romain
Pintaric a encore réalisé une prestation de haut vol © Marine Romain

Exploit à réitérer

La victoire est belle, et elle fait un bien fou. Dijon n’est maintenant plus dernier, et compte 6 points. Cependant pas le temps de savourer. Demain les Ducs reçoivent de nouveau les Dragons, mais cette fois dans un tout autre contexte. Match retour de la Coupe de la Ligue, les Ducs doivent rattraper le 2-6 de la semaine dernière. Les hommes de Fabrice Lhenry, revanchards et avertis, ne devraient pas renouveler la même contre-performance qu’hier, et auront à cœur de rester sérieux pour assurer la qualification. On connait la difficulté des Dijonnais à enchaîner les bonnes prestations, et mettre 4 buts ou plus à Rouen une deuxième fois relève presque de l’impossible, mais cette fois les hommes de Jonathan Paredes semblent enfin lancé ! Un énorme choc nous attend demain, et le DHC devra faire rêver ses supporteurs en réalisant un deuxième exploit. Les Ducs ont l’habitude de surprendre. Nous surprendrons-t-il demain ?

 

Rencontre demain à 20h à Trimolet ! Match à suivre en direct radio et en intégralité avec nous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.