31 juillet 2021

CDB- Metz : entame corsée d’un mois de janvier capital

Après une trêve “interminable”, les affaires reprennent pour le Cercle Dijon Bourgogne avec la réception de Metz ce mercredi au palais des sports pour le compte de la 12ème journée de Ligue Féminine de handball. Les bilans actuels des deux formations est diamétralement opposé après les 11 premières journées (1v 1n 8d pour Dijon 7v 1n 1d pour Metz). Les messines sont donc potentiellement leaders (elles comptent deux match de moins que Fleury) et ont accueilli en décembre leur nouveau coach, Emmanuel Mayonnade (qui succède à Jérémy Roussel) qui a rejoint la Moselle suite à la faillite de Mios et dont ce sera le premier match officiel sur le banc MESSIN.

 

Depuis deux mois, le CDB n’a donc disputé que quelques rencontres amicales contre Besançon ou au tournoi de St Gall, mais surtout effectué un gros travail physique à l’entraînement afin d’aborder ce mois de janvier de la dernière chance pour lui.

 

Tenter le tout pour le tout

Marie Prouvensier et ses coéquipières doivent tout lâcher © Nicolas GOISQUE/archives
Marie Prouvensier et ses coéquipières doivent tout lâcher © Nicolas GOISQUE/archives

Les joueuses de Christophe Maréchal n’ont vraiment plus le choix. Dernières au classement après le retrait de Mios, les dijonnaises peuvent encore mathématiquement accrocher les play-offs, la fameuse sixième place, mais ne nous le cachons pas cela relève de l’exploit. Il faut pour cela reprendre 7 points à Nice en 7 matchs restant à jouer. Un sans faute est donc indispensable en espérant des faux pas des adversaires, bref un calcul savant. Un avantage dans tout cela, le CDB débarrassé de l’angoisse d’une relégation possible peut jouer libéré et se lâcher, il n’y a plus rien à perdre et tout à gagner. Durant la première moitié de championnat les partenaires de Léa Terzi ont parfois montrer leur capacité à titiller les meilleurs. Il faut maintenant passer du “titillement” à la victoire. Pour commencer le hors d’oeuvre est donc costaud, Metz n’ayant rien du sparring partner docile. Dijon en créant l’exploit, car cela en serait un, lancerait superbement 2016 avant de se rendre à Besançon pour le fameux derby. Des Bisontines qui ont elles superbement entamé leur année en allant s’imposer à Fleury.

 

Metz a tout pour gagner 

Metz est au handball féminin hexagonal ce que Montpellier est chez les hommes. Le Metz Handball a trusté les trophées durant ces 20 dernières années, tout juste contrarié par la récente montée en puissance des panthères de Fleury.

Ana Gros et Nina Kanto deux des nombreux atouts messins © Nicolas GOISQUE/archives
Ana Gros et Nina Kanto deux des nombreux atouts messins © Nicolas GOISQUE/archives

Cette année encore c’est un effectif très solide que présente les Mosellanes avec une Ana Gros, l’internationale Slovène en buteuse attitrée et une kyrielle d’internationales française: Laura Glauser (auteur d’un bon mondial danois dans les buts), Nina Kanto, Grâce Zaadi, Alice Lévèque ou les anciennes Paule Beaudoin. L’apport de l’ex pivot bisontine, la serbe Pop Lazic est également très intéressant. Bref il ne faut s’attendre à rien d’autre que du très costaud de la part de ce Metz Handball qui rêve de reconquérir le titre national, abandonné à Fleury l’an dernier.

Le CDB doit donc d’entrée 2016 battre un très gros pour s’éviter une fin de championnat sans grand intérêt. Après tout Metz s’était incliné lors de sa dernière visite en championnat à Jean-Michel Geoffroy

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.