10 juillet 2020

Le DBHB joue avec le feu à Valence

Vainqueurs au bout du suspense vendredi dernier au Palais face à Cherbourg, les handballeurs dijonnais ont remis ça ce jeudi à Valence. Il a en effet fallu attendre les ultimes secondes pour voir Marc Poletti apporter la victoire aux siens (33-34). On peut certes se féliciter de voir cette équipe ne rien lâcher et engranger de précieux points. On peut également s’inquiéter de ne pas la voir dominer plus tranquillement la lanterne rouge qui n’a pas gagné le moindre match depuis le début de saison .

 

A ma droite les optimistes, ceux qui diront à juste titre qu’avec 8 points pris sur 9 possibles en ce début 2016, le DBHB se donne les moyens de remonter au classement et de se positionner comme candidat à la montée. A ma gauche les plus circonspects, qui eux, avanceront que Dijon ne pourra s’en sortir éternellement comme ça et que la débauche d’énergie physique et psychique dépensée sur de tels matchs va finir par se payer.

 

Marco Poletti s'est arraché pour obtenir la victoire © Eric BONTEMPS
Marco Poletti s’est arraché pour obtenir la victoire © Eric BONTEMPS

Des buts à tout va

En toute honnêteté, j’appartiens plutôt à la deuxième catégorie. Car enfin les dernières prestations dijonnaises ne sont guère économes en efforts et sensations de tous genres. Alors le spectacle n’est peut être pas perdant, avec 67 buts vus hier soir le public en a pour son argent, le supporteur dijonnais acharné se fait lui un peu plus de soucis pour son palpitant. Ce qui est embêtant c’est l’incapacité dijonnaise à se rendre des matchs faciles. Or là on ne peut considérer Valence comme un foudre  de guerre et l’on aurait aimé que le staff dijonnais vive une fin de partie tranquille en faisant tourner son effectif; il n’en a rien été.

Si la performance offensive avec 34 buts marqués n’apporte pas forcément de commentaires encore que, on ne peut en dire de même du secteur défensif. Revenons donc en un mot sur l’attaque. On ne peut que souligner la constance du duo Naudin Poletti. Le premier, pourtant de plus en plus ciblé par les défenses adverses, a encore inscrit 11 buts/16  hier soir dont de nombreux importants dans les dernières minutes. Le second s’est battu avec sa hargne habituelle et arrache un dernier ballon renvoyé par le gardien après un tir de …. Naudin pour offrir in extremis la victoire aux siens (Marco est auteur hier soir d’un bon 8/11). On reste plus sur notre faim avec les recrues de l’intersaison dont on attendait monts et merveilles. Gutfreund et Kuduz  et à un degré moindre François-Marie ont du mal à trouver leur place. On ne sent pas un style, une patte offensive dijonnaise. Les ailiers lorsqu’ils sont servis ont jusqu’alors un rendement correct.

 

Mansuy-Fèvre a encaissé 33 buts hier soir © Eric BONTEMPS
Mansuy-Fèvre a encaissé 33 buts hier soir © Eric BONTEMPS

Une performance défensive inquiétante

Mais hier c’est surtout défensivement que le constat est accablant. 33 Buts encaissés face à une attaque qui n’est pas spécialement réputée et qui tournait jusqu’alors à 26 buts de moyenne, ce n’est pas digne d’une équipe qui vise le haut de tableau. 10 arrêts /43 pour Mansuy-fèvre c’est aussi relativement peu . Pour un secteur qui a beaucoup été travaillé lors de la pause hivernale, il y a des questions à se poser. Est-ce un problème , d’envie, d’agressivité, de système collectif ? En tous les cas être obligé de s’employer pour scorer à 34 reprises pour gagner une rencontre d’un petit but c’est tout de même fâcheux. Bref il reste un sacré pain sur la planche pour le staff dijonnais.

 

Pierrick Naudin continue à faire un bien fou à Dijon © Nicolas GOISQUE/archives
Pierrick Naudin continue à faire un bien fou à Dijon © Nicolas GOISQUE/archives

Incapable de s’installer en patron

Si l’on regarde un tout petit le scénario du match d’hier soir on s’aperçoit que le mano à mano a duré quasiment toute la rencontre, à deux exceptions prêt. En fin de première mi-temps Dijon est parvenu à prendre trois longueurs d’avance (13-16,27′). Et alors qu’on se dit que les visiteurs peuvent se constituer un petit matelas pour rentrer aux vestiaires, ils prennent un 4-0 dans la foulée pour être finalement mené d’un but à la pause (17-16,30′). De retour des vestiaires, on se dit que les choses vont peut ête changer quand on voit le 3-0 initial et les 6 minutes sans prendre le moindre but. Mais ce ne fût que feu de paille et le spectre de la défaite possible a continué de planer jusqu’au bout.

 

Sam Pécaud entraîneur adjoint revient sur le match et sa conclusion

On arrive pas à tuer le match on est plusieurs fois à plus 3 et on repasse à chaque fois à -1.  On se livre un mano à mano dans les 15 dernières minutes où aucune équipe ne lâche rien. Ante  Kuduz prend 2 min à la 58ème alors qu’on  est à égalité.  Stephane Chardon Intercepte un ballon très important et marque. On prend un but à 45 secondes de la fin et on prend un  temps mort.

Jackson Richardson et le staff dijonnais ont encore beaucoup de travail © Eric BONTEMPS
Jackson Richardson et le staff dijonnais ont encore beaucoup de travail © Eric BONTEMPS

 On fait rentrer la chasuble,  Pierrick Naudin prend le tir  mais échoue sur le gardien. Heureusement Marco Poletti reprend et   s’arrache pour marquer à la dernière seconde. Ce fut un  match compliqué.  Les gars n’ ont rien lâché comme depuis la reprise de saison. Par contre on n’a pas assez de rigueur pour tuer le match et ne pas se mettre dans une situation compliquée .  Il faut entretenir cette dynamique et continuer à enchaîner les victoires pour grimper au classement et pour attaquer les grosses équipes de la poule en pleine confiance et  avec détermination.  On peut former un groupe qui ne lâche rien et qui peut enchaîner les victoires mais je ne cache pas que l’on doit encore beaucoup  travailler“.

 

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.