25 février 2021

Sans pression, Dijon veut renverser la montagne lyonnaise

Pour le compte des quarts de finale de la Coupe de France, le DFCO féminin se déplace sur la pelouse du monstre du football féminin : l’Olympique Lyonnais. Même si Lyon part comme le grandissime favori de ce match, Dijon croît en son infime chance de qualification.

 

Crédit: Nicolas GOISQUE / archives
Crédit: Nicolas GOISQUE / archives

C’est un fossé immense qui sépare ces deux équipes pour ce quart de finale de Coupe de France. A ma gauche, on retrouve la plus grande équipe du football féminin français. Une équipe qui a tout gagné à l’échelle nationale et même au niveau européen avec une Ligue des Champions, je la nomme : l’Olympique Lyonnais. A ma droite, on retrouve le challenger. Une équipe qui progresse et qui a des ambitions sur ces prochaines années avec un projet solide : le DFCO féminin.

“On va jouer notre match de Ligue des Champions”

Sur le papier, Lyon est largement favori et devrait se qualifier pour les demi-finales. Mais le DFCO se déplace avec sérénité dans la capitale des Gaules “Il n’y a aucune crainte. On est dans la période de la coupe d’Europe, on va jouer notre match de Ligue des Champions. On y va sereinement, si on perd au pire la logique sera respectée. Un match n’est jamais joué d’avance. On a une infime chance de se qualifier et on va la jouer à fond” explique Samuel Riscagli. Même si c’est un match de gala, les Dijonnaises ne partent pas avec l’idée d’avoir déjà perdu le match. L’ambition est bien de poser des problèmes, de montrer un beau visage et pourquoi pas, aussi, d’aller réaliser l’impossible : “On va essayer de montrer que même à Dijon, une équipe de D2, on sait jouer au football. Grâce à nos qualités, on va essayer de leur poser des problèmes. On ne va pas leur rendre la partie facile. On va jouer crânement notre chance, sans aucune pression. C’est à nous de créer le paranormal” détaille l’entraîneur dijonnais. Sur un match de coupe, tout est possible. La magie de la coupe peut opérer sur la pelouse lyonnaise.

“On va leur rentrer dedans”

Crédit : Nicolas GOISQUE / archives
Crédit : Nicolas GOISQUE / archives

Pour cela, les Dijonnaises devront mettre les bons ingrédients, dont ceux mis contre Grenoble au tour précédent : “L’état d’esprit va faire beaucoup. Il faudra être dans le dépassement de soi-même, aider les partenaires en difficulté et mettre les même ingrédients que contre Grenoble, c’est-à-dire gagner les duels, être mordant. J’espère que les Lyonnaises seront prêtes au combat. On va leur rentrer dedans” analyse Riscagli. Mais à l’inverse du match contre Grenoble, les coéquipières de Laura Bouillot devront éviter les errements défensifs et les sautes de concentration : “On ne reproduira pas les mêmes erreurs. On sera plus concentré et plus solide” assure le coach côte-d’orien.  Depuis ce huitième de finale, la solidarité s’est renforcée au sein de ce groupe dijonnais : “La solidarité était déjà présente mais là elle est montée d’un cran. L’implication du groupe est totale et même chez les absentes on sent une grande implication. C’est plutôt extraordinaire” lance Samuel Riscagli. Maintenant, il faut que la magie de la Coupe opère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.