23 novembre 2020

Nîmes fait tomber le DFCO

Après une série de quinze matches sans la moindre défaite en championnat, le DFCO s’est finalement incliné ce samedi après-midi contre le Nîmes Olympique (0-1). Déjà tombeur de Nancy et Metz ces dernières semaines, les Nîmois continuent de faire plier les grosses écuries de Ligue 2.

 

LES PHOTOS DE LA RENCONTRE ICI.

Le DFCO cueilli à froid

Amalfitano, pas sous son meilleur joueur, est sorti à la mi-temps © Nicolas GOISQUE
Amalfitano, pas sous son meilleur jour, a été remplacé par Bela à la mi-temps © Nicolas GOISQUE

Le Dijon FCO avait l’occasion de poursuivre sa dynamique impressionnante et même d’égaler, dès aujourd’hui, son record historique de points en Ligue 2 (62 pts lors de la saison 2010/2011). C’était sans compter sur des Nîmois habitués à jouer les trouble-fêtes face aux gros en 2016. À la 7ème minute, suite à une action confuse où ni Bernard ni Jullien ne parviennent à franchement dégager le ballon, Steve Mounié reçoit le cuir au second poteau et le propulse au fond des filets d’un Reynet un peu amorphe. Si on peut pointer du doigt la mauvaise relance dijonnaise, ce but n’aurait cependant pas dû avoir lieu puisque à l’origine de l’action, la balle était nettement sortie en touche. Dijon va tenter de réagir principalement par le biais de coups de pieds arrêtés, sans réussite (12′, 41′). Diony, sans doute le joueur le plus volontaire sur le front de l’attaque, ne parviendra pas non plus à se montrer très dangereux sur ses frappes (23′, 29′). En fin de mi-temps, c’est Sammaritano qui est contré in-extremis par un pied nîmois, déviant la tentative du meneur bourguignon hors du cadre. Malgré quelques phases de jeu intéressantes, les Dijonnais rencontrent toutes les peines du monde à conclure les actions à cause d’un certain manque de justesse technique dans les vingt derniers mètres. La pelouse, une fois encore en très mauvais état, n’aide pas non plus l’équipe de Dall’Oglio à développer son jeu habituel. Les deux formations rentrent donc aux vestiaires sur un score de 0-1 plutôt bien payé pour Nîmes, qui a fait la différence sur son unique réelle occasion.

Pas de réussite devant le but

Dijon n'a pas trouvé le chemin des filets pour la 5ème fois de la saison © Nicolas GOISQUE
Ce n’est que la 5ème fois cette saison que Dijon n’a pas trouvé le chemin des filets © Nicolas GOISQUE

Le technicien dijonnais est alors obligé de réagir et, dès l’entame de la seconde période, fait entrer en jeu Jérémie Bela à la place de Romain Amalfitano. L’ancien Rémois, peu en vue cet après-midi, n’avait pas réussi à créer de différences durant le premier acte. Ce changement dynamise un poil la formation bourguignonne qui hausse légèrement le rythme à l’entame de la deuxième mi-temps, mais se heurte comme au match aller à un Mathieu Michel très sérieux, repoussant notamment une frappe de Sammaritano (55′) suite à une bonne percée dans la défense gardoise. Six minutes plus tard, Loïs Diony se retrouve relativement esseulé sur le côté de la surface adverse mais sa frappe pied gauche est trop croisée. Le DFCO pousse par intermittence seulement et n’arrive pas à maintenir de réel temps fort. Les corners, habituel point fort de Dijon, n’offrent pas plus de réussite et la tête de Varrault passe de peu à côté des cages (69′). Diony se procure une nouvelle occasion dans la foulée (71′), et se retrouve face au gardien en position un peu excentrée mais c’est une nouvelle fois Michel qui s’impose. On retrouve Diony quelques instants plus tard, mais son centre effectué en bout de course, trop fort ou bien pas suffisamment en retrait, ne peut pas être repris victorieusement par un Tavares trop court (78′). Même configuration et même duo à la 88′, le centre de Diony est cette fois meilleur mais son compère capverdien manque la balle d’égalisation.

Une défaite pas alarmante pour autant

Diony s'est démené sans succès © Nicolas GOISQUE
Diony s’est démené sans succès © Nicolas GOISQUE

Malgré six minutes de temps additionnel, le DFCO ne se créera pas d’autres occasions. Le Nîmes Olympique réalise un sacré coup sur le terrain du leader du championnat, à vrai dire presque inespéré au vu du scénario du but et des opportunités ratées par les Dijonnais. Ces derniers peuvent toutefois se mordre les doigts de ne pas avoir réussi à égaliser pour faire douter son adversaire du jour, avec un taux de déchet technique trop important et un manque de précision dans la dernière passe qui leur a porté préjudice pendant toute la rencontre. Le match solide d’un Varrault qui retrouvait le onze de départ n’aura pas pu empêcher la cinquième défaite du DFCO cette saison, ni les occasions amenées par Loïs Diony qui aura une fois n’est pas coutume beaucoup donné, mais en vain. Tavares, rarement dans le bon tempo, a quant à lui symbolisé le manque de justesse de son équipe avec très peu de déviations réussies et un taux de passes ratées important. Reynet, peu précis dans son jeu au pied, a également semblé moins à l’aise qu’à l’accoutumée. Le coach Olivier Dall’Oglio ne s’alarme pas pour autant et insiste sur le fait que “rien n’est remis en cause” en conférence d’après-match. Après tout, il ne s’agit que d’une défaite en seize matches et avec les résultats de la veille, le DFCO conserve en plus de sa place de leader un matelas confortable sur les autres prétendants à la montée. Réenclencher la machine dès vendredi prochain, à Brest (20h), permettrait toutefois d’évacuer le moindre doute de la tête des Dijonnais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.