29 novembre 2020

DHC-Lyon : Les Ducs dévorent le Lion !

Ce mardi Dijon recevait Lyon pour le compte de la 8ème journée des play-downs. On l’avait dit dans notre avant match (ici) la victoire était obligatoire pour les Ducs dans ce match de la mort. Devant des Archi’Ducs mettant le feu à un Trimolet bouillonnant, les hommes de Jonathan Paredes ont su prendre le dessus mentalement dans une rencontre sous haute tension.

 

Dijon s'est fait bousculé dans le 1er tiers avant d'enflammer Trimolet ©Nicolas Goisque
Dijon s’est fait bousculé dans le 1er tiers avant d’enflammer Trimolet ©Nicolas Goisque

Un tiers à oublier

L’entame de match côté locaux est catastrophique, à l’image du tiers dans son intégralité. Première action dangereuse de Lyon, cafouillage devant le but, Pintaric est bousculé et Jonathan Laberge ouvre le score (0-1 ; 1’21). Pas de réelle réaction côté dijonnais. Aucunes lignes n’arrivent à poser le jeu, étouffées par des Lions en place sans être exceptionnels. La première occasion locale survient en supériorité numérique, Yanick Riendeau prend sa chance à la bleue, Macrez ne capte pas le puck mais le rebond n’est pas pris. Les personnes présentes à Trimolet n’assiste pour l’instant pas à du beau hockey. Beaucoup de tensions sur la glace gérées par un corps arbitral en grande difficulté ce soir, un jeu sans cesse interrompu, des pénalités à tout va et une équipe de Dijon ne parvenant jamais à se dégager. Si le LHC met une pression constante, il est bien aidé par une défense qui n’est pas dedans. La plus belle occasion dijonnaise de la première manche arrive à moins de deux minutes de la fin : William Wallèn lâche un énorme slap sur la droite de la cage de Macrez, suite à cet arrêt la cage est presque vide, sauf que personne n’est au rebond. Les équipes rentrent au vestiaire sur ce score.

 

Le DHC a livré un deuxième tiers de folie © Nicolas Goisque
Le DHC a livré un deuxième tiers de folie © Nicolas Goisque

Allumez le feu !

Si la réaction dijonnaise est attendue par Trimolet, elle n’arrivera pas maintenant. McMillin prend certes un bon shoot face à Macrez, mais le repli qui suit est trop lent, la défense trop laxiste, et cela permet à Lyon de faire le break. Slamovir Tomko placé plein axe reçoit une passe de Breault, ce-premier ne se pose pas de questions et propulse le puck lucarne opposée (0-2 ; 23’35).

Electrochoc pour les Ducs ! Les troupes locales commencent petit à petit à reprendre le jeu à leur compte. On retrouve le DHC des derniers matchs. Le premier avertissement vient de Roussel avec un gros shoot sauvé de peu par Macrez de l’épaule. Ce n’est que partie remise. 26’56, Laberge rejoint le banc des prisonniers pour Retard de jeu. Les Ducs prennent le temps d’installer le jeu, Kuuluvainen trouve une fenêtre de tir et réduit la marque d’un superbe slap de la bleue pleine lucarne. (1-2) Pas le temps de souffler puisque une minute plus tard un palet est récupéré en entrée de zone, Aram Kevorkian déboule sur la gauche de Macrez et remporte son duel d’un joli tir lucarne opposée (2-2 ; 29’07) Trimolet explose ! Dijon est totalement revenu dans la rencontre et a même l’occasion de prendre l’avantage peu de temps après. 32’15, Langelier-Parent accroche volontairement Kuuluvainen qui filait au but, l’arbitre siffle pénalty. Riendeau s’élance, part sur la droite du gardien mais ne trouve pas le cadre. Le jeu reprend, il reste quelques secondes avant que le jeu de puissance lyonnais prenne fin. C’est à ce moment que Julien Labey prend un tir de loin trompant Pintaric totalement masqué. Après avoir frôlé le 3-2 le DHC perd 2-3.

La joie des Dijonnais © Nicolas Goisque
La joie des Dijonnais © Nicolas Goisque

Cependant, pas suffisant pour plomber le moral des troupes bourguignonnes. McMillin reçoit le palet de Riendeau le long de la bande derrière la cage lyonnaise, se joue des défenseurs et vient tromper Macrez en glissant la rondelle au premier poteau ! (3-3 ; 34’26). Le match est extrêmement tendu et peut basculer à tout moment. C’est Dijon qui va clôturer ce deuxième tiers de feu en prenant l’avantage avant la pause. En supériorité numérique et à 1’30 de la fin, Riendeau  tire fort, Macrez est sur la trajectoire mais ne peut que repousser le palet, Jeslinek, dos au but, trompe le portier des Lions d’un coup de crosse en arrière. Juste avant de rentrer au vestiaire, le DHC prouve que les vaincre dans leur forteresse ne sera pas chose facile.

 

Pintaric a encore livré un excellent match ©Nicolas Goisque
Pintaric a encore livré un excellent match ©Nicolas Goisque

Défense d’approcher

Si les Lions reviennent sur la glace avec l’intention de revenir dans la rencontre, c’est le destin qui va lui donner un coup de pouce. Cela commence par Dallas Ehrhardt se faisant mal au pied après avoir contré un tir à pleine puissance. Le joueur dijonnais peinant à patiner les Lions en profitent pour trouver des fenêtres de tirs : Laberge prend sa chance, sa tentative qui semblait partir bien au-dessus du but trouve l’épaule d’un autre joueur envoyant le puck au fond de la cage de Pinto. (4-4 ; 42’46). Encore une fois, Dijon va faire preuve d’orgueil et va montrer sa force mentale. 46′, Jeslinek signe un doublé, encore sur une assist de Riendeau, pour redonner l’avantage aux siens (5-4) Le LHC passe la vitesse supérieure et augmente le rythme. Les occasions sont nombreuses, les tirs affluent sur la cage d’un Pintaric encore excellent ce soir. Dijon subit, Dijon est retranché dans sa zone, mais Dijon va contre-attaquer. Briand intercepte le palet et file sur le côté gauche de l’attaque, sa passe pour Maslonka situé à droite de l’action permet à ce-dernier de se retrouver en situation idéale, ne laissant aucune chance au portier des Lions (6-4 ; 51’20). Va s’en suivre une phase d’attaque défense haletante. McMillin écope d’une Méconduite puis Kolba rejoint lui aussi la banc des prisonniers. Dijon doit tenir à 3. Chaque joueur se jette sur les palets, Pintaric stoppe tout. La première pénalité est tuée, puis la deuxième. Héroïque derrière, les Ducs ne craqueront pas. Macrez sortira un peu avant la fin. Comme un symbole, c’est Riendeau, homme du match et meilleur pointeur dijonnais, qui lance le puck dans la cage vide pour aggraver la marque et clôturer cette soirée magnifique (7-4 ; 59’50).

 

 

Le DHC s’impose donc 7-4 face à sa bête noire. Les hommes de Paredes ont prouvé qu’ils étaient mentalement costaud et  ont su être efficace offensivement pour renverser une rencontre très mal démarrée. Dans le même temps, le HCMAG, qui menait 0-1, s’est incliné 2-1 à Chamonix en prolongations. Dijon grimpe directement à la 3ème place devant Morzine d’1 point, et avec un goal-average de +4, bien supérieur à ceux de ses concurrents directs (-9 pour tout le monde). Samedi les Ducs se rendront chez les Pingouins morzinois pour ce qui sonne déjà comme une “finale” du maintien.

Source : Ligue Magnus
Source : Ligue Magnus

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.