25 novembre 2020

Le DFCO prend un point à Brest

C’est certain, ce ne fut pas le plus beau match de la saison. Assez pauvre dans le contenu, ce match nul (0-0) entre Brest et Dijon permet toutefois à l’équipe dijonnaise de prendre un point important hors de ses bases. Pour accueillir l’AS Nancy-Lorraine dans deux semaines, il faudra toutefois retrouver des velléités offensives.

Un adversaire qui en voulait

Souquet a été mis en difficulté sur son côté © Nicolas GOISQUE
Arnaud Souquet a été mis en difficulté à plusieurs reprises sur son côté © Nicolas GOISQUE

Au coup d’envoi, pas de surprise dans le onze de départ, la composition d’équipe étant celle que nous vous annoncions ce jeudi. Si celle-ci a belle allure sur le papier, elle va vite connaitre des difficultés sur le rectangle vert. Malgré quelques bons enchaînements dans le premier quart d’heure, le DFCO ne se procure pas la moindre occasion et les Brestois, qui effectuent un pressing assez haut et efficace, gênent considérablement la formation bourguignonne. De nombreuses relances sont mal jugées, des balles sont perdus au milieu de terrain et cela donne quelques opportunités au Stade Brestois. Ils exploitent notamment le couloir droit de la défense dijonnaise, souvent très ouvert durant la première demie-heure de jeu. Les frappes lointaines de Battochio (12′, 47′) n’inquiéteront cependant pas énormément Baptiste Reynet. Bruno Grougi sera davantage dangereux et à la 39ème minute, le portier dijonnais doit s’employer pour détourner la frappe du milieu breton suite à une une-deux avec Joseph-Monrose très bien sentie dans la surface de réparation. Quasiment rien à signaler côté dijonnais, si ce n’est une volée du gauche de Romain Amalfitano qui sera captée sans trop de problème par un Joan Hartock vigilant (19′). Face à une équipe qui montre beaucoup d’envie et de détermination afin de tenir la dragée haute au leader, ce n’est clairement pas suffisant.

Une attaque muette depuis deux matches

Tavares n'a pas pesé © Nicolas GOISQUE
Tavares n’a pas pesé © Nicolas GOISQUE

Ce qui est plus inquiétant c’est que cette fois, la meilleure attaque du championnat n’a jamais semblé être en mesure d’inquiéter franchement le gardien adverse. Si Loïs Diony n’a pas ménagé ses efforts et s’est montré dangereux plus d’une fois par ses déboulés sur les ailes (44′, 58′, 59′, 64′), cela n’aura nullement permis au DFCO de prendre l’avantage. Ses centres, souvent de qualité, n’ont soit pas été correctement exploités par ses coéquipiers, soit été coupés in-extremis par une défense brestoise très appliquée. Tavares, visiblement peu en confiance, n’aura guère existé dans cette partie, dans la lignée du match face au Nîmes Olympique. Sammaritano a également baissé de régime et n’aura jamais réussi à prendre le jeu à son compte, comme il le fait pourtant régulièrement. Si la défense centrale Jullien-Varrault a rempli son contrat et s’est avérée être solide, il aura malgré tout fallu un excellent Baptiste Reynet pour préserver le point du match nul. En effet, après une très bonne balle de Grougi à la 85ème minute, le nouvel entrant Valentin Henry s’est retrouvé seul face au gardien du DFCO au niveau du point du pénalty. Si tout le monde voyait ce ballon déjà au fond, Reynet a réalisé la parade réflexe qu’il fallait en se couchant extrêmement vite. Décisif, ses camarades peuvent cette fois le remercier et nul doute que ce point devrait peser à la fin du championnat. En revanche, la réception de Nancy pour la 32ème journée sera une étape à ne pas rater pour atteindre l’objectif du club et pour cela, il faudra faire preuve de bien plus d’inspiration offensivement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.