30 novembre 2020

DHC – Bordeaux : la fête à Trimolet

Un match où tout le monde est content à la fin cela n’existe que trop rarement pour être souligné. Bien que battus par Bordeaux, le Ducs du Dijon Hockey Club ont obtenu leur objectif principal sur cette rencontre, un ticket pour une année supplémentaire en Magnus, l’élite hexagonale du hockey sur glace. Revenu de très loin après un mois de folie en play-downs, Dijon a fait taire les sceptiques et a également enflammé son chaleureux public. Une belle sortie pour un des fidèles serviteurs du club Aram Kevorkian qui tirait sa révérence hier soir.

 

LES PHOTOS DE LA SOIRE A TRIMOLET ICI

 

Il savoure Jonathan Paredes, le jeune coach dijonnais a réussit un pari que franchement pas grand monde le voyait réussir. En dix match Dijon a remonté 7 points de retard sur Lyon et la place de maintien automatique. Lyon qui a tout perdu sur ces deux derniers matchs à domicile en se voyant finalement relégué, Morzine venant décrocher les barrages dans la capitale des Gaules.

 

Un match agréable joué sur un super rythme © Nicolas GOISQUE/NikoPhot
Un match agréable joué sur un super rythme © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Un rythme fou

Devant une “patinoire” bien garnie avec une bonne centaine de supporteurs girondins sympathiques et bruyants qui avaient également fait le déplacement, le choc des capitales viticoles débute sur un rythme enlevé et il ne faut pas bien longtemps aux visiteurs pour doucher quelque peu l’enthousiasme local. Même pas 30 secondes de jeu que Peter Valier trompe déjà Pintaric. Qu’à cela ne tienne les ducs repartent à l’assaut et multiplient les tentatives sur la cage girondines sans succès. Pire, Dijon encaisse un deuxième but sur un contre assassin et une belle combinaison Desrosiers, Charland qui crucifie le portier dijonnais après 10 minutes de jeu. Heureusement les nouvelles arrivant de Lyon sont plutôt bonnes pour les Dijonnais puisque Morzine fait la course en tête. A Trimolet le match  est toujours aussi plaisant et les ducs sont finalement récompensés de leurs efforts à la 15ème minute, Kolba faisant rugir de plaisir le hangar.

 

Les Ducs ont pris l'avantage durant le second tiers © Nicolas GOISQUE/NikoPhot
Les Ducs ont pris l’avantage durant le second tiers © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Deuxième tiers dijonnais

Plutôt équilibrée et jouée sur un rythme très alerte la partie va tourner à l’avantage de Dijon durant le deuxième tiers, tandis que Morzine continue à travailler pour les affaires bourguignonnes à Lyon. Mc Millin puis Ehrhardt peu après la demi heure de jeu font exploser Trimolet avec deux réalisations qui propulsent les ducs en tête au tableau d’affichage et qui leur donnent un peu d’air avant d’aborder le dernier tiers face à cette équipe girondine loin d’être venue en touriste et qui propose un hockey de qualité. Mais les ducs sont épatants, veulent boucler brillamment leurs supers play-downs et régaler leur public.

 

Paredes demande la victoire à ses joueurs pour remercier le public © Nicolas GOISQUE/NikoPhot
Paredes demande la victoire à ses joueurs pour remercier le public © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Dijon cède

Durant le dernier acte, Bordeaux pousse pour revenir et Dijon est héroïque en défense repoussant tout avec comme d’hab on voudrait dire, un Pinto royal dans sa cage, longuement acclamé par les fidèles de Trimolet. Il faudra finalement une double infériorité dijonnaise pour que Desrosiers égalise à 5 minutes du terme. Dès lors le spectre d’une défaite dans le temps réglementaire ressurgit , même si Morzine tient le bon coup à Lyon. De fait c’est Bordeaux qui se montre le plus dangereux mais qui ne trouvera pas la faille. Le public égraine les dix dernières secondes puis exulte “on est en Magnus” avant de reprendre aussitôt ses esprits “on veut une patinoire!” à bon entendeur!

 

Clap de fin empli d'émotion pour Aram Kevorkian © Nicolas GOISQUE/NikoPhot
Clap de fin empli d’émotion pour Aram Kevorkian © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Bordeaux encore Kevorkian pour toujours.

Ah oui on en oubliait presque qu’il faut jouer une prolongation. Paredes rameute ses troupes leur demandant de remercier le public en lui offrant la victoire. Ce ne sera pas le cas, les émotions étant peut être compliquées à gérer et puis Bordeaux faisant le job. C’est encore Charland qui met un terme à la partie sportive de la soirée en fusillant Pintaric à la 64ème minute. La seule petite fausse note de la soirée. Trimolet fait la fête à Gilet (ex dijonnais) qui arrête lui aussi et acclame Aram Kevorkian, salué par tout le public et le président Ritz. Le rideau tombe sur cette belle soirée, tout le monde a la banane, sauf sans doute à Lyon qui a tout perdu ce soir.

Et après ? (voir ce chapitre dans notre article de présentation de la rencontre)

 

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.