21 juin 2021

En route pour Rio : Marianne Buso et Corentin le Guen chapitre 3

Marianne Buso, joueuse de basket fauteuil à la JDA et Corentin le Guen, joueur de rugby fauteuil à Nuits St Georges seront avec Charles Rozoy les seuls Côte d’Oriens à représenter la France aux jeux paralympiques de Rio du 7 au 18 septembre prochain. A un peu moins de 6 semaines de ce grand rendez-vous ils ont tout deux répondu à l’invitation de DIJON-SPORTnews pour une discussion amicale à bâtons rompus que nous vous livrons  en cinq chapitres toute cette semaine.

 

Retrouver ici le chapitre 1 et le chapitre 2

 

1Q7A9998DIJON-Sportnews On a l’impression vu de l’extérieur, que  dans le handisport il y a peut-être encore plus de solidarité et  d’échanges entre les différentes disciplines ?

 

Marianne BUSO :  Oui par exemple j’ai beaucoup aimé l’action de Objectifs médailles qui nous a permis de rencontrer les autres sportifs de la région, Guillaume au tir, Sandrine la judocate mal voyante… Pour moi c’est très enrichissant de voir les parcours de chacun.

Corentin LE GUEN : Charles Rozoy  nous a parlé un petit peu de son expérience à Londres, en plus la médaille d’or c’est vraiment le rêve ultime, on a tous le rêve des jeux mais faire une médaille….bon pour le rugby fauteuil l’or ça va être plus que chaud

MB Tout le monde nous dit ramenez une médaille, ramenez une médaille, mais pour nous je sais que cela va être vraiment compliqué, mais c’est vrai que rencontrer et entendre Charles ça fait rêver. Pareil quand on voit tous les athlètes médaillés.

 

DSN : Vous avez tous les deux fait du sport en valide avant vos accidents, est ce que la motivation, l’adrénaline sont strictement les mêmes en handisport où il y a quelque chose de différent ?

 

Marianne Buso sous les couleurs de la JDA © Nicolas GOISQUE/NikoPhot/ archives
Marianne Buso sous les couleurs de la JDA © Nicolas GOISQUE/NikoPhot/ archives

MB Personnellement j’ai dû couper le sport pendant longtemps et j’ai donc une l’impression d’une ré explosion. Retrouver toutes ces sensations. Aujourd’hui sur un terrain je me défonce de la même manière qu’auparavant et pour moi ce sont les mêmes sensations globalement. Après l’enjeu est parfois différent, là les JO ça va être décuplé.

 

CLG  Je ne pense pas du tout aux facultés que j’avais quand j’étais valide et que je n’ai plus aujourd’hui. J’ai eu mon accident alors que j’étais au pôle espoir rugby à Dijon, je ne vivais que pour devenir pro au rugby.  Je n’ai plus ni les mêmes sensations ni les sentiments que j’avais avant l’accident car le rugby fauteuil est plus pour moi un loisir évolué alors qu’avant je vivais rugby, je bouffais rugby… Là je fais tout pour être aux jeux mais j’ai plein d’autres choses à côté et pas seulement le rugby fauteuil. Le handisport n’est pas aussi prenant, déjà il n’y a pas de professionnalisme. Je pense que faire du rugby fauteuil en H24 ferait que je tournerais vite autour du pot. Il y a peu de matchs, j’ai besoin d’une personne minimum pour m’accompagner à chaque entrainement c’est compliqué.

 

MB Je ne pense pas qu’en France il y ait des sportifs handisports qui peuvent se permettre de ne pas travailler à côté de leur pratique sportive. Au basket par ex, on n’est pas au niveau des Américaines, Canadiennes, Hollandaises ou Allemandes où il y a beaucoup de pros.  Les Hollandaises s’entraînent toute l’année ensemble dans un centre olympique. Aux JO par exemple sur les 10 équipes engagées, 6 sont professionnelles ou quasi et 4 comme l’équipe de France complètement amateurs.

 

Cornetin avec les black chairs de Nuits St Georges © Nicolas GOISQUE/archives
Cornetin avec les black chairs de Nuits St Georges © Nicolas GOISQUE/archives

DSN Le professionnalisme est ce quelque chose vers quoi les fédés handisport veulent tendre ?

 

Mb et CLG Franchement nous ne savons  pas, en tous les cas elles n’ont pas l’air de donner  ou d’avoir les moyens pour ça pour le moment.  Le basket est bien plus « vieux » que le rugby, en ce qui concerne ce dernier sport la fédé n’aide pas beaucoup. Même pour le basket, on bataille déjà pas mal pour les stages France pour pouvoir se regrouper entre nous durant l’année donc de là à aider les clubs….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.