1 avril 2020

Le DHC séduisant domine Epinal

C’était le troisième match de préparation des Ducs du Dijon Hockey Club hier soir à la patinoire de trimolet. Les hommes de Jonathan Paredes retrouvaient les Gamyos d’Epinal une semaine après avoir été les battre après prolongation sur leur glace. Au terme d’un match joué sur un excellent rythme et spectaculaire, Dijon s’est imposé sans discussion 5-2. Communiqué du club

 

Retrouvez les photos de la rencontre ICI

 

Les Ducs se présentent sur la glace amoindris avec les absences de Jimmy Jensen, Aleksander Rindal, Pierre Pawelek et Marek Kolba. Les Gamyos se voient eux privés dès l’échauffement de Steven Cacciotti blessé au visage ce qui a pour effet de raccourcir encore un peu plus le banc spinalien déjà privé de cinq joueurs.

 

Les Ducs ont pris d'entrée le match à leur compte © Nicolas GOISQUE/NikoPhot
Les Ducs ont pris d’entrée le match à leur compte © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Pression dijonnaise

Pour autant, ce troisième match préparatoire va offrir au public un spectacle intense. Du rythme, du jeu, du contact et de l’envie raviront les spectateurs dijonnais. Dès l’entame les Ducs vont montrer qu’ils sont chez eux et qu’il faudra être costaud pour les bousculer dans cette configuration. Lucas Savoye le gardien spinalien est rapidement soumis à l’épreuve du feu tandis que son vis-à-vis Henri-Corentin Buysse se montre intraitable. L’ouverture du score par Benoît Quessandier le capitaine des Ducs provoque la joie des dijonnais présents en tribune. Julien Laplace corse l’addition dans la foulée (2-0 à 7’33’’) Asphyxiés par le rythme imposé, les Gamyos subissent la pression qu’Anthony Goncalves omniprésent au cours de la soirée et ses coéquipiers vont imposer.

 

Epinal a réagit mais Buysse et les défenseurs dijonnais faisaient bonne garde © Nicolas GOISQUE/NikoPhot
Epinal a réagit mais Buysse et les défenseurs dijonnais faisaient bonne garde © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Réaction Spinalienne

Remontés, les Gamyos de Stéphane Barin entament le second tiers avec des velléités offensives. A la faute, les Ducs vont subir le redoutable jeu de puissance spinalien d’autant plus que Vojtech Kloz idéalement placé masque le gardien (2-1 à 24’14’’) Les joueurs de Jonathan Paredes et Morgan Persson vont immédiatement réagir par Patrick White et se donner une nouvelle fois une marge de sécurité de deux buts. La fin de tiers est rugueuse et animée par Spencer Edwards et Pierre-Charles Hordelalay qui partent ensemble au cachot.

 

Les Ducs se sont montrés efficaces © Nicolas GOISQUE/NikoPhot
Les Ducs se sont montrés efficaces © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Le denier mot pour les Ducs

Dijon démarre la troisième période en infériorité numérique mais reste solide malgré la domination vosgienne. La pression spinalienne est intense et va crescendo en ce début de tiers. Danick Bouchard ramène les siens à une longueur (3-2 à la 45ème) Déchainés bien que la fatigue commence à s’installer, les Ducs vont clore la rencontre sur deux nouvelles réalisations signées de Robin Lamboley et Spencer Edwards qui communie avec le public. Le public a pu assister à un match amical de haute volée et rarement vu à Trimolet à ce stade de la saison. Chez les Ducs, le travail qui reste à faire est considérable mais le chemin emprunté devrait comme lors de cette soirée ravir les spectateurs. Mardi les Ducs se rendront en Haute-Savoie affronter Chamonix-Morzine avant de recevoir à Dijon le dimanche 4 septembre à 16h30 les suisses du Star Forward de Morges.

 

5 buts et une prestation spectaculaire on en redemande © Nicolas GOISQUE/NikoPhot
5 buts et une prestation spectaculaire on en redemande © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Dijon 5-2 Epinal (2-0) (1-1) (2-1) : Pénalités : Dijon, 12’ ; Epinal, 10’, Tirs cadrés : Dijon, 38 ; Epinal, 43;  Feuille de match : 04’11’’ 1-0 Benoît Quessandier (Mickael Fallon), 07’33’’ 2-0 Julien Laplace (Taylor Stefishen ; Patrick White) [5-4], 24’14’’ 2-1 Gasper Susanj (Dominik Fujerik ; Vojtech Kloz) [5-4], 25’24’’ 3-1 Patrick White (Taylor Stefishen ; Robin Lamboley), 45’00’’ 3-2 Danick Bouchard (Mathieu Leblond), 51’44’’ 4-2 Robin Lamboley (César Joffre ; Rikku Silvennoinen), 55’00’’ 5-2 Spencer Edwards (Mathias Mansson ; Julien Laplace)

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.