6 décembre 2019

Le Stade Dijonnais craque en seconde période face à Castanet

Opposé à une formation rompu aux joutes de la fédérale 1, le Stade Dijonnais aura soutenu la comparaison durant 40 minutes. Puis retombant dans ses erreurs notamment défensives, il a subit la foudre en seconde période encaissant 5 essais et concédant ainsi une lourde défaite. Dur mais réaliste pour les jeunes Dijonnais qui mesurent le chemin qu’ils leur reste à parcourir tant l’inconstance est très rapidement punie à ce niveau (12-34)

 

 

Aubanell a allumé quelques belles mêches en première période © Nicolas GOISQUE/NikoPhot
Aubanell a allumé quelques belles mêches en première période © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Bien sur on peut prendre la bouteille à moitié pleine et trouver des signes d’encouragement dans la première période dijonnaise; mais la moitié vide semble au final être plus qu’une moitié tant le stade s’est fait déchirer en seconde période. Cela fait évidemment mal mais il n’y a pas grand chose à dire.

 

Le Stade soutient la comparaison….

Et pourtant dès le début du match on sent un stade appliqué et concentré sur son sujet. Le deuxième ligne Ben Thomas fait monter les premiers frissons des tribunes en renversant un adversaire sur une charge monstrueuse. Dijon est appliqué en conquête avec du mieux notamment en mêlée fermée. les lancements de jeu sont moins brouillons que face à Villeurbanne mais ils se heurtent à la défense bien organisée de Castanet qui laisse passer la fougue dijonnaise de début de match.

Premier essai de Castanet en début de seconde période © Nicolas GOISQUE/NikoPhot
Premier essai de Castanet en début de seconde période © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

On assiste à une succession de touches, mêlées avec quelques étincelles dijonnaises, notamment des relances décidées et pleine d’à propose d’Aubanell ou encore d’Etcheverry. Mais les banlieusards Toulousains font le dos rond et Dijon devra se contenter durant ces 40 premières minutes de deux pénalités de Rabago (18′ et 27′). Le stade se mettra lui à la faute en toute fin de mi-temps pour la réduction du score par Bouquet. Une première période plutôt porteuse d’espoir (6-3,40′).

 

 

Puis explose

Malheureusement les illusions locales vont être balayées en 7 minutes. Sur une sortie de mêlée, la défense dijonnaise rate trois plaquages de suite et l’ailier visiteur Théo Guérin file entre les perches pour un essai qui rappelle cruellement celui de Villeurbanne lors du dernier match. Pas le temps de se remettre que le rideau défensif dijonnais se fait une nouvelle fois déchiré et c’est cette fois-ci l’ouvreur castanéen Thomas Verdié qui s’écroule dans l’embut Bourguignon (6-15, 47′).

La défense dijonnaise s'est faite déchirée ratant bien trop de plaquages en seconde période © Nicolas GOISQUE/NikoPhot
La défense dijonnaise s’est faite déchirée ratant bien trop de plaquages en seconde période © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Dijon accuse le coup mais tente de relever la tête et deux pénalités de Rabago coup sur coup redonne une once d’espoir (12-15, 53′ 61′). l’étincelle est tué dans l’oeuf sur une nouvelle percée plein champs dès visiteurs profitant des largesses de la défense locale et c’est l’arrière Laporte qui alourdit le score (12-20,65′). Dijon lâche prise et on a l’impression que Castanet peut marquer sur chacun de ses mouvements. Ce sera encore le cas par deux fois et par le même homme Martin notamment sur un dernier maul pénétrant que Dijon ne peut contester (12-34) dur mais terriblement logique !!

 

La fiche 

Dijon 12 – Castanet 34

Mi-Temps  : 6-3 ; arbitre : M. Chérèque (Alpes) ; 500 spectateurs environ.

Stade Dijonnais  : 4 Pénalités  Rabago (18, 27, 53, 61).

Castanet Tolosan : 5 Essais Guérin (45), Verdier (47), Laporte (65), Martin (70, 78), 3 Transformations  (45, 70, 78) et 1 Pénalité Bouquet (40).

 

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.