21 septembre 2019

DHC-Gap : Les Ducs s’inclinent face à des Rapaces au-dessus

Ce vendredi soir les Ducs recevaient les Rapaces pour le compte de la 12ème journée de Ligue Magnus. Restant sur deux victoires d’affilées, les Dijonnais abordent ce match avec un plein de confiance. Face à eux, des Gapençais remontés après leur défaite face à Grenoble en prolongations, bien décidés à ne pas lâcher le peloton de tête du championnat. Au final la logique est respectée, les Rapaces nettement au-dessus sur deux tiers l’emportent 1-3 contre une équipe de Dijon qui n’aura su montré un visage séduisant que lors de la 2ème partie du match.

 

Henri-Corentin Buysse a, malgré les 3 buts encaissés, livré une nouvelle fois une belle prestation © Nicolas Goisque/ Niko Phot
Henri-Corentin Buysse a, malgré les 3 buts encaissés, livré une nouvelle fois une belle prestation © Nicolas Goisque/ Niko Phot

Buysse maintient Dijon

D’entrée, Gap met la pression sur son adversaire. Si il n’y a rien de dangereux pour Buysse, la première pénalité dijonnaise tombe rapidement (Lazzaroni pour Accrocher après 1’48 de jeu). Le power play n’arrive pas à s’installer, la défense dijonnaise est en place. Un Surnombre dijonnais est alors signalé, les locaux évoluent à 3. Pas de conséquences pour autant. Si Gap possède l’un des meilleurs jeux de puissances de la ligue, ils font face à l’une des très bonnes défenses en infériorité du championnat. Peu de vraies occasions en ce début de rencontre. Si Dijon une fois revenu à 5 montre son intention de se projeter rapidement vers l’avant, le puck ne reste jamais très longtemps en zone offensive.

Un bon pressing et plusieurs mauvaises passes de la part des haut-alpins provoquent malgré tout quelques occasions locales obligeant Fouquerel à bien s’employer. Les Rapaces, dominant le tiers nettement, mettent à rude épreuve Henri-Corentin Buysse. Ce-dernier va finir par craquer, mais pas sur l’occasion la plus franche du match. Serrer lance, arrêt, le rebond est laissé, Bouvet le reprend de volée, le puck s’envole et retombe dans la cage derrière le dos du cerbère local (0-1 ; 08’58”). La domination des visiteurs s’amplifient. Buysse doit s’employer plusieurs fois pour maintenir ce petit but d’écart, à l’image d’un arrêt magnifique de la mitaine sur un tir plein axe ouvert de Carr. Seule alerte dijonnaise, une percée d’Edwards qui transmet pour Mansson, ce-dernier feinte comme il faut le gardien mais n’arrive pas à pousser le puck dans les filets. Au final, les deux équipes rentrent au vestiaire sur ce score, tandis que Mansson et Edwards, pour avoir un peu trop contesté une décision arbitrale, ont écopé d’une méconduite (13’46”) et débuteront la 2ème partie sur le banc des prisonniers.

 

Mansson est l'une des satisfactions offensives depuis le début de saison, avec notamment Stefishen et Jensen © Nicolas Goisque/ Niko Phot
Mansson est l’une des satisfactions offensives depuis le début de saison, avec notamment Stefishen et Jensen © Nicolas Goisque/ Niko Phot

Le DHC montre un autre visage !

Si les Dijonnais reviennent avec de bonnes intentions, les premiers dangereux sont les visiteurs. Rapidement ces-derniers provoquent une pénalité dijonnaise contre Metais (charge contre la bande ; 23’12). Pas le temps d’en profiter puisque Labrecque pour Crosse Haute part s’exiler lui aussi (23’36). 4 contre 4 à suivre donc. Gap va doubler la mise mais le but sera refusé logiquement suite à une faute logique. Premier power play local de la rencontre. White, à l’approche de la fin de la supériorité, part en solitaire, passe toute la défense, mais exilé sur le côté tente un shoot dans un angle bien trop fermé, Fouquerel repousse, le rebond n’est pris par personne.

À la toute fin du power play, belle action dijonnaise à coup de petites passes entre le slot et l’arrière de la cage, on repique et tire à bout portant sur le cerbère Haut-Alpin, bataille sur la cage, le gardien se couche au sol et aidé par ses défenseurs maintient le score. Dijon va petit à petit monter en puissance et jouer son hockey dans ce tiers. Revenus à 5, les visiteurs font face à la même pression adverse. Goncalves, seul, ne passe pas loin d’égaliser mais Fouquerel est impérial. Pour l’instant. Alors que Gap commence à aller mieux Essery prend 2 minutes pour Accrocher. Le meilleur power play de la Ligue va frapper : Stefishen part vers le but, décale Jensen sur sa gauche, qui d’un splendide tir croisé vient décrocher la lucarne opposée ! (1-1 ; 36’37). Malgré une pénalité de Mansson dans la foulée, ou encore une tentative de contre de Jensen, on en reste là à la pause. Les Ducs ont livré un très beau tiers et ont totalement redonné du suspense à cette rencontre.

 

Jonathan Paredes était seule sur le banc ce vendredi, Morgan Persson étant suspendu, lui qui retrouvera le banc ce mardi avec Julien Laplace © Nicolas Goisque
Jonathan Paredes était seule sur le banc ce vendredi, Morgan Persson étant suspendu, lui qui retrouvera le banc ce mardi avec Julien Laplace © Nicolas Goisque

Avant de céder à nouveau …

Malheureusement le match va vite rebasculer. Les Rapaces vont tout de suite reprendre d’assaut la cage dijonnaise. Marsh prend sa chance, Buysse repousse, le rebond est pour Da Costa, seul, qui sans problème pousse le puck dans les filets (1-2 ; 42’30) Les Dijonnais ne baissent pas les bras pour autant et repartent à l’assaut de la cage adverse. La paire Mansson-Stefishen passe pas loin d’égaliser mais Fouquerel est impérial ce soir. Il en faut plus ce soir pour vaincre ce-dernier.

Pendant que le portier et sa défense repousse les offensives de plus en plus brouillonnes des locaux, le temps passe et voit l’intensité de la rencontre diminué petit à petit. Sans doute atteint physiquement (beaucoup d’infériorités numériques dans le 1er tiers) le bloc bourguignon a de plus en de plus de mal à être juste et les déchets s’accumulent. Silvennoinnen tombera même tout seul à la bleue, offrant une contre-attaque stoppée parfaitement par Buysse. Tels de vrais rapaces, les visiteurs prennent leur temps et attendent l’occasion de crucifier les Ducs. 52’49, ce qui devait arriver arriva, Bernier lance et joue la déviation, Labrecque est présent et trompe Buysse, auteur d’un très bon match, mais impuissant sur cette action (1-3). Cette fois-ci c’est le coup fatal pour le DHC.

 

Les Dijonnais face à un adversaire supérieur à eux auront montré un beau visage pendant 20 minutes, et un autre beaucoup moins séduisant pendant 40. La hiérarchie est respectée, et les Ducs doivent maintenant se projeter sur leur prochaine rencontre face à Angers ce mardi, concurrent direct au classement !

 

 

Et maintenant Angers !

Ce mardi, duel de Ducs à Trimolet ! Angers, 9ème au classement avec 13 points, arrive en terre bourguignonne avec un œil vers le haut. Dijon comptant 14 points (7ème), ce match peut d’ores et déjà être annoncé comme une rencontre entre deux concurrents direct. Si une victoire dijonnaise ferait un bien fou sur le plan comptable, que dire de l’éventualité d’une victoire des autres Ducs. Les Angevins restent tout simplement sur 4 défaites d’affilées, dont 3 en prolongations. Une 5ème défaite pourrait avoir de fortes conséquences, tant sur le plan mental que comptable. Côté jeu, Angers a des gros problèmes en attaque (deuxième plus mauvaise attaque du championnat ex-aequo) dont doit profiter la défense bourguignonne pour se mettre en confiance (deuxième plus mauvaise défense). Autre statistique importante, les Angevins sont les joueurs les moins pénalisés de Magnus. Le DHC n’aura donc probablement que très peu de supériorités, point fort depuis le début de saison. Si c’est un match à la portée des Dijonnais ? Plus que celui face à Gap vendredi, c’est une certitude, mais les Bourguignons doivent se préparer à livrer une vraie bataille dans ce qui s’annonce un match serré sous haute tension. Petit rappel, le match aller s’était soldé par une victoire dijonnaise 3-4 … dans les prolongations !

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.