16 septembre 2019

Le stade se donne de l'air à Grasse avant Graulhet

Elle est enfin arrivée cette première victoire tant attendue par le Stade Dijonnais et ses supporteurs. Une semaine après avoir subi les foudres de Castanet, Dijon savait que ce déplacement dans les Alpes Maritimes pour y affronter une formation, comme lui, en difficulté, était capital. Auteur d’une grosse partie en conquête et en défense, les hommes de Bonventre/Humblot repartent avec ce qu’ils étaient venus chercher, les points de la victoire. (6-8)
 
Bien sur entre deux équipes qui ne voulaient surtout pas perdre, il ne fallait pas s’attendre à d’énormes prises de risques d’un côté ou de l’autre. Pour Dijon les mots d’ordre étaient donc organisation, discipline,  défense et occupation du terrain.  Une stratégie appliquée au pied de la lettre.
 

Les avants dijonnais ont  dominé la conquête et bien défendu © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives
Les avants dijonnais ont dominé la conquête et bien défendu © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Crispé
Aucune surprise à assister à une rencontre tendue et crispée. Si Grasse entame le mieux face à une défense dijonnaise très appliquée, c’est bien Dijon qui ouvre la marque sur une des première incursion dans le camps adverse par une pénalité de Rabago (0-3,19′). Pas grand chose à se mettre sous la dent par ailleurs. On notera tout de même la grave blessure de Maxime Planté à la conclusion d’un beau mouvement dijonnais échouant près de l’embut de Grasse (fracture du tibia péroné, il sera opéré mercredi ), et le carton rouge pris en fin de mi-temps par le deuxième ligne Tivoli pour un coup de poing. Sur le gong de cette première période presque aussi triste que la météo du jour, Pêcheux , le centre de Grasse égalise sur pénalité (3-3, 40′).
 
Jaime Nava a conclut un beau mouvement dijonnais © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives
Jaime Nava a conclut un beau mouvement dijonnais © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Bel essai dijonnais
Dijon allait donc jouer la seconde période en supériorité numérique. Les stadistes s’enhardissent un peu plus qu’en première période et suite à une action à plusieurs temps de jeu dans les 22 mètres adverse balayant le terrain en largeur, ils trouvent l’ouverture par Jaime Nava bien servi par son compatriote Aubanell. Rabago rate la transformation (3-8. 62′). Grasse n’abdique pas et Pêcheux ramène les siens à deux longueurs (6-8, 67′). Grasse tient évidemment absolument à la victoire et tente tant bien que mal de forcer la décision face à des Dijonnais toujours appliqués en défense, tenant leur précieux sésame. Une pénalité ratée par Pêcheux (72′) puis un drop raté également par l’ouvreur Arrate (75′) font passer des frissons dans le dos Dijonnais mais c’est bien le stade qui aura le dernier mot dans ce match de la peur et qui plonge Grasse un peu plus dans le doute. Reste à récidiver dimanche face à Graulhet !
 
Coup dur pour Maxime Planté de nouveau sérieusement blessé © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives
Coup dur pour Maxime Planté de nouveau sérieusement blessé © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Réaction des deux entraîneurs dijonnais
On remporte une victoire précieuse sur le terrain de Grasse. Nous sommes performants en melée pendant une heure et appliqués en touche avec une bonne  stratégie d’occupation. Notre défense, plus que sérieuse a fait des merveilles et on marque un essai magnifique avec 6 temps de jeu sur un terrain difficile et sous une pluie incessante. C’est une victoire difficile mais précieuse dans la course au maintien. Il faudra confirmer dimanche prochain à Dijon contre Graulhet

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.