11 août 2020

Gros coup de mou pour le CDB à Nantes

Auteur d’un début de saison très satisfaisant, le Cercle Dijon Bourgogne se déplaçait à Nantes, une formation en pleine bourre dans le fauteuil inattendu de leader. Face à une excellente équipe Dijon a souffert physiquement. Une défaite cuisante (39-27) qui vient rappeler le fragile équilibre sur lequel repose le collectif dijonnais; un groupe restreint sur lequel le moindre pépin a des conséquences. 

 

Ainsi à Nantes, la blessure de Déborah Kpodar (forfait) puis celle en cours de match de Barbara Moretto a handicapé Dijon, obligeant notamment Johanna Lathoud à jouer sur la base arrière, plus qu’à l’accoutumé. Des joueuses ayant régulièrement un gros temps de jeu comme Frey ou Skolkova ont aussi souffert.

 

l'absence de Déborah Kpodar a pesé sur le groupe dijonnais  © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives
l’absence de Déborah Kpodar a pesé sur le groupe dijonnais © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Nantes s’envole au quart d’heure de jeu.

En un quart d’heure Dijon avait déjà atteint le rouge physiquement. Jusque là les filles de Christophe Maréchal. Jusque là Moretto en début de match, puis Skolkova dans la foulée avaient maintenu le CDB dans la course (9-9, 14′). Le deuxième quart d’heure va être un cauchemar pour les Dijonnaises. Gervaise Pierson va enchaîner les arrêts sur les tentatives pas forcément lucides des Bourguignonnes, les passages en force et pertes de balles vont s’enchaîner. Nantes, par ailleurs excellent en profite aussitôt; le CDB sort de son match et encaisse un 12-2 rédhibitoire pour accuser un déficit de 10 buts à la pause (21-11,30′) la rencontre est déjà pliée.

 

La capitaine Léa Terzi aspire comme ses collègues à un peu de repos © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives
La capitaine Léa Terzi aspire comme ses collègues à un peu de repos © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Recharger les batteries

Nantes se contentera donc de gérer l’avantage en seconde période (gagnée 18-16) pour s’imposer avec près de 40 buts marqués. Une giffle pour la défense dijonnaise, généralement un point fort. Mais il n’y avait vraiment plus d’essence dans le moteur.  La trêve va faire du bien à Dijon qui retrouvera la LFH en janvier mais qui disputera un tour de Coupe de France en Alsace le weekend du 19 nov. Léa Terzi la capitaine dijonnaise revenait sur la déroute à Nantes en ces termes : ”  un jour sans, ce n’était pas nous ! On a jamais réussi à se reprendre… Le seul truc à retenir c’est que ce n’est pas du tout l’image que notre équipe a véhiculé depuis le début de la saison … Profitons de la semaine de coupure pour nous ressourcer et revenir en forme afin de préparer le début 2017 qui sera très important

 

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.