28 novembre 2020

Coupe de France :Toulon prive sans discussion le CDB de quart.

Le Cercle Dijon Bourgogne  reprenait la compétition ce vendredi soir avec un 8ème de finale de coupe de France contre le Toulon Var Handball. Exceptionnellement disputée à la salle Véronique Pecqueux Rolland, comble pour l’occasion (pour cause de coupe du monde d’épée au Palais des sports), la rencontre s’est disputée dans une ambiance festive (avec de nombreuses animations) et devant un public conquis. Côté sportif les “artistes” en difficulté dans de nombreux secteurs se sont logiquement inclinées (23-28)

 

Entrée spectacle à Longvic © NikoPhot
Entrée spectacle à Longvic © NikoPhot

Les deux équipes entrent dans l’arène, le CDB dans une salle plongée dans le noir et dans une ambiance quelque peu “discothèque”.  Côté spectacle c’est donc un excellent début. Rappelons l’enjeu une place en quart de finale de Coupe de France. Une compétition particulièrement prisée par Christophe Maréchal.

 

L’attaque dijonnaise en difficulté

C’est Toulon qui dégaine d’entrée par sa vice championne d’Europe hollandaise Van Olphen, mais Sonya Frey répond aussitôt avec autorité sur engagement rapide (1-1,1′). Les premières minutes sont équilibrées. Aux missiles de Van Olphen le CDB répond par des contres attaques tranchantes conclues par Deroin (4-4, 9′). Notons la sortie sur blessure dès le début de rencontre de l’arrière toulonnaise Kramer.

Les beaux mouvements dijonnais ont été trop rares © NikoPhot
Les beaux mouvements dijonnais ont été trop rares © NikoPhot

Et puis Dijon commence à peiner en attaques placées et perd quelques ballons aussitôt exploités par les Varoises en contre avec les ailières David et Tandjan (5-8, 14′). Sans s’affoler le CDB grignote son retard notamment grace à une belle action personnelle de Lathoud au pivot puis deux tirs plein d’autorité en suspensin de Kpodar qui font du bien, tout comme les deux arrêtes consécutifs de Ben Slama sur deux pénaltys de Jurisic (10-10, 24′). Mais le CDB peine toujours en attaque placées et Perd de nouveaux des ballons précieux en fin de mi-temps. Toulon rentre aux vestiaires avec un avantage relativement logique (11-14′, 30′).

 

Toulon au dessus

Toulon a dominé les débats © NikoPhot
Toulon a dominé les débats © NikoPhot

à la mi-temps les statistiques parlent d’elles même. 4 tireuses varoises à 100% pour 8 réalisations quand les artilleuses dijonnaises peinent à atteindre 50%. 4 arrêts sur 18 poue BenSlama contre 7/18 pour Serdarevic côté Toulon. La différence est là. Notons tout de même que Jurisic, que Christophe Maréchal craignait est en difficulté à 0/4 dont deux pénalty ratés.

Malheureusement le scénario ne change pas en début de seconde période. Les filles de Christophe Maréchal bute sur la défense de Toulon qui de son coté continue à bien exploiter les munitions récupérées et à trouver des solutions plutôt facilement dans la défense locale qui manque de cohésion. Le score enfle (14-19, 36′) et Christophe Maréchal est obligé de prendre un temps mort. Si Deroin marque en force et en appui sur une position d’arrière, les Varoises continuent leur progression bien menées par Catani(15-22,42′). Le CDB tente bien de resserrer sa défense et récupère ainsi quelques munitions qui ont malheureusement du mal à être converties à l’image des deux pénatlys ratés par Frey puis Deroin.  Si toulon marque moins , il n’encaisse pas non plus et les minutes défilant, les quart de finale se rapprochent pour les visiteuses (18-25,53′). La réaction d’orgueil finale des coéquipières de Léa Terzi ne suffira pas à contre carrer le cours de la rencontre, dominée assez largement par les Varoises qui ont particulièrement bien exploité les carences de leur adversaire pour s’imposer avec autorité (23-28, 60′)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.