28 novembre 2020

Metz bien trop fort pour le CDB

Sur le papier il n’y a pas photo entre les effectifs du handball club de Metz et du Cercle Dijon Bourgogne. Malheureusement pour les handballeuses bourguignonnes, la réalité du terrain a été parfaitement conforme à ce froid constat. Débordées dès le début de rencontre, les filles de Christophe Maréchal n’ont jamais rien eu à espérer dans cette rencontre et se sont inclinées très lourdement 34-20.

 

Certes le staff dijonnais n’avait sans doute pas fait de ce déplacement chez les championnes de France un objectif prioritaire sur le plan comptable. Mais voler en éclat, serait-ce face au meilleur club hexagonal n’est jamais une bonne chose. Janvier 2017 a mal commencé pour le CDB avec 2 défaites qui font mal. Il va vite falloir se remettre dans le bain.

 

Grâce Zaadi et Metz ont survolé la rencontre © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives
Grâce Zaadi et Metz ont survolé la rencontre © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Metz démarre fort

On savait Metz bien mieux armé en quantité et en qualité et il ne faut pas longtemps pour le vérifier. Après une première réalisation de la Slovène  Ana Gros (le premier de ses 9 buts  du soir) et 5 minutes de “round d’observation” (2-2, 5′) Metz place une première accélération qui scotche le CDB durant 10 minutes, le temps d’encaisser un 7-0 déjà rédhibitoire ? (9-2, 14′). Entre temps Dijon a raté un pénalty trouvé le poteau, perdu des ballons et s’est montré impuissant en attaque placée, bref tout ce que l’on pouvait craindre. Si Martina Skolkova, une des dijonnaises en vue hier stoppe enfin l’hémorragie (9-3,14′). Le mal est fait. Dijon a cependant enfin une réaction d’orgueil .Sous l’impulsion de Skolkova et Kpodar le CDB ramène le score a des proportions plus raisonnable (12-9,21′). De quoi faire dégainer le carton vert du temps mort au coach messin Emmanuel Mayonnade. Pause d’une minute profitable au rouleau compresseur messin qui repart de plus belle, multipliant contres et montées de balle tandis que Dijon retombe dans ses errances. A la pause la messe est dite (18-11, 30′). On ne remonte pas 7 buts à Metz en une mi temps.

 

 

Martina Skolkova, meilleure dijonnaise n'a pas suffit  © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives
Martina Skolkova, meilleure dijonnaise n’a pas suffit © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Et finit le boulot.

D’ailleurs si le CDB espérait encore, les championnes de France enfoncent le clou dès le retour des vestiaires et comptent rapidement 10 longueurs d’avance (23-13,35′).Un écart qui va se stabiliser durant 20 minutes, les mosellanes se contentant de bien gérer leur avance face à des dijonnaises qui savent le match perdu (28-19,53′). Une dernière accélération locale avec un 6-0 qui claque comme un coup de grâce final donne à la défaite des airs de déroute (34-20, 60′). La marche était vraiment trop haute pour le CDB.

 

 

 

 

La capitaine Léa Terzi croit toujours en son équipe © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives
La capitaine Léa Terzi croit toujours en son équipe © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

La réaction de Léa Terzi capitaine dijonnaise

On est allé à Metz avec l’espoir de faire quelque chose, de pouvoir les accrocher et pourquoi pas les faire douter. On avait aussi envie de se rassurer, suite au match contre Toulon. Au final, on n’arrive toujours pas à être à l’unisson sur 60min et sur La durée du match, le score nous assomme petit à petit !! Nous avons envie, c’est évident ! Mais notre envie ne créé pas d’engouement collectif comme ce fut le cas sur le début de saison… Et contre une équipe comme Metz, on le paie cash ! Un mois de février décisif dans la course aux playoff nous attend ! Nous avons encore une vingtaine de jours pour nous recentrer et nous retrouver.. nous savons toutes pourquoi nous sommes la, j’ai confiance en l’équipe ! Nous voulons réagir !”

 

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.