26 septembre 2020

Le CDB veut réussir son pari

Après un début 2017 compliqué, avec une élimination en Coupe de France face à Toulon et une lourde défaite encaissée à Metz, le Cercle Dijon Bourgogne retrouve ce soir son palais des sports pour la réception d’Issy Paris. Si ces deux défaites ne sont pas infamantes en soi, il ne faudrait pas que s’installe une spirale de mauvais résultats. Il serait de bon ton de redresser la barre face à Paris, une des grosses cylindrées de LFH, avant d’attaquer un mois de février capital pour le club avec des oppositions sans doute plus à sa portée.

 

Ce n’est pas faire injure au CDB que de dire que la défaite à Metz n’était guère une surprise. ce n’est pas plus le cas si l’on dit que les Dijonnaises sont outsiders ce soir face à l’actuelle second de LFH qui sur le papier est mieux armé que Dijon. Pour autant la tâche n’est évidemment pas insurmontable pour les filles de Christophe Maréchal.

 

Stine Oftedal est l'une des meilleures joueuses de la LFH © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives
Stine Oftedal est l’une des meilleures joueuses de la LFH © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Issy : la qualité plus que la quantité

A l’instar de son adversaire du soir, la formation d’Issy Paris fait partie de celles qui comptent le moins de joueuses professionnelles sous contrat et qui s’appuie donc aussi sur son centre de formation. Effectif peut être réduit mais oh combien performant, avec une kyrielle d’internationales à commencer par son “omelette norvégienne” et pas moins de 4 joueuses issue de la nation référence du hand féminin , encore récemment sacrée championne d’Europe. Stine Oftedal, star internationale et demi centre de génie est l’une des toutes meilleurs joueuses de notre championnat, capable de gagner une rencontre à elle seule, elle est accopagnée de sa soeur Hanna mais aussi de la gardienne Silje Solberg et de la solide pivot Pernilla Wibe. En rajoutant à cela la néerlandaise Abbingh (vice championne d’Europe), la suédoise Tegstedt ou la polonaise Zalewski sans oublier Coralie Lassource  vous obtenez un collectif extrêment solide, expérimenté et rompu aux joutes de haut niveau; bref tout sauf une partie de plaisir pour le CDB.

 

Se lancer enfin dans 2017

Pour Dijon, redescendu à la 6 ème place du classement qui ferait son bonheur en fin d’exercice, il convient déjà de montrer un autre visage que lors de ses deux dernières sorties. Léa Terzi concédait après Metz ” on n’arrive toujours pas à être à l’unisson sur 60 min et sur La durée du match, !! Nous avons envie, c’est évident ! Mais notre envie ne créé pas d’engouement collectif comme ce fut le cas sur le début de saison”.

Tamires Morena et le CDB doivent retrouver de l'efficacité offensive entre autre © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives
Tamires Morena et le CDB doivent retrouver de l’efficacité offensive entre autre © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Le CDB doit ainsi retrouver plus de cohésion collective e de régularité dans son niveau de jeu sur l’ensemble d’une rencontre. Le secteur offensif en difficulté en ce début d’année doit au minimum se rassurer sur cette rencontre. On sait la marge de manoeuvre dijonnaise étroite, notamment en cas de pépin physique, comme on a pu le vérifier face à Toulon avec une Martina Skolkova diminuée. A priori tout le monde est d’attaque ce soir et si comme on l’a dit ce sera difficile, Dijon ne doit surtout pas se priver de la possibilité de bien repartir en 2017 avec une victoire qui ferait un bien fou.

Rappelons qu’un concert suivra la rencontre organisée en partenariat par le CDB,  K6 FM, et Lacerta Prod

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.