26 octobre 2020

Le DFCO féminin vainqueur d’Aurillac-Arpajon

Après un match nul à Clermont, le DFCO féminin a renoué avec la victoire ce dimanche face à la modeste équipe d’Aurillac-Arpajon (3-2). Sans vraiment briller mais l’essentiel est fait.

Réussite maximale en première mi-temps

Un match pas si facile que ça pour Solanet et le DFCO (Crédit photo : Nicolas GOISQUE)
Un match pas si facile que ça pour Solanet et le DFCO (Crédit photo : Nicolas GOISQUE)

Le premier quart d’heure de jeu est plutôt timide, mais l’équipe d’Aurillac-Arpajon qui joue de malchance va se retrouver menée 2-0 en l’espace de moins de deux minutes en inscrivant deux buts contre son camp. C’est d’abord Hilda Paulet qui dégage malencontreusement un corner dévié dans ses propres filets (1-0, 15′). Dans la foulée, Tatiana Solanet se joue de la défense d’Aurillac avec des passements de jambes et décale Ophélie Cuynet sur la gauche dont le centre à ras-de-terre est taclé là aussi dans ses propres buts par Yasmine Boufaroua (2-0, 16′). Manon Uffren se procure une balle de 3-0 mais la portière adverse repousse sa tentative du pied. Dans la foulée, une tête de Laura Bouillot file à côté des buts sur un bon centre de Pauline Desbourdieux. En fin de première période, les joueuses d’Aurillac se montrent un peu plus dangereuses mais Massibot s’interpose sur une frappe cadrée.

Le DFCO se fait peur

Agnès Kouame a inscrit son deuxième but en deux matches (Crédit photo : Nicolas GOISQUE)
Agnès Kouame a inscrit son deuxième but en deux matchs (Crédit photo : Nicolas GOISQUE)

À la pause, les Dijonnaises semblent donc maîtriser la partie. Elles peinent toutefois à se procurer de réelles occasions. Après un début de seconde mi-temps sans grand relief, ce sont même les visiteuses qui inscrivent le troisième but de la rencontre, l’attaquante vénézuélienne Yosneidy Zambrano devançant la sortie de Massibot (2-1, 69′). Heureusement, le DFCO sait se montrer réaliste pour se mettre à l’abri, ainsi Agnès Kouame est présente pour valider une belle montée de balle d’Alexandra Atamaniuk (3-1, 80′). Les dix dernières minutes sont également l’occasion de voir Marina Josserand, blessée de longue date, effectuer ses premiers pas en rouge. De nouveau, Aurillac par le biais de Zambrano parvient à réduire la marque en fin de match en profitant d’une sortie là aussi un peu hésitante de Massibot et du laxisme de la défense (3-2, 90+1). Des visiteuses courageuses qui tentent le tout pour le tout dans les dernières minutes, en vain puisque le score en reste là.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.