29 octobre 2020

Audrey Albié s'impose à Norges après bien des émotions

La jeune Ukrainienne Anastasia Zarytska, 19 ans a bien failli cette semaine à Norges s’offrir un chelem de joueuses françaises. Mais en finale, elle a finalement calé non s’en s’être procurée face à Audrey Albié qui s’impose lors d’un final à sensation. 521 ème mondiale au début du tournoi, Audrey devient la seconde française à s’imposer à Norges après Violette Huck en 2012.
 

Anastasia Zarytzka s’est hissé en finale en sortant 4 françaises © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Avant d’en venir à cette finale, revenons rapidement sur les demies pour lesquelles pas moins de 3 françaises étaient qualifiées en compagnie donc de Zarytza qui rappelons le, a également effectué un beau parcours dans le tournoi de double, échouant là aussi en finale.
 
Zarytzka, bourreau de la délégation française.
Tête de série n°7 Anastasia Zarytzka s’était donc logiquement hissée jusqu’en demi finale en sortant trois françaises au passage qui lui avaient dégagé le tableau en écartant notamment la tête de série n°1, la Lettone Marcinkevica. Pour sa demie finale elle retrouvait une 4ème française Jessika Ponchet, tête de série n° 5 et légèrement mieux classée qu’elle puisqu’occupant la 467 ème place mondiale; un duel qui s’annonçait intéressant.
Jessika Ponchet a commis beaucoup trop de fautes directes 9 Nicolas GOISQUE/NikoPhot

De fait la première manche est âprement disputé, Ponchet faisant parler sa puissance pour abréger l’échange à force de coup gagnant, tandis que Zarytzka, excellent en jeu de fond de court s’applique à faire courir son adversaire en commettant très peu de fautes et en balayant le court de gauche à droite. Tout cela se termine au tie break dans lequel la française craque la première. La perte de cette première manche lui met un coup au moral et Zarytzka toujours aussi appliquée et tacticienne n’aura plus qu’à s’appuyer sur les fautes directes de son adversaire se multipliant alors pour empocher l’affaire (7/6 6/2)
 
 
 
Théo Gravouil a chuté en demie © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Le Duel Franco Français pour Albié
L’autre demi finale voyait donc s’opposer Audery Albié à Théo Gravouil, tête de série n° 8. Très proches l’une de l’autre au classement WTA (521 et 517), les deux jeunes femmes semblent bien se connaître devant régulièrement se croiser sur le circuit. Dans ce duel “fratricide”, c’est la plus grande des deux joueuses qui s’en sort le mieux. Un break luis suffisant dans chacune des manches pour faire plier sa compatriote (6/4 6/3) et se qualifier pour la finale. Ce sera donc elle la cinquième française à tenter de barrer la route du sacre à l’épouvantail Zarytzka, pour un duel qui promet une opposition de style entre deux joueuses au gabarit opposé.
 
Audrey Albié est passé par tous les états lors de la finale © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Une finale à plusieurs vitesse.
Et c’est la française qui rentre le mieux dans cette finale. Puissante et précise, elle ne laisse pas le temps à Zarytzka de poser son jeu et le “petit lutin” ukrainien voit les jeux défiler sans pouvoir réagir (4-0 en moins d’un quart d’heure de jeu). Mais Albié, impériale jusque là se dérègle et Zarytzka, dont on a pu admirer la force mentale et le calme froid toute la semaine refait son retard. Partant quand même de loin, elle concède ce premier set 6/4 mais a clairement repris du poil de la bête. Le deuxième set ne tarde pas à le montrer, Zarytzka ayant retrouvé son rythme de métronome et s’appuyant comme la veille sur les erreurs multiples de son adversaire sans solution, enfile les jeux comme des perles et passe une roue de bicyclette à une Albié alors en perdition. Mais c’est bien connu, le sport est une glorieuse incertitude et le tennis par dessus tout.
Sourire et soulagement pour la vainqueur 2017 © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

 
Albié au bout du suspense
La française retrouve quelque peu ses esprits et s’accroche dans ce dernier set. Elle sert les dents au moment de sauver  deux balles de match à 5/4 contre elle, ne se désunit pas alors qu’elle rate à son tour la victoire à 6/5 balle de match et finit par se sortir d’un tie break disputé (7/5) pour l’emporter en trois manche (6/4 0/6 7/6). De quoi laisser éclater sa joie et verser quelques larmes.  Zarytzka, perd donc une deuxième finale en deux jours mais aura marqué de sa classe cette semaine de tennis féminin à Norges. Rendez-vous l’année prochaine pour une 11ème édition.
 

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.